Breaking News
Accueil / Critiques / Durarara – Tome 01

Durarara – Tome 01


Durarara est une série de Light Novels écrite par Ryohgo Narita. Edité par les Éditions Ofelbe, le premier tome a vu le jour le 01 Octobre 2016.

Après une adaptation en anime, réalisée par Brain’s Base et diffusée de janvier à juin 2010, Durarara connaît un franc succès qui n’est plus à prouver. Malgré le fait que l’on puisse penser que cet animé nous ait donné l’opportunité de vénérer comme il se doit le travail plus qu’acharné et admirable de l’auteur, on s’est bien trompé, car le premier tome de la série Light Novel récemment sorti, nous démontre que nous pouvons une fois de plus être surpris de nouveau par une histoire que nous connaissons déjà très bien.
durarara_vol1
Très vite, nous sommes transportés au cœur de Ikebukuro, où différentes affaires plus étranges les unes que les autres, sont un quotidien pour les résidents de cette ville. Là où tous les voyous, les Yakuza, les informateurs, ou encore les légendes urbaines sont des choses auxquelles chaque personne s’est presque habituée, des gens restent encore dans l’ignorance de tous les complots qui peuvent s’y passer. Quelques lycéens, dont un, Mikado Ryûgamine, vont en faire l’expérience et il va malgré lui se trouver au cœur d’une affaire à la fois terrifiante et excitante.

Une histoire prenante, des dialogues tellement bien construits que l’on pourrait même presque penser que cela est tout droit tiré de faits réels. Des rebondissements surprenants, des personnages attachants autant que méprisants, on a même l’impression de ne plus être un lecteur, mais un spectateur. Après un long moment de lecture, l’envie nous prend de lever les yeux du livre et de se demander d’un air presque perdu : « On est toujours en 2016 ? ».

f49fd72cda628386111aedceea578a74 Ce qui rend ce tome plus intéressant encore, ce sont toutes ces petites intrigues, toutes ces parcelles de mystère et tous ces indices cachés, qui nous donnent envie de les résoudre nous-mêmes et de crier aux protagonistes notre hypothèse. Nous retrouvons aussi beaucoup de choses que nous ne voyons pas dans l’anime, telles que le passé plus approfondi des personnages, leurs pensées les plus cachées et même parfois leurs peurs, ce qui les rend beaucoup plus vivants. Nous retrouvons cet informateur, Izaya Orihara, aussi douteux qu’attachant. Un homme qui, au-delà de ses allures de bon garçon, dégage une aura qui ne nous donnerait pas l’envie de lui faire confiance.

Puis, il y a cet homme menaçant et arrogant, Shizuo Heiwajima, doté d’une force sans nom, et qui s’amuse à poursuivre Izaya partout où il le croise. Une situation autant humoristique que prenante qui nous donnerait même l’impression qu’ils aiment ça. Bien sûr, cet étrange motard sans tête, aussi surnommé la Dullahan, est devenue rapidement la légende urbaine la plus réputée de la ville et même au-delà, qui sait. Le plus malsain reste cette tête sans corps qui, enfermée au sein d’un laboratoire, fait l’objet de toutes sortes d’expériences pratiquées par ces scientifique, pressés de percer son mystère et de comprendre une chose : pourquoi cette tête semble presque en vie alors qu’elle n’a pas de corps ?

 

durarara_v01-06

Bien d’autres personnages entrent en jeu, y compris Mikado Ryûgamine, qui, sans le vouloir va découvrir un grand secret : Les DOLLARS. Qui sont-ils ? Que font-ils et sont-ils vraiment réels ? Une question et une envie de comprendre, qu’il aurait mieux fait de garder pour lui.

Nous sommes vite pris d’un sentiment de gêne, de peur et d’impatience quand vient la fin du roman. Ça nous donne vite l’envie de sauter de son lit, de son canapé ou de son bureau, afin d’aller à la rencontre de son second tome, et de se procurer rapidement la suite.

Série écrite par : Ryohgo Narita.
Illustré par : Suzuhito Yasuda
Edité par : Ofelbe.
Prix : 12,99€

©RYOHGO NARITA  ILLUSTRATION:SUZUHITO YASUDA  KADOKAWA CORPORATION ASCII MEDIA WORKS

Voir aussi

Père Fouettard Corporation #3

Pas de Marie-Noëlle, ni de Jean-Balthazar dans Père Fouettard Corporation #3 (Kurokawa) d’Hikaru Nakamura. Un …

Laisser un commentaire