Breaking News

void tRrLM(); //Void Terrarium

Le moins que l’on puisse dire, est que void tRrLM(); //Void Terrarium nous fait légitimement songer à ce qu’il adviendra bientôt de la planète, sa faune, sa flore & au-delà. Bougera-t-il les mentalités, en sus de sa fonction de jeu vidéo ?

Il ne peut en rester qu’une

Tout comme dans notre monde bien réel, l’humanité fait n’importe quoi et la nature se soulève dans void tRrLM(); //Void Terrarium. La surface n’étant plus habitable à cause la toxicité de l’air due à des champignons, la population a pris refuge sous terre. Cependant, cette nouvelle société n’a pu survivre face à l’intelligence artificielle qui s’est retournée contre elle.
Des ennemies d’hier, qui s’allieront durant notre expérience. Robbie le robot découvrant une petite fille, Toriko, probablement la dernière humaine. Mal en point, cette dernière sera prise sous l’aile, enfin l’écrou de Robbie, au sein d’un terrarium. Non sans profiter du soutien de la fameuse I.A. !
Un objectif pourtant pas de tout repos, tant l’univers en dehors de ce lieu est dangereux.

Mangez-moi mangez-moi mangez-moi

L’affection se créant entre l’enfant & nous-même, fait partie intégrante de l’expérience. Plus vous êtes du genre à vous plonger pleinement dans un univers vidéo-ludique, plus cette facette impactera sur votre manière d’évoluer. Allant au-delà d’un simple aspect scénaristique, ces liens nous donneront ainsi envie d’être toujours plus performant & aux petits soins avec elle. Ses besoins se signalant clairement, l’on sera alerté par sa nécessité d’être soignée & de se nourrir. Mais également si l’endroit doit être récuré d’une certaine manière, tout en l’évoluant progressivement, afin qu’elle se sente mieux.

Il faudra constamment subvenir à ses requêtes tellement humaines. Vraiment, vivement qu’on les transforme en robots. La preuve, nous l’on ne manque de rien dans ce genre. Qui plus est, l’on peut aller lui quérir tout cela, alors qu’elle en est incapable à la cause de la pollution… Escpèce d’HUMAINE, bonjour l’insulte, surtout que l’on devra répondre à temps pour ne rien risquer. Se balader gaiement & la restaurer ou autre quand on le désire, ne sera pas forcément possible. Il s’avèrera fréquemment indispensable de se grouiller, car un problème survient là-bas.

L’on s’en ira donc en direction de donjons, générés de manière procédurale, offrant une rejouabilité de chaque instant. Malheureusement, même en tant que robot l’on a besoin de recharger ses batteries. Littéralement parlant ! & carrément de les changer, sans quoi l’on serait dans un pire état que Toriko.
Les niveaux nous feront affronter des semblables, ainsi que des mutants, particulièrement retors. La difficulté se ressent également par la remise à 0 ou presque, à l’abord d’un nouveau donjon. L’on aura toutefois l’occasion d’évoluer & de se fournir en équipement, la saveur roguelike est clairement au menu par ces divers biais.
Vous annoncer que la régulière déroute de notre héros surviendra, ne faisant que la renforcer. Idem par rapport aux décisions à prendre entre 2 bonus proposés, l’inventaire restreint… Si bien que la gestion & la fabrication, deviendront des pièces-maîtresses pour s’améliorer & éviter de continuellement perdre.

Il va y avoir du spore

De nombreux champignons s’avèrent mignons IRL, cependant il ne faut pas se fier aux apparences, à l’instar de celles de void tRrLM(); //Void Terrarium. Un aspect charmant, enfantin, se dégage de l’enrobage graphique de l’aventure. Particulièrement chez Toriko, avec sa bouille de gentille fille. Toutefois, lorsque l’on arrive en ville, l’on a bien envie de changer de trottoir. L’ambiance toxique s’y ressent et délivre une dualité saisissante.
Le malaise lui s’approfondit au travers de la bande-son très électronique, limite à la touche indus calme. Faisant ressentir le côté futuriste & angoissant.

Mêlant une dimension touchante, ancrée dans de la gestion de personne, à un roguelike difficile comme de coutume, void tRrLM(); //Void Terrarium réussit là un mélange original, avec un goût de reviens-y.

Inod

Développeur : Nippon Ichi Software, Inc.
Éditeur : NIS America
Genres : Roguelike/Jeu de rôle
Supports : PlayStation 4 et Nintendo Switch

Voir aussi

Maskot’

Les sorties de 404 On Board se poursuivent, avec l’arrivée d’un jeu d’ambiance de Mathéal, …