Breaking News

Romans Fullmetal Alchemist – T1-2

Parallèlement aux débuts de la nouvelle version du manga d’Hiromu Arakawa, Fullmetal Alchemist Perfect, Kurokawa sous son label Kuropop, réédite les romans de la licence écrits par Makoto Inoue. Avec un regroupement au sein du même ouvrage, sous l’appellation Romans Fullmetal Alchemist – T1-2.

La première partie, Terre de pierre, nous lance en compagnie d’Alphonse & Edward. En pleine recherche de la pierre philosophale ou de quelconque information à son sujet, les Elric sont sur une nouvelle piste. Cette dernière les fait atterrir à Xenotime. Ancienne cité minière, qui si elle prospérait fut un temps, s’avère désormais au bord du gouffre.
Tout n’est que rochers s’amoncelant. Même la verdure n’est quasiment plus là. Tant afin de faire pousser de quoi se nourrir, créer de nouvelles ressources ou tout simplement bénéficier de ce qui fait la vie : la nature !

En revanche, la nature humaine est elle bien au rendez-vous. Presque malheureusement pourrait-on dire, étant donné ce que l’on y trouvera au cours de la première histoire des Romans Fullmetal Alchemist – T1-2. Car en vue de raviver la flamme de la ville, un curieux personnage, souvent cité mais rarement aperçu, tient un projet. Ce Mugwar, projette en effet de concevoir l’ustensile qui apportera la richesse et davantage à l’endroit & à sa population. Non sans réclamer des financements, directement aux habitant(e)s. Vous l’aurez deviné, il s’agit de rien de moins que la pierre philosophale.

Afin d’accomplir cette mission, l’homme s’est entouré de 2 spécialistes. Des personnages dont quiconque un peu averti à propos de l’alchimie, a déjà entendu parler. Les célébrissimes frères Elric…
Attendez, il y a un problème ! Apparemment, par pour les gens du coin, croyant davantage ces 2 escrocs, plutôt que les réels frangins qu’ils ont en ce moment-même sous le nez. Et pour cause, ils trouvent que les 2 premiers à s’être présentés, paraissent bel & bien être des frères. Avec l’un assurément plus âgé que l’autre. Et par conséquent, l’aîné est plus grand, que son petit frère.

Ce qui entraîne évidemment pas mal de rires, puisque l’on touche là un point sensible de l’œuvre dans son ensemble. Et a fortiori, d’Edward. Ayant l’habitude que les diverses personnes croisées n’imaginent, voire ne croient pas, que les 2 sont frères. Encore moins qu’Alphonse soit le petit, par sa carrure à cause de son armure. Tandis que son grand-frère est assez pet… Peut-être pas aussi géant que lui…

Si habituellement l’agacement du plus âgé est palpable ou devient carrément un sacré énervement, selon la situation, elle s’avère ici très particulière. En partant de cette spécificité, personne ne veut les entendre & ils se font même jeter. Tandis que le duo travaillant sur l’élaboration de la pierre n’a rien à craindre. Y compris par la suite, lorsque l’on aura l’occasion de les découvrir en face à face avec les 2 héros.
Néanmoins, l’histoire ne s’arrête pas à un banal emprunt/vol de nom pour créer l’artefact ultime, peu importe le but. Les révélations fortes vous y attendent & l’action aussi.

Le mystère du treizième entrepôt, s’avère une aventure plus courte, toujours au sein du premier roman. On change d’ambiance et de personnages, puisque l’on se retrouve au cœur du quartier général de la division Est. Avec Roy Mustang en tête, héros patenté, dont l’on connaît les hilarantes fabulations. & cela ne risque pas de s’arrêter au travers de cette histoire. Surtout que ses compagnons possèdent tous des caractères, qui accentueront la drôlerie de cet épisode. En confrontation direct avec une fameuse collègue tant redoutée.
Sans omettre la vedette découverte lors du commencement : un chien ! Mais qui s’en occupera ? Par ce biais, l’on découvre les diverses personnalités, avec le pourquoi du comment untel figure sur la liste des envisagés. Et pourquoi tel autre en est directement exclu.

Mais la division Est aura du pain sur la planche, avec une curieuse histoire de fantôme, du côté de l’entrepôt 13. Petit souci, ce dernier n’existe pas… Tatatateummmmm. Bruitage de suspense ! Qui pourra bien enquêter sur cette affaire ? Entre la non croyance envers les fantômes ou l’éventuelle flippe, une sacrée équipe prête à s’amuser, par en quête de la résolution, Mustang à sa tête.
Cette exploration nocturne nous éclate, entre les craintes & les réparties emplies d’humour. Ainsi que la véritable sensation d’une exploration entre potes, voulant se faire peur. Casse-croûte & histoire lugubre durant la pause comprises. Un rafraîchissement ultra marrant, avant de se lancer dans la seconde grande partie.

Cette dernière nommée L’alchimiste enchaîné, nous plonge au sein d’une mauvaise période pour la division Est. Des attentats & enlèvements d’enfants inquiètent les autochtones & le quartier général. Cette fois-ci, les frères Elric seront associés au QG. Et par conséquent, à Roy & les autres. Ce qui d’un point de vue de la diversité, apporte ce dont l’on a besoin. Après Alphonse & Edward d’un côté, puis la division de l’autre, la réunion est désormais de mise.
On y découvre un aspect très sombre, de par les revendications & agissements de cette menace. Surtout qu’elle touche au rapt d’enfants, ce qui ne peut laisser de glace.

Et qui dit enfant, dit personne de petite taille, semblant particulièrement jeune. Voyez-vous quelqu’un de ce type parmi les héros ? Vous aurez certainement saisi la facette gaguesque qui déboulera. En se mêlant toutefois à une horreur criminelle. Pas sûr que le kidnappeur ait fait le bon choix, surtout quand l’on sait qui serait censé être son père au cours de cette aventure…

Entre périples épiques & grande rigolade, les Romans Fullmetal Alchemist – T1-2 savent retranscrire l’essence même de la licence. Qui plus est, l’on y profite de plusieurs illustrations en noir & blanc. Ainsi que de 2 en couleurs.

Inod

Voir aussi

Annapurna

Prochainement en campagne de financement participatif sur Kickstarter, l’autrice d’Annapurna (Fiat Lucre) (Facebook du jeu), …