Breaking News

Stellaris: Console Edition

Originellement disponible depuis 2016 sur PC & l’an dernier sur PS4 & Xbox One en dématérialisé, le space opera de Paradox Interactive vient de s’offrir une version physique. Toujours sobrement intitulé Stellaris: Console Edition, jetons un œil au hublot, pour découvrir son immensité.

Spatial Staircase Paradox

Si le chemin sera plus ou moins long, notamment selon votre choix du nombre d’étoiles dans la composition de votre galaxie, le but s’avère simple : devenir l’empereur absolu ! Pour l’atteindre, l’on devra faire évoluer notre civilisation, que l’on mènera de la manière souhaitée. Néanmoins pas n’importe comment, car 3 objectifs distincts peuvent offrir la victoire.
Soit en conquérant ou en soumettant le plus de planètes. Ou bien encore en atomisant les capitales adverses. Voire même, si nos rivaux s’inclinent & nous considèrent comme l’empereur incontesté & incontestable.

D’entrée, la profondeur de Stellaris nous frappe. Rien que dans les détails par rapport à la création de son empire. Avec le choix de son espèce, les caractéristiques lui correspondant… Tout en sachant que l’on peut partir avec une caste préconçue, pour éviter de passer beaucoup de temps sur la conception. Avec des humanoïdes certes, mais ce sont plutôt les animales qui nous bottent. Entre les catégories aviaires, mollusques… Et même, via cette sortie boîte, une race en lien avec les plantes.
Mais avec la myriade de détails à disposition pour les plus créatives/ifs, savoir de quoi il en retourne un minimum en se lançant tout d’abord dans une partie rapidement, s’avère une bonne idée.

Par contre, dès que vous vous sentirez prêt(e)s, foncez tout régler. Vous aurez ainsi la possibilité d’à peu près tout affiner. Ce qui est d’autant plus attrayant en vue d’établir son empire comme on le souhaite.
D’ailleurs en ce qui concerne la personnalisation, cela touche tout autant les vaisseaux. Ouvrant toujours plus la richesse du jeu. En sus de varier les plaisirs de campagne en campagne.
Chacune d’elle sera même différente des autres ne serait-ce que par son environnement. Puisque les galaxies sont générées de manière procédurale. Ainsi, pas de redite même de ce point de vue.

Quadruple X

Comme ce titre de paragraphe l’indique, Stellaris est plus fort qu’un film avec Vin Diesel. D’accord, ce n’est pas super dur. Ceci dit, fouillons plutôt ce qu’il contient, en tant que 4X. Comprendre : eXpansion, eXploitation, eXploration & eXtermination.

Davantage que 4 points distincts, ceux-ci s’amalgament évidemment. Chaque action, se répercute directement sur au moins une des autres catégories. Mais au final, tout se rejoint. Pour vous donner de simples exemples, exploiter vos ressources vous octroiera de quoi étendre vos installations.
Anéantir une armée adverse, offrira de quoi agrandir son cheptel de colonies. Explorer vous délivrera de nouvelles technologies, offrant de passer un cap également dans toute votre expérience…
Si les possibilités sont gigantesques à chaque niveau, le plus fort s’avère justement certainement la véritable alchimie créée entre ces divers courants.

Surtout que l’on y associe une politique pouvant aller d’une grande souplesse envers notre peuple, mais une dureté innommable face aux autres. Ou encore devenir sur vos terres le pire tyran que l’univers ait connu. Tout en s’avérant un habile politicien, pour nouer des pactes avec d’autres planètes…
Avec bien sûr toutes les variantes possibles & imaginables, entre ces 2 là. Voire même pousser les extrêmes avec un comportement dictatorial chez vous, tout en attaquant les rivaux à tire-larigot…

Cependant, jouer comme l’on désire avec nos concitoyen(ne)s s’avère prendre un risque. Elles & ils ne répondront pas forcément sagement à nos attentes. En attendant simplement que vous régliez leur compte ou pactisiez avec d’autres populaces. La fronde peut se mener chez vous, avec des guerres civiles malvenues. Par conséquent, il s’agira de savoir rester dans les petits papiers de la majorité. De la façon dont l’on souhaite quand même, car trop de gentillesse n’est pas nécessairement gage d’écoute. En revanche, une qualité de vie suffisante peut inciter à vous suivre. Et même à des gens d’ailleurs de venir travailler chez vous.
Une spécificité qui peut faire rejaillir vos idées sombres n’est-ce pas. De notre côté, l’on ne mange pas de ce pain là. Et si vous comptez régler tous les soucis en imposant les robots comme travailleurs, attention à leur soulèvement. Tout s’envisage & cette profondeur s’avère quasiment flippante.

Un peu plus près des étoiles

Assurément, l’on pourrait affirmer que la bande-son de Stellaris est en or ! Très ambiante, elle s’avère en totale adéquation avec l’approche que l’on peut avoir en évoluant à un tel logiciel.

Avec la faible concurrence, PC compris, dans cette galaxie de jeux du genre, Stellaris en profite pour que l’on n’ait pas grande comparaison également au niveau visuel. Et force est de constater que cette particularité lui permet de ressortir d’autant plus.
Nonobstant cette originalité d’une certaine manière, les graphismes s’avèrent en eux-mêmes de haut niveau. Nous plongeant d’autant plus dans l’immensité spatiale rencontrée.
Le contraste entre la sombre profondeur des lieux & les effets lumineux surgissant par des réacteurs, des tirs de laser… Sans omettre les souffles & autres particules se dégageant des activités. Rend les conquêtes aussi somptueuses dans ce feu d’artifices spatial, qu’elles s’avèrent terribles au niveau des pertes. Des moments également de régal, en admirant le design des véhicules.

On a quasiment envie d’affirmer que tout est possible au sein de Stellaris: Console Edition. Les tractations, l’exploration des ressources & des technologies, la gestion de son peuple… Sans omettre la finesse des détails de son empire, par rapport à la planète dont il a besoin pour vivre, ses qualités & défauts, faisant que l’on tient là une expérience chronophage fabuleuse. Précision finale, l’intégralité est localisé en français, indispensable avec la mine d’informations en place.

Inod

Développeurs : Paradox Interactive/Tantalus Games
Éditeur : Deep Silver
Genre : Gestion
Supports : PlayStation 4 & Xbox One

Voir aussi

Annapurna

Prochainement en campagne de financement participatif sur Kickstarter, l’autrice d’Annapurna (Fiat Lucre) (Facebook du jeu), …