Breaking News

Mon jeu de rôle junior

Étant donné que beaucoup cherchent actuellement à occuper la jeunesse, ainsi qu’elles & eux-mêmes. Tout en devant quasiment éliminer certaines activités (la cour de récréation sans jeux où l’on se touche, le sport…), les jeux de société connaissent un immense gain de popularité. Encore faut-il bien choisir & s’avérer capable de rassembler tout ce petit monde. On est par conséquent là pour vous aider. En traitant dès à présent d’une nouvelle œuvre de François Lévin chez 404 Éditions. Qui peut sembler à son titre réservé à la jeunesse, mais vous constaterez que Mon jeu de rôle junior va au-delà.

En effet, s’il est déjà extra de trouver des jeux où la participation des enfants suffit pour aller de bout en bout d’une partie, pouvoir y prendre part en tant qu’adulte ou même adolescent(e), s’avère toujours un soupçon magique. Du moins, lorsque tout le monde est véritablement intégré à l’expérience & non qu’un(e) grand(e) soit juste ici pour surveiller qu’il n’y ait pas d’erreurs par exemple.

Assurément, Mon jeu de rôle junior arrive à atteindre ce cap que l’on apprécie particulièrement en général. L’aventure mettant en scène 4 jeunes gens, guidé(e)s narrativement par la/le meneuse/eur de jeu.

En somme, les enfants à partir de 8 ans grosso-modo, le jeu tenant la route l’on y joue encore amplement la dizaine d’années passée, incarnent le groupe de potes. Tandis qu’un(e) adulte ou même une personne plus jeune que cela, s’occupera du rôle de meneuse/eur. Avec le besoin d’être capable de vérifier que chacun(e) comprend les règles, d’expliquer les requêtes de l’histoire, de prendre en compte l’avancée…

Précisons qu’il n’est nullement nécessaire d’être un quintet. Un(e) participant(e) & un(e) meneuse/eur sont assez. Et l’on peut bien sûr également y évoluer avec 2 ou 3 membres dans l’escouade. Voire le top, les 4 enfants : Akir, Liu, Jo’ & Lucas, plus la/le MJ. Ce quatuor étant en colonie de vacances, l’on se demande bien s’il aura envie que tous les ans ça recommence. Cela reste à voir, puisque les festivités s’éloigneront de quêtes dans les bois, avec des feuilles d’arbres spécifiques à retrouver.

Le décorum de Mon jeu de rôle junior, prenant lui place à Vieux-Le-Château, dans une atmosphère fantasmagorique. Le but étant de découvrir la vérité sur cette étrange lueur au sein du château du coin. Un fantôme qui hantera notre expérience ?

Au fil du temps, l’on visitera les multiples pièces de la demeure la nuit. L’intérieur étant représenté sur l’une des faces du poster, servant d’une certaine sorte de plateau. Au verso, l’on a droit à l’extérieur, que l’on parcourra durant les cycles diurnes. Les 2 s’alternant au cours de la partie. Ceci en vue d’indices pour résoudre notre enquête. Avec la nécessité de récolter des ustensiles ou encore du chocolat. Denrée essentielle pour que son avatar se sente mieux. Soulignant comme il se doit la facette jeunesse de cette aventure. Un véritable ton The Goonies, entre frousse, exploration & friandises.

Cependant, MJDRJ a tout d’un grand, puisqu’il s’avère loin d’être linéaire. Exécuter une action ne se produira pas simplement en avançant dans l’histoire. Encore s’agira-t-il de jeter les dés pour accomplir des actions. Et ainsi potentiellement être en réussite ou non. Avec le besoin de recourir à tel ou tel personnage, selon la demande. Les forces & faiblesses étant différentes entre les membres, représentées par des bonus & malus, l’on pourra se retrouver avantagé(e)s ou non suite à un résultat.

Concernant son enrobage visuel, Mon jeu de rôle junior prend un parti non lugubre. L’on ressent un certain mysticisme, associé à un côté plus léger. Celui du vrai cercle de jeunes ami(e)s. Partant à l’aventure, non sans rigolade. Tout en cherchant volontairement à avoir les chocottes. Le tout s’amalgamant continuellement sur les images du livret de scénario & les cartes, grâce à Lucie Dessertine. Et dès la boîte, où ce contraste est clairement présenté.

Bien sûr le tout est aussi de qualité au niveau des matériaux. Enfin, n’omettons pas la bande-son, qui agrémente l’ambiance. Un atout que l’on retrouve de plus en plus souvent & qui s’avère très intéressant, pour aller plus loin que celle que les jeux de base créent.

Avec les multiples mécaniques du JDR / RPG bel & bien au menu, mais surtout vraiment poussées, Mon jeu de rôle junior se révèle davantage qu’une sympathique entrée en matière dans le domaine. Il s’agit même d’un jeu de haut niveau, sur les divers plans. Auquel s’ajoute le plaisir à partager les parties avec la jeunesse.
Inod

Voir aussi

Final Fantasy VII Remake

L’annonce de Final Fantasy VII Remake lors de la conférence Sony à l’E3, fut retentissante. …