Breaking News
Accueil / Culture japonaise / [dystopia] – HALORING 1st mini album

[dystopia] – HALORING 1st mini album

 

Échauffement

Le groupe HALORING existe depuis 2014. Composé de MAKI (chant), TONY (guitare, clavier), Keisuke (guitare), K2O (basse) et Kenjiro (batterie), les 3 derniers membres cités seront remplacés en 2016 par SEIYA (guitare), K (basse) et donc Allen (batterie). Mais c’est bien lors de la « première phase » du groupe que sortira le premier mini album, [dystopia], en 2015.

Après une introduction un peu calme, le titre part bien avec l’arrivée d’instruments au son rock loin d’être mauvais. Un bien bel échauffement juste avant que la chanteuse MAKI ne pose sa voix suave ultra agréable. En effet, devant le rythme un peu foufou, on pouvait s’attendre à un gros barbu hurlant dans le micro. Mais ici, il n’en est rien. D’ailleurs ma première impression est que ça ressemble un peu à Evanescence. Si, vous savez, ce groupe qui balançait un son lourd avec une voix féminine très claire. Le mélange était marquant. Ici ça fonctionnera tout au long du disque.

On tient le rythme

Car nous voilà déjà en face de « SONZAIMAKER », avec la présence d’un piano que l’on arrive à entendre à travers les instruments plus sonores (je pense à la batterie, la basse et la guitare électrique). Si un tel mélange pourrait s’avérer effrayant, ici, il n’en est rien. Une fois de plus on entend tout, la voix reste bien présente, le piano est méchamment rythmé, et le refrain très plaisant. Grâce à la présence de l’instrument aux cordes frappées, je préfère ce titre au précédent. De plus, on alterne au niveau du rythme, avec un passage posé bien agréable, les 4 minutes 30 passent très vite.

Avec « Yakudatsu Tazuno Uta », ce sont des violons qui s’ajoutent. Marrant, après le piano (toujours présent ici), on dirait qu’un nouvel instrument s’invite à chaque titre. Une fois de plus, nous n’avons aucun mal à percevoir les instruments, offrant une excellente mélodie, et je ne sais pas, mais le coup des violons ça marche toujours sur moi. Ah, si, un point négatif, cette tentative de modifier la voix de la chanteuse sur 2 phrases, offrant une chose laide. Heureusement, c’est court, mais ça fait tâche ici je trouve. Surtout que ce son de guitare électrique presque pleurant, avec les violons en fond, c’est puissant quoi. Un bon titre donc.

Arrive « microrar », et bien là c’est un rythme soutenu qui nous accueille, d’ailleurs le chant va plus vite, mais reste parfaitement compréhensible pour celles et ceux qui ont la chance de comprendre le japonais (ce qui n’est pas mon cas, c’est pourquoi je ne parle pas des paroles et de leur sens). Le tempo va vraiment très vite, limite il vous fera accélérer le cardio, mais non, ça c’est parce que cela donne envie de danser. Heureusement qu’il n’y a personne qui regarde car je danse très mal. Encore une fois, superbe chanson, plus dynamique que les autres et qui pourrait bien vous faire transpirer.

Et on se déchaîne

Nous voilà à la fin, « S.T.A.R. » c’est un peu comme si on nous offrait l’ultime titre, une sorte de pot pourri pas si mauvais de ce que sait faire le groupe, les instruments classiques se mélangent avec les puissantes guitares électriques et la batterie est un peu dingue. Le tout manœuvré à la voix, qui dégage beaucoup plus d’émotion je trouve. Le piano, j’ignore pourquoi, me remémore le bande son de l’anime Parasite : La Maxime. Bon, quand arrive le son plus pêchu cette comparaison ne tient plus, mais ça me donne cette impression. La présence par moment de chœurs renforce l’émotion, puis cette alternance avec des passages calmes, non, rien à redire, c’est le meilleur des 5 titres proposés ici. Il atteindra sans problèmes les listes de lecture les plus élitistes pour peu que vous aimiez la bonne musique.

Difficile de se remettre de la (trop) courte écoute de ce mini album (c’est ainsi que le groupe le définit sur son site), cette alchimie délicate entre musique classique et un son rock plus pêchu est parfaitement gérée ici, notamment grâce à la très belle voix de la chanteuse, qui peut-être reste trop sur le même ton le long des 5 titres, pas de recherche dans les graves ou les aigus, mais quand on constate que le seul instant où la voix est modifiée c’est pour faire un truc assez moche, mais heureusement très bref, on se dit que c’est mieux que cela reste ainsi. Une bien belle découverte, j’ai aimé ce disque, et son dernier titre « S.T.A.R. » justifie à lui seul l’achat de celui-ci.

 

Source : Chaîne YouTube “HALORING Official”

 

Haloring – [dystopia] :

01/07/2015

 

1- Whitenote

2- SONZAIMAKER

3- 役立タズノ唄。

4- microrar

5- S.T.A.R.

Voir aussi

One Ok Rock annonce une tournée Européenne!

Nous apprenons aujourd’hui que One Ok Rock annonce une tournée Européenne! Seulement 5 dates ont …