Breaking News

Street Fighter V : Champion Edition

De par son concept saisonnier, SFV dure déjà sans mal depuis 2016, avec l’enrichissement de son contenu, ses défis & bien entendu la présence d’affrontements en ligne. Si entretemps l’Arcade Edition (lire notre critique d’époque pour davantage de détails sur SFV, la nouvelle se portant sur ses ajouts & sa globalité) avait su proposer un logiciel plus fourni que celui d’origine, l’on franchit un cap avec l’arrivée récente de Street Fighter V : Champion Edition !

Here come 40 new challengers

Une version qui pourrait signifier un certain final, toutefois nuancé par la capacité de l’expérience à se prolonger avec constamment des missions supplémentaires & évidemment les compétitions en ligne. En sus de nos propres tatanes à 2 hors ligne. Le jeu a donc encore une vie que l’on devine étendue dans le temps & qui pourra vivre parallèlement à un éventuel SFVI, peut-être sur une nouvelle console. En attendant, Street Fighter V : Champion Edition déboule sur le ring plus équipé que jamais.

Gill me more

Parmi cette avalanche de contenus, l’on retrouve bien entendu ce qui intéresse probablement le plus de monde, à savoir 40 combattant(e)s d’emblée. Y compris Seth, le 40e du casting ou encore Gill. Quarante trublions qui profitent des années écoulées pour s’équilibrer au mieux entre elles & eux. Un point essentiel, qui bougera peut-être à nouveau, étant donné que grâce à cette version davantage de joueuses/eurs pourront exploiter tous les avatars. Quoiqu’il en soit, le ressenti actuel ne souffre pas de différences qui nous sautent aux yeux.

Là encore dès le lancement de son Street Fighter V : Champion Edition, l’on pourra naviguer entre 34 environnements. Où l’on admirera nos protagonistes se mettre sur la trogne dans leurs tuniques. En sachant que l’on bénéficie de 200 d’entre elles. Soit une garde-robe immense & l’on pourrait même affirmer suffisante. Néanmoins, d’autres niveaux & vêtements croisés manquent à l’appel. Et des achats avec votre argent ou les crédits à glaner, la Fight Money, restent envisageables. Soit une motivation pour perdurer. Celle-là passe sans mal, puisque l’on est déjà bien équipé(e) dans les 2 catégories & surtout blindé(e) chez les lutteuses/eurs. & l’intérêt des éléments à acquérir n’a pas la même importance que ces héroïnes/héros. Si bien que l’on ne se sent point frustré(e) & qu’il s’agit du style de carotte que l’on apprécie. Ce qui accentue la réelle qualité & profondeur du contenu que possède directement SFV : CE.

Gill me more

Gigantesque atout de cette prolifération de contenus : obtenir tout de suite les derniers challengers. Dont Gill, aux techniques qui ne vous laisseront point de glace, mais qui mettront le feu. Tandis que Seth s’avère véritablement le genre de boss ultime, tant sa capacité principale s’avère de savoir exploiter les forces adverses. Tout comme chaque éventail du contenu comme l’on a pu le constater, Street Fighter V : Champion Edition bénéficie également de ces 4 ans d’âge pour débouler avec un maximum de modes de jeu. Tous remplis à bloc. Permettant de passer énormément de temps aussi bien en solo, qu’en duel en local ou en ligne. Seul(e), vous aurez droit à l’intégralité du pan histoire. Avec les affrontements spécifiques à l’aventure de chaque combattant(e) & leur scénario propre. En sus de l’histoire générale.

En somme, amplement de quoi prolonger l’expérience si vous en passez par la case DLC, car votre partie est avancée. Ou d’y rester énormément de temps tout court, si vous ne possédiez pas encore SF5. Surtout qu’avec le mode Arcade, vous aurez encore de quoi faire. Sans omettre la partie entraînement, titanesque mais pas ennuyeuse & qui vous fera réellement progresser.

Véritable version de cador, Street Fighter V : Champion Edition explose les compteurs et l’intérêt, tant l’on y retrouve un casting faramineux. Car 40 personnages aujourd’hui c’est rare. Ainsi que des modes hyper complets, au sein des lesquels l’on passera des heures à découvrir, à grimper en niveau… Et « surtout », il coûte moins de 30€, un prix coup de poing comme l’on dit dans la grande distribution de bourre-pif !

Inod

Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : Combat
Supports : PS4 & PC

Voir aussi

Maskot’

Les sorties de 404 On Board se poursuivent, avec l’arrivée d’un jeu d’ambiance de Mathéal, …