Breaking News

Warhammer 40,000 : Mechanicus

Disponible depuis un bout de temps sur PC, Warhammer 40,000 : Mechanicus vient pointer le bout de son arme sur les 3 consoles du moment. Une adaptation réussie ?

Toute ressemblance avec un livre existant ne serait pas purement fortuite

Avant de se lancer dans le jeu en lui-même, apprenez que celui se fonde sur une histoire signée Ben Counter. L’apport de l’œuvre de l’auteur publié chez Black Library, semble être une bonne nouvelle. Puisque l’on possède ainsi un scénario Warhammer 40K, par quelqu’un qui a fait ses preuves. En revanche, l’on se demande toujours si les développeurs sauront l’amalgamer à l’expérience ludique. Ce qui est loin d’être évident, lors de ce genre de processus.
Bonne nouvelle, les religions sont tombées ! Enfin d’une certaine sorte seulement, puisque celles connues jusqu’ici, ont en réalité été supplées par les avancées technologiques. Les dogmes ne sont plus les mêmes, mais rien ne change. Les factions luttent toujours les unes contre les autres, tout en voulant démontrer que le chemin idoine est le leur. Et à ce propos, sommes-nous justement dans la vérité en vénérant l’Omnimessie ?

Nous aurons toutefois l’occasion de prouver notre bonne foi ou non d’ailleurs. Nos décisions marquent l’évolution de la partie. En nous montrant plus ou moins sympathique, voire un véritable destructeur.
Même si quoiqu’il arrive, nous combattrons. Puisqu’en dirigeant l’Adeptus Mechanicus, un des plus forts escadrons de l’Imperium, notre mission nous enverra sur la planète Silva Tenebris. Dans le but de mettre la main sur des technologies d’antan.
Cependant, toutes les tombes des lieux ne renferment finalement peut-être pas des Necrons totalement endormis. La bataille entre cette caste & la nôtre est lancée. Mais en réalité, y a-t-il véritablement une bonne & une mauvaise voie entre les 2 ?

Le soulèvement des technologies

En tant que tactical RPG, Warhammer 40,000 : Mechanicus nous demandera de prendre tout particulièrement soin de ses déplacements, via un espace quadrillé. Au fur & à mesure de notre progression au sein des divers donjons, des évènements se déclencheront. Ces derniers nous montreront une image d’un détail précis des lieux. Un texte l’accompagnant, nous permet d’en savoir davantage. Mais surtout, l’on aura l’occasion d’interagir avec cette scène.
C’est là qu’interviennent les choix multiples, capables de diamétralement changer votre aventure. Un atout très fort, au sein d’une histoire & une narration profondes. On continue ainsi d’avancer, afin d’en connaître toujours plus sur le scénario. Tout en prenant plaisir à avoir une incidence réelle & différente, selon nos actes. Les explorations ne s’avèrent par conséquent pas juste informatives.

Notre armée n’est pas venue que fouiller, même si elle ne s’attendait pas à cette opposition. Les combats tactiques au tour par tour, demanderont de positionner avec réflexion, ses troupes dès le départ d’une bataille. Attention, les inclure aura un coût & l’on ne pourra donc envoyer le maximum systématiquement. Néanmoins, au fil de l’affrontement, il sera envisageable d’envoyer de nouvelles unités. Grâce aux points glanés durant celui-ci
Obligation par contre d’envoyer au moins un Technoprêtre au front d’emblée. S’ils s’avèrent les plus redoutables, ils sont tout autant votre pire faiblesse. Car les perdre, signifiera votre défaite. En avoir le plus possible s’avère donc important. En sachant que l’on débute avec 2 & peut en posséder davantage, à force de débloquer des places.

Afin d’éviter le triste sort de la défaite, l’on emploiera la bonne vieille technique offensive de l’élément efficace contre tel type d’ennemi. Tandis qu’il est résistant à tel autre. De fait, il s’avère essentiel de former un groupe aux habiletés distinctes, pour réussir à parer à toute éventualité.
La matière noire que l’on remportera au cours de toutes les bastons, nous offrira justement l’opportunité d’améliorer nos Tech-Priests. De les guider davantage vers telle ou telle autre qualité… Là où l’indispensable variété précédemment évoquée, devra être mise en place.

40000 Technoprêtres sur la ligne de départ

L’aventure s’avère sombre au possible. Tant par ses thèmes, exécutée soigneusement & profondément, que par son enrobage. L’univers visuel nous plonge dans de lugubres donjons, éclairés par de somptueux effets lumineux néons, renforçant l’aspect futuriste. Les environnements délivrent également un réel intérêt sur ce point, que l’on a plaisir à explorer.
Cette édition de Warhammer 40,000 : Mechanicus pour vos différentes consoles, vient en sus avec le contenu additionnel Heretek. Ce dernier est loin de faire dans le léger avec seulement des armes, puisque parmi sa panoplie d’apports, figure un arc scénaristique.
En outre, l’on bénéficie de la bande-originale composée par Guillaume David, particulièrement sombre elle aussi. Ainsi que d’un artbook, les 2 en version dématérialisée.

Parallèlement à sa dimension tactique poussée, l’on apprécie spécifiquement les QCM durant notre exploration, impactant nos actions & l’expérience Warhammer 40,000 : Mechanicus. L’enrichissant & permettant de s’y replonger, en changeant ses approches.

Inod

Développeur : Bulwark Studios
Éditeur : Kasedo Games (Kalypso Media)
Genre : Jeu de rôle tactique
Supports : PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch

Voir aussi

Maskot’

Les sorties de 404 On Board se poursuivent, avec l’arrivée d’un jeu d’ambiance de Mathéal, …