Breaking News

Professeur Evil et la Citadelle du temps

Voler un voleur, voilà d’une certaine manière le crédo de Professeur Evil et la Citadelle du temps (Funforge), de Brett J. Gilbert & Matthew Dunstan. Le tout, en faisant équipe contre ce malfaiteur & son antre.

La question de savoir ce que l’on ferait si l’on pouvait voyager dans le temps, s’est certainement posée à tout le monde ou presque. Ne rien toucher pour ne pas risquer d’empirer l’univers actuel. Arranger de dramatiques situations. Agir pour l’ensemble de la population, ses proches ou juste soi-même… Autant de possibilités qu’il existe de personnes, tant pour le bien, que pour le mal.
En l’occurrence, ici il s’agit de la totale dans ce dernier esprit. Puisque le Professeur Evil s’est lui servi de sa machine pour traverser les époques, afin de dérober divers artéfact.
Ne pouvant laisser ces méfaits s’exécuter, les 5 aventurières/iers maximum que nous seront, devront récupérer 4 objets soigneusement gardés au sein de sa bâtisse. Le tout en coopérant &avant que lui-même n’arrive à en sécuriser 4.

Avant de se lancer à l’assaut de la bâtisse dudit personnage, les préparatifs nous démontrent déjà que chaque partie se rafraîchira, grâce à une disposition aléatoire. Six pièges étant tirés pour être placés en position inactive, sur des lieux dont les cartes sont aussi piochées au hasard. Puis de même, avec désormais 6 pièges qui seront immédiatement actifs. Pareil ensuite avec 3 trésors pris au pif & disposés selon les 3 cartes de lieux obtenues.
Le temps s’avèrera en revanche limité & celui-ci sera impacté par de multiples biais. Quand la durée prévue pour l’un sera écoulée, il sera sécurisé définitivement, mais sera suppléé numériquement par un autre. De même pour un que l’on aurait subtilisé. Avec la même notion hasardeuse pour l’objet & l’endroit.

L’approche pour savoir où se rendre, évolue ainsi constamment pour notre escouade .
Cette dernière qui se compose d’au maximum 5 membres, aux caractéristiques variées, évoluant à tour de rôle. Ce qui offre là encore une stratégie différente, selon les présences ou non de certain(e)s. Surtout car à certains passages de l’horloge du jeu, l’on pourra débloquer un pouvoir spécial temporaire ou non. On se concertera alors, afin de sélectionner le personnage qui en bénéficiera, par rapport à sa capacité propre.

Disséminées au travers d’autant de cartes, la première phase d’une séquence de jeu d’un(e) participant(e) demande tirer les 2 cartes Action du dessus de sa pile personnelle et de les rendre publique. Néanmoins, nulle obligation de les utiliser. Si on le souhaite, l’on pourra en employer une à n’importe quel instant, en plus des 3 actions maximum à effectuer lors de son tour.
Ces dernières peuvent être répétées ou distinctes et à choisir entre 4. Dont se déplacer d’une pièce à une autre, en sachant que la porte visée doit être déverrouillée. Sauf si l’on vient de l’extérieur, où l’on peut pénétrer par la fenêtre de 3 pièces.

Une 2e possibilité sera justement de déverrouiller une porte. En 3e, l’on se penchera sur la désactivation d’un piège, si l’on se situe dans la même pièce. Ou en employant une action, désactivant à distance. Enfin, l’on pourra récupérer un trésor. Mais évidemment, il aura auparavant fallu éteindre l’intégralité des pièges le protégeant.

Dans l’éventualité où vous songeriez à atteindre un endroit renfermant un bien précieux & y annihiler ses protections, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Car après chaque tour personnel, on lancera les dés indiquant le cheminement du Professeur Evil. Un système bigrement bien conçu, car délivrant des combinaisons très différentes.
L’on peut ainsi simplement voir l’un des 2, signaler de combien de pièce(s) il se déplacera : 1, 2 ou 3. Tandis qu’un autre montrera par une couleur, quelle(s) porte(s) il passera.
Et quand le Professeur se bouge chez lui, il n’oublie pas de réenclencher les pièges éteints dans une pièce où il débarque. Reverrouille chaque porte qu’il franchit. Et quand il arrive dans un lieu où l’un(e), voire plusieurs d’entre nous se trouvent, on s’enfuit à l’extérieur du manoir.

Mais il se peut que le premier cube évoqué, dévoile à la place une flèche. Dans ce cas, il fonce dans la pièce suggérée par le dé aux couleurs. Où bien entendu il réactive les traquenards & faire déguerpir quiconque, si besoin. Mais en plus, toutes les portes de l’endroit atteint, se verrouillent cette fois.
Si un 5 ou un 10 apparaît, cette fois il s’agira d’une unité temporelle. Associée à la couleur de l’autre dé. Le résultat sera du temps retiré à la durée dévolue. En vue d’attraper le trésor du coloris qui vient de sortir.
Le chronomètre également en jeu via le dernier dé. Qui fera avancer l’horloge de 5 ou 10 minutes.

Le style en partie steampunk des héro(ïne)s de Professeur Evil et la Citadelle du temps, proposé par Biboun, délivre un genre assez innovant, particulièrement appréciable. Celui-ci n’évoluant pas complètement dans cette sphère. Mais le mélangeant à du commun de notre époque, que l’on n’imaginerait pas dans un univers dystopique cuivré.

Très malin par la construction asymétrique entre les joueuses/eurs & leur ennemi que l’on n’incarnera pas directement, Professeur Evil et la Citadelle du temps empli l’expérience de rebondissements. Nous faisant continuellement établir une nouvelle tactique commune.

Inod

Voir aussi

Annapurna

Prochainement en campagne de financement participatif sur Kickstarter, l’autrice d’Annapurna (Fiat Lucre) (Facebook du jeu), …