Breaking News

Persona 5 Royal

Espérons que vous ne connaissiez pas les mêmes troubles de la mémoire qu’une quantité astronomique d’héro(ïne)s de jeu de rôle. Simplement car avec la sortie de cette édition renforcée du RPG d’Atlus, nous n’allons évidemment pas proposer une redite de l’article à propos de la version de base, avec quelques ajouts. Mais pour rafraîchir la carte mémoire que vous avez dans la tête, voici notre critique d’époque. Et maintenant, place aux nouveautés.

Bas les masques

Au travers de cette nouvelle édition, l’on reprendra bien entendu l’histoire du P5 originel. Où notre jeune héros se retrouve envoyé à Tokyo, suite à une sale affaire. Si bien que la tension est rapidement palpable pour notre adolescent, à partir du moment où il rejoint le Café Leblanc. Son lieux d’hébergement. Attention au premier faux pas, le patron risque de le dégager.
Dans l’éventualité où vous auriez déjà retourné l’épisode classique, vous retrouverez vos marques. Voire ressentirez une impression de déjà-vu dans un premier temps. Normal, puisque la trame conserve ses fondations & cela perdurera sur la majorité des points. Néanmoins, la saga s’axe particulièrement autour de ses scenarii. Atlus ne pouvait donc laisser Persona 5 Royal juste reprendre ce que l’on connaît déjà. Ni même lui inclure de simples dialogues annexes, n’apportant rien concrètement.

On profite ainsi d’une narration encore plus riche dans le noyau de l’expérience. Rafraîchissant le pan visual novel, même pour les expert(e)s de son ainé.
La découverte continue ainsi pour quiconque & cela n’est pas vain, tant l’on adore jouer à cette franchise, pour ses histoires. Notamment par ses sujets adultes, faisant tellement partie (souvent malheureusement) de notre vie réelle. Et constamment traités dans la littérature, le cinéma, la fiction télévisuelle, le théâtre… Mais quasiment absent des jeux vidéo ou alors seuls des indépendants non mis en lumière le font.

Au fil des années, Persona a su casser les murs ou plutôt passer par des portes dérobées, en tant que Voleurs Fantômes/Phantom Thieves. Rassemblant désormais une importante communauté. Et intéressant à présent un large public & les médias, cela permet également de voir la licence localisée textuellement. Doublages japonais ou anglais au choix. Pour le plus grand plaisir de nombreuses personnes. Tout saisir étant important, si vous désirez goûter à l’essence même de Persona 5 Royal.
En parallèle, l’on a également droit à des tas de nouveaux échanges moins essentiels, mais qui galvanisent l’aventure. Tant par la plus grande richesse qui en découle, que par l’arrivée d’une question, d’une réponse, qui évolue par rapport à ce que l’on connaît de son prédécesseur.

Personae à gratter

Ces échanges entre les personnages, les dialogues vous confiant des indices pour avancer, la facette sociale avec les PNJ… Cette dimension parlotte, fait partie intégrante du système de jeu de la série. Et si l’on pouvait craindre juste de menus apport, Persona 5 Royal y déploie sa quinte flush sous bien des aspects.
Notamment en révisant la liberté que l’on aura durant les journées. Tout comme un fameux quatuor, l’on prendra notre temps pour explorer une ville qui gagne en intérêt. Davantage d’interactions, de loisirs, notre repère à personnaliser… La profondeur est réellement accrue.

Le tout nous guidant vers de nouvelles quêtes & rendant plus palpable encore la vie de notre personnage.
Car si Persona 5 nous glissait véritablement sous sa peau, nous faisant marcher & prendre le train pour se rendre au café, au lycée ou ailleurs. Avec la nécessité d’effectuer des allers-retours entre les quais, les salles de classe, les élèves avec qui discuter pour avancer dans le scénario. Ou même, davantage ici, avancer socialement. Cette partie simulation de vie s’agrandit amplement désormais.

Concernant le pan combats JDR, l’on devra toujours infiltrer les esprits corrompus, pour éventuellement leur faire retrouver le bon chemin. S’en suivront des explorations des lieux, où le grappin généreusement donné, offrira l’occasion de découvrir des pièces secrètes.
Les batailles conservent également leur saveur, en les ajustant & en proposant davantage de choses. L’on affrontera toujours nos adversaires via des attaques plus ou moins basiques, avec des armes, des offensives spéciales… Mais “surtout”, l’on aura l’occasion d’invoquer des Personae, insufflant à chaque utilisation une sensation géniale dans notre propre esprit.
Si ces dernières permettront d’être a priori plus efficace, il en ira de même lorsque l’on pourra associer 2 protagonistes. L’attaque en devient phénoménale & les enchaînements s’avèrent envisageables.

Au bal, au bal masqué ohé ohé

Avec une ressortie en version améliorée, sur une même machine & avec si peu de temps d’écart, l’on ne s’attend pas à une évolution visuelle. En revanche, l’on espère davantage de scènes en mettant plein la vue.
Persona 5 Royal remplit aussi cette case, grâce à de nouvelles séquences dignes des meilleurs dessins animés. Le jeu continue de nous absorber dès celle d’entrée, puis par les scènes entrecoupant la phase jouable d’introduction. Par conséquent, l’on se régale des bonus du genre tout au long de l’expérience.
Tout comme durant les coups spéciaux combinés, qui en jettent. En sus de la globalité de la mise en scène & du style si particulier de la marque. Offrant une approche saisissante & innovante.

Davantage qu’une édition plus riche, Persona 5 Royal s’avère une aventure revisitée & augmentée, tant tous les plans y gagnent. Tout y est plus développé : les oppositions, l’histoire, la liberté, les activités annexes, les scènes d’anime… & même potentiellement votre final.

Inod

Développeur : Atlus
Éditeur : Sega
Genre : Jeu de rôle
Support : PlayStation 4

Voir aussi

Annapurna

Prochainement en campagne de financement participatif sur Kickstarter, l’autrice d’Annapurna (Fiat Lucre) (Facebook du jeu), …