Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Deadlock tome 1- Saki Aida & Yuh Takashina

Deadlock tome 1- Saki Aida & Yuh Takashina

Agent de la brigade de lutte contre la drogue à Los Angeles, Yuuto Lennix, 28 ans, est accusé du meurtre de son coéquipier après que ce dernier ait été retrouvé assassiné dans son appartement. Deux semaines auparavant, ils avaient réussi à démanteler l’un des plus gros gangs de drogue de New York après un an d’infiltration. Victime d’un coup monté, Yuuto est condamné et envoyé à la célèbre prison de Schelger où il devient rapidement la cible des autres détenus. Face à cette situation, Yuuto refuse l’aide de son co-détenu, Dick Burnford, un homme énigmatique respecté par tous les autres détenus. Quelque temps après son arrivée, Yuuto reçoit la visite de Mark Hayden, un agent du FBI venu lui proposer sa libération s’il arrive à retrouver Corvus, le mystérieux leader d’un groupe terroriste.

 

Deadlock-couv-1

La prison, lieu de bien des fantasmes homosexuels comme l’ont déjà démontré, entre autres et plus ou moins habilement, Orange is the New Black ainsi qu’Under Grand Hotel.
Mais alors, comment s’en sort ce premier volume de Deadlock ? Vaut-il la peine qu’on s’y attarde ou pas ? C’est ce que nous allons essayer de voir.

DEADLOCK1

La première chose à m’avoir plu dans ce manga, avant même de l’avoir ouvert, c’est sa couverture, clairement. Peu de couleurs, des personnages aux traits fins et soignés et une ambiance renfermée mais pas trop. Ça me semblait annoncer du bon. Les visuels intérieurs sont tout autant plaisants, les dessins sont beaux, le trait presque aérien, les persos ont de bonnes gueules. Les arrière-plans sont régulièrement absents ou effacés mais ce n’est pas gênant, au contraire, ça nous permet de totalement nous concentrer sur les personnages et nous empêche de nous laisser distraire par de petits détails. C’est visuellement très agréable et c’est un des gros points forts de ce manga.

Le scénario quant à lui est plutôt intéressant et démarre sympathiquement. Ce tome en pose les bases et si nous rencontrons un certain nombre de personnages secondaires nous n’en savons pas encore beaucoup à leur sujet, tout tournant beaucoup autour de Yûto et de son “emménagement” à Schelger. J’avoue être impatiente d’en savoir plus à leur sujet, certains ayant l’air trop gentils pour être honnêtes et d’autres étant simplement intrigants.

DEADLOCK3

En ce qui concerne l’ambiance carcérale je serais bien en peine d’indiquer si elle est correctement retranscrite, mais elle me semble néanmoins suffisamment crédible pour que l’on s’y laisse prendre. Plus en tout cas que dans d’autres fictions que j’ai déjà eu l’occasion de voir passer.

Pour ce qui est de la classification de ce manga, je pensais qu’il s’agissait d’un yaoi mais rien dans ce premier tome ne permet véritablement de le classer ainsi, d’ailleurs le logo yaoi n’est pas disposé sur la jaquette. Ça changera peut-être dans ceux à venir, certaines réflexions du protagoniste le laissant parfois sous-entendre, mais ça ne semble pas parti pour être un récit qui placera l’histoire d’amour en premier plan au détriment du reste, ce qui n’est pas franchement pour me déplaire.

DEADLOCK2

Ce que je regrette un peu : Visiblement il s’agit de l’adaptation d’un roman de Saki Aida, or je n’en ai pas trouvé trace en français; il semblerait qu’il n’ai jamais été traduit. Reste donc à espérer un énorme succès de cette nouvelle série pour donner envie à l’éditeur de nous proposer également la version texte de cette histoire qui débute vraiment pas mal du tout.

Pour conclure, c’est une très bonne surprise que ce titre que je n’attendais pas spécialement. Il est très prometteur et je suis impatiente d’en avoir la suite dans les mains.

Affaire à suivre donc…

Manga licencié en France par Taifu.

TaifuManga_Logo

Voir aussi

Les Héros de la Galaxie #7

Prolongeons notre découverte des œuvres de Yoshiki Tanaka adaptées en manga, sortis chez Kurokawa. Puisque …