Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta

Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta

Nouvelle doublette de combattants pour Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta classiques faisant leur apparition. Après avoir débloqué les versions SSB ou encore acquis en contenu téléchargeable leur fusion en Bejito SSB, ces 2 vieux de la vieille arrivent-ils à tenir leur rang ?

C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure eau sacrée

Rappelons en premier lieu que l’avant dernier duo de Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta, à l’instar des précédents, peut voir ses 2 protagonistes être achetés séparément. Tandis que si vous possédez le season pack, vous les obtiendrez automatiquement.

On a donc droit, comme vous l’aurez saisi surtout si vous connaissez bien la franchise DBZ, à des versions « à l’ancienne » de Son Goku & de ce qui fut à l’époque son pire ennemi, Vegeta. Le choix ayant été fait de puiser directement dans l’arc où les 2 se rencontrent sur Terre & s’affrontent pour la première fois.

Yajirobe ce héros

Tout comme pour chaque lutteuse/eur de Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta ont été soigneusement retranscrits dans leur palette de mouvements. Le grand, le vaillant Son Goku s’avère intéressant pour qui apprécie particulièrement l’enchainement de frappes. Et préfère laisser de côté la débauche d’attaques spéciales à tout-va, où l’écran explose continuellement sous les décharges de ki. D’ailleurs son combo automatique démarre d’une manière attirante, car éloigné, notre héros sait mettre à mal ses adversaires rien que par le souffle de sa puissance. Comme dans le manga & l’anime. Ce qui impressionnait à l’époque. Cet atout s’avère utile, de quoi ne pas nécessiter de trop s’approcher, tout en dégommant littéralement l’ennemi(e). Sur laquelle/lequel on se jette pour continuer l’enchainement.

Néanmoins le fils de Bardock possède quelques offensives pleines de ki, que son patriarche ne détient pas. Le kamehameha évidemment au rendez-vous, ainsi qu’une boule de ki bien sentie de par sa façon de surgir. Mais cela reste pour les petit(e)s joueuses/eurs. Car qui dit affrontement sur la planète bleue entre ces 2 là, dit Genkidama. On a ainsi droit à l’appel à l’énergie, au Genkidama, mais également au Super Genkidama, demandant 3 jauges de ki. Rapide mais moins que dans ses transformations d’après, le kaïoken lui permet de partir en fanfare.

De quoi rattraper Vegeta, amplement plus rapide que Kakarot. Une vélocité qu’il doit à sa plus petite taille, sa maigrichonne corpulence & sa force moindre… Effectivement, on adore se moquer des féru(e)s de Vegeta. Celui-ci est très intéressant notamment par l’emploi du canon garic, dont la téléportation dans les airs avant de l’effectuer, peut octroyer une esquive. Ceci avant un Super qui fait mal. Au-delà de ses qualités dans la bagarre, il s’avère posséder l’un des meilleurs atouts en tant que soutien. En l’occurrence le Découpeur énergétique, touchant souvent sa cible & bien sympathique si besoin de se dégager.

C’était mieux avant

L’une des forces de DB FighterZ afin de retranscrire au mieux l’univers de la marque, est tout ce qui concerne la partie saynètes & phrases d’accroche de chaque combattant(e). Cela perdure sur ce nouvel apport à Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta s’avérant fournis sur ce point.

L’arrivée sur le champ de bataille du premier est mythique, puisqu’il déboule via le nuage magique, dont le charisme n’est plus à démontrer.  On y remarque le sourire toujours enfantin du déjà sauveur de la Terre à l’époque. Puis son saut dans une position complètement craquée prolonge la facette innocente de Son Goku. Constamment prêt à délirer. Avant de prendre la parole, toujours avec ce plaisir de se mesurer à de fort(e)s adversaires, comme il le démontre dans ses citations. .Avec en sus cette pointe de sérieux dans le regard. On reconnait bien là sa double identité.

Ce Vegeta d’antan reprend pleinement le caractère premier du prince des saiyens. Ceci se traduisant dans ses propos, adaptés (comme pour Son) aux adversaires qu’il a croisés à l’époque. Dont du pinçant, renvoyant aux heures sombres de l’affrontement entre les guerriers de l’espace & les défenseurs de la Terre. On retrouve également son regard & son sourire diaboliques. Ces derniers disparaissant après ce pan de la saga DBZ. Au même titre que sa queue. Nouvelle démonstration du soin apporté par Arc System Works pour que leur pépite fleure bon l’œuvre de Toriyama Akira & de son adaptation télévisée. N’oublions pas les paroles également adaptées de certains adversaires, lorsqu’ils rencontreront l’un ou l’autre.

Leurs animations sont du même acabit. On se régale notamment du kaïoken, où l’on a littéralement l’impression de revoir Son Goku l’employer lors de son premier combat face à son meilleur ennemi. Tandis que l’appel d’énergie & le genkidama reprennent tout autant les codes que l’on connait. Avec une beauté indéniable, ainsi que tous les détails qui vont bien. Comme le côté poussif de la boule genki, avancement progressivement & lourdement. On a en tête l’ambiance sonore dramatique des luttes annonçant généralement leur fin quand cette attaque est lancée.

Bien que ces nouveaux personnages possèdent déjà des évolutions au sein de Dragon Ball FighterZ, Goku et Vegeta ont été si finement travaillés, que ces éditions classiques, savent amener leur propre touche. On attend désormais impatiemment Cooler &… Allez lançons les paris. On met tout le budget du Yatta Fanzine sur Mr Popo !

Inod

Développeur : Arc System Works
Éditeur : Bandai Namco Entertainment
Genre : Combat
Supports : PS4, Xbox One, PC & Switch (à venir)

Voir aussi

Resident Evil 2 et Devil May Cry 5 jouables à la Paris Games Week 2018

Capcom sera présent tout au long de la Paris Games Week 2018 (26 au 30 …