Breaking News

Wasteland 3

Le numéro 2 avait su convaincre tant par sa qualité ludique, que son histoire & son univers très original. D’autant plus dans le jeu de rôle. Suite facile maintenant que la série s’est faite un joli nom ou un Wasteland 3 qui marquera ?

Go go Colorado Rangers

Après avoir soufflé le chaud en Arizona, Wasteland 3 fera souffler le froid dans le Colorado. Changement drastique de décor, pour mieux d’emblée mieux nous surprendre & éviter une redite.
Plus de cent ans se sont écoulés depuis que le monde a subi un choc nucléaire. Depuis, la population tente de survivre, au sein d’un environnement toujours aussi gangréné par les mêmes problèmes qu’auparavant : violence, corruption, dogmatisme ou encore égocentrisme. Comme quoi, la société post-apocalyptique ne diffère pas vraiment de l’ancienne.

Néanmoins, tenir y est encore plus complexe pour tout le monde. Et cela risque d’aller de mal en pis, à cause de trois belliqueux personnages, prêts à tout ravager. Le Patriarche, personnage déjà assez spécial qui s’autoproclame comme le chef du coin, nous appelle au secours, afin d’endiguer la menace que sont ses enfants. Tout en promettant de nous aider en retour.
L’on rejoint ainsi l’État de la ville du nom du dernier dinosaure, en gérant jusqu’à 6 rangers, parés à en découdre.
Au sein de cette ambiance dramatique, l’on retrouve néanmoins beaucoup d’humour. Que vous saisirez aisément, puisque l’on a la chance de bénéficier d’une traduction en français.

À l’Waste que du nouveau

Vous connaissez désormais les grandes lignes du scénario. Ce qui en somme, pour une expérience telle que Wasteland 3, signifie que vous ne savez à peu près rien. Tout bonnement car il ne s’agit que d’un contexte simple pour le moment, qui prendra rapidement tout son essor. La qualité d’écriture s’avère de haut niveau certes, mais surtout, elle s’imbrique directement dans le système de jeu.
Non manichéen, l’on fait plus que suivre ce scénario : on le façonne ! Au fur & à mesure de notre avancée, de nombreux choix s’offriront à nous. Comme s’accoquiner davantage avec telle ou telle faction. Sans omettre notre comportement, plus ou moins violent. Les réactions de nos futures rencontres, diffèreront alors selon notre réputation.
Un aspect qui insuffle un plaisir palpable, tant l’on influe sur notre aventure, par les dialogues & nos actions.

Une grande rejouabilité s’offre à nous par ce biais, au même titre que par la variété des protagonistes. Si inXile a le bon ton de proposer des duos de rangers calibrés pour se lancer instantanément dedans, l’on peut privilégier de créer le sien. Ce qui s’avère évidemment plus intéressant. Mais en sélectionner un préconçu, permet de prendre de suite le logiciel en main, sans passer du temps dans la personnalisation. Que craignent certain(e)s joueuses/eurs, par sa durée avant même de jouer & par le doute de ne pas réussir à obtenir d’efficaces avatars.

Toutefois, l’on ne peut que vous conseiller de procéder en les modelant de toutes pièces. La satisfaction de tout déterminer, tant physiquement, que dans les attributs, délivre une saveur particulière. L’on pourra de cette manière choisir des adeptes de l’action plus ou moins proche/lointaine. Ainsi que profitant de compétences très différentes, avec souvent de l’innovation dans le RPG.
Il s’agira de savoir efficacement distiller les habiletés & leur progression entre nos membres (d’autres recrues nous rejoindront), afin de les spécialiser dans certains domaines. En vue de s’en sortir face aux multiples situations.

Par ce biais, l’on pourra devenir tellement mali(g)n(e) que l’on évitera des combats. Ou encore l’on sera balèze en mécanique, le top pour la réparation. Sans oublier la capacité à se lier avec des animaux. L’influence de nos caractéristiques impacte partout, y compris sur la faculté de chacun(e) à devenir plus efficace contre tel type d’ennemi(e)s, véhicules compris.
D’ailleurs l’on se servira également des nôtres, tant pour se déplacer dans les niveaux & affronter ce froid. Que pour affronter toujours, mais cette fois nos opposant(e)s.

Des batailles pleinement ancrées dans le JDR tactique, avec une typologie du terrain à prendre en compte. Ainsi que les endroits où rester hors de vue des rivales/aux, tout en se servant de sa qualité de discrétion.
Nos statistiques permettront de glaner des avantages quant à nos déplacements, comportant des limites. Pouvant inclure une attaque ou non, selon où l’on se rend. Mais aussi dans la priorité, en retenant que l’on évolue au tour par tour.

Il a neigé sur les lacs

On l’évoquait plus tôt, le dépaysement de Wasteland 3 est total. Ce qui apporte sur moult plans, dont le visuel évidemment. Le rafraîchissement s’avère d’autant plus grand, par son exacte opposition aux terres arides du volet précédent. Ces étendues de neige nous font littéralement froid dans le dos. D’autant plus par leur association avec des intérieurs délabrés, nous faisant ressentir, s’il en était encore besoin, à quel point l’on traverse une planète de désolation.
Que l’on tentera tant bien que mal de remonter en qualité, en étant porté(e) par des musiques, sachant particulièrement nous raviver lors des bastons.

Empli d’idées qui bousculent le milieu rôliste, notamment par les compétences originales & leurs répercutions, Wasteland 3 nous passionne en plus totalement par la dimension de ses interactions dues à nos choix. Un sacré exemple de tactical RPG & bien au-delà, pour quiconque.

Inod

Développeur : InXile Entertainment
Éditeur : Deep Silver
Genre : Jeu de rôle
Supports : PlayStation 4, Xbox One & PC

Voir aussi

Port Royale 4

Décidément Kalypso Media a le vent en poupe ces derniers mois et l’un des développeurs …