Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Dragon’s Crown Pro

Dragon’s Crown Pro

Sortie en 2013, l’édition originelle avait su nous marquer, si bien qu’à l’annonce de Dragon’s Crown Pro, nous étions déjà paré(e)s à reprendre nos fioles & armes, pour s’éclater à plusieurs. On espère ainsi que le charme fonctionne encore, tout en y découvrant quelques ajouts.

La tribu d’Hydeland

L’aventure connue il y a 5 ans s’avérait déjà intéressante à suivre, en marge des combats. Cependant tout le monde ne pouvait la saisir. Bonne nouvelle, italien, japonais, espagnol, allemand, anglais et français sont désormais disponibles comme langages. On se croirait à l’Eurovision, avec le Japon à la place de l’Australie. Même si l’on espère que le roumain arrivera quand même prochainement. Le message est passé.

Vous pourrez peut-être cette fois-ci mieux comprendre les dialogues, mais également les diverses informations essentielles pour mener à bien votre bande dans les contrées d’Hydeland. Dragon’s Crown Pro reprenant sinon ce que l’on connait. En somme, accomplir des missions dans des lieux tous plus malfamés les uns que les autres, avec en but final de récupérer la couronne du dragon.

L’escadron du loot

La grande force de l’œuvre de Vanillaware, se retrouve immédiatement dès que l’on se lance dans Dragon’s Crown Pro, à savoir la coopération jusqu’à 4. Ceci aussi bien en local qu’en ligne, un double aspect de plus en rare. Rien que le premier ayant déjà quasiment disparu du médium vidéo-ludique. Cette édition apporte en sus un cross-play total, permettant d’évoluer entre aventurières/iers PS4, PS3 et PS Vita. De quoi gonfler automatiquement les possibilités pour réussir à former une équipe.

D’ailleurs cette dernière nous délivrera tout ce qu’il faut pour un tel univers médiéval fantastique : amazone, elfe, ensorceleuse, guerrier, nain & magicien. Avec évidemment des capacités propres à chacun(e). Certain(e)s étant adeptes du corps à corps, d’autres du tir à distance, voire de l’utilisation de sorts. De nombreuses armes spécifiques étant à acquérir, on aura de quoi faire également en dehors des batailles, puisque l’on sera constamment en train de vérifier la puissance de telle épée ou encore tel arc, tout en achetant tel objet, en vue de récupérer de la santé par exemple ou même ressusciter un allié.

Chaque niveau étant gorgé d’ennemis, la coopération & la prévention par l’élaboration de son équipement ne seront pas de vains mots. On en tire d’ailleurs une grande satisfaction lorsqu’après avoir éliminé tout le menu-fretin, on arrive à annihiler un boss toujours charismatique. La castagne ne fera pas tout, il ne faudra pas hésiter à fouiller les environnements, des trésors s’y trouvant fréquemment.

Signalons qu’en plus du cross-play, le cross-save est aussi présent. De quoi sauvegarder & charger sa partie, entre les divers supports.

Beau comme un dragon

Au travers de cette édition, le jeu en profite particulièrement pour franchir un cap au niveau visuel. On avait déjà, à l’époque de l’œuvre originelle, droit à une superbe patte artistique. De par un chara design brillant, associé à une représentation époustouflante d’originalité. L’impression de se trouver au sein d’un grimoire illustré était là, le tout mêlant magistralement 2 et 3D. Les sensations sont toujours au rendez-vous, avec comme nous l’évoquions, une montée en puissance sur ces graphismes.

L’ambiance sonore n’est pas en reste, puisque les musiques d’Hitoshi Sakimoto mises en exergue par un orchestre, sauront galvaniser nos aventures. Toutefois la bonne idée a été prise d’offrir la possibilité de changer quand bon nous semble de bande-originale, entre ce nouvel enregistrement & le premier.

En améliorant les forces du jeu de base, Dragon’s Crown Pro démontre l’utilité d’une telle sortie. Le parc installé de PS4 permettant à quiconque évolue à l’une des versions de DC de s’y mêler, vous êtes donc déjà gagnant(e)s même si vous ne jouez que sur PS3 ou Vita. Et si les graphismes furent sublimes en 2013, on ne peut qu’apprécier cette évolution servant à les magnifier. Sans omettre la localisation, un aspect qui se perd.

Inod

Développeur : Vanillaware
Éditeur : ATLUS
Genre : Action
Support : PlayStation 4

Voir aussi

Resident Evil 2 et Devil May Cry 5 jouables à la Paris Games Week 2018

Capcom sera présent tout au long de la Paris Games Week 2018 (26 au 30 …