Breaking News

Little Town Hero

Quand un nouveau jeu de rôle par Game Freak a été annoncé, les joueuses & joueurs furent en émoi. Toutefois des tas de questions se posent, car finalement qu’en est-il lorsque le studio se retrouve loin des Pokémon ? Une interrogation à laquelle Little Town Hero est prêt à répondre.

La fête des monstres au village

Vous avez l’habitude que les RPG vous envoient parcourir le monde, avec un enfant ou un adolescent ? Chez Little Town Hero, même pas besoin d’un tel périple. Sympathiques dans leur approche, les monstres attaquent directement notre village, nul besoin d’aller à leur rencontre !
Justement, avant que le premier n’arrive, les autochtones n’avaient pas le droit de quitter les lieux, à cause du danger les attendant. Mais Axe, notre jeune héros, ne rêve lui que d’aventures en dehors de la bourgade. Il sera servi, quand au sein de celle-ci débarquera un monstre. Ce qui semblait impensable.

Il ne s’agit pourtant là que d’une mise-en-bouche, tant d’autres arriveront plus tard. Heureusement, le garçon découvrira sa capacité à les combattre, grâce à une pierre très spéciale dénichée dans les entrailles des mines, capable de matérialiser les idées.
Il nous incombera alors de défendre l’endroit, tout en révélant le mystère se cachant derrière ces attaques.

Izzit’o play ?

En tant que nouvelle licence, Little Town Hero a le bon ton d’insuffler une certaine originalité par son système de jeu, au niveau des combats.
Évoluant au tour par tour, l’on aura l’occasion de faire apparaître des idées, comme nous vous l’évoquions. Les fameuses Izzits ! Bien sûr, l’adversaire emploie ce même procédé. Ces Izzits se répartissent en 3 catégories, colorées comme chez Liveman : jaunes défensives, rouges offensives et bleues aux capacités spéciales.

Cependant, l’on ne peut employer n’importe laquelle, n’importe quand. Encore faudra-t-il dépenser des points de force, plus ou moins selon le cas. Transformant une Izzit en Dazzit.
L’objectif étant, tel un débat politique, de casser les idées de l’opposant. Lorsqu’elles le seront toutes, l’on retrouvera d’une certaine manière le classique brisement de défense, permettant d’accomplir une attaque enfin efficace. Ce sera le cas ici, encore faudra-t-il toujours posséder une attaque & de quoi l’activer, pour lui faire perdre un cœur.

Dans le cas où l’on ne pourrait réaliser une telle action, l’on glanera un bonus d’achat. Par ailleurs si les mécaniques fleurent bon les jeux de cartes, à leur instar il sera souvent indispensable de bénéficier d’une bonne main. Cette particularité aléatoire, amalgamée à la stratégie, fait la saveur des JDC & s’avère aussi efficace ici.
En revanche, dans le cas où c’est lui qui nous retire un cœur, s’exécute un rafraîchissement de nos idées. Défaite ou victoire d’ailleurs, des points Eureka nous offriront eux le moyen d’augmenter le niveau de nos éléments, via un arbre de compétences.

Originalité toujours, LTH fait dérouler ses batailles, avec un intermède jeu de plateau au milieu de 2 tours. Un défilement de chiffres à arrêter, sert de dé. On avancera évidemment de la quantité de cases obtenue par le résultat. Avec la possibilité de déterminer son parcours, lors d’un embranchement. L’on aura l’opportunité d’y glaner des idées supérieures. Mais également des soutiens parmi la population, nous octroyant des habiletés spéciales.

Des protagonistes que l’on croisera durant nos pérégrinations au sein du village. De multiples quêtes principales & annexes seront à régler, durant nos explorations. Soit l’autre approche ludique du jeu.
On rencontrera ainsi moult personnages, dont les liens à nouer, permettront d’obtenir les fameuses habiletés d’aide susnommées.
En quelque sorte, c’est un peu aussi la fête des voisin(e)s. Celles & ceux-ci nous donneront des missions, généralement de la ” livraison “. Avec une mécanique sympathique d’enquête. Puisque l’on devra réunir des mots-clés, débloqués au fil des conversations avec différentes personnes.

Talk’em all !

En discutant avec tout ce petit monde, l’on profite de la patte visuelle cel-shading charmante des villageois(es). Renforçant leur identité mignonne. Tandis que les ennemis nous renvoient un charisme bien plus élevé que celui des humain(e)s, comme généralement, pour ne pas dire comme toujours.
Une fraîcheur de jeu & visuelle, qui s’accentue avec la musique composée par Toby Fox. Elle nous dévoile une atmosphère champêtre mignonne. Un habillage sonore complètement en adéquation avec l’univers de Little Town Hero.

L’originalité des affrontements, enrobage identitaire compris, de Little Town Hero, prouve déjà l’intérêt du jeu. Ce à quoi s’ajoute un monde attirant, superbe, donnant envie de continuer à le découvrir, au travers d’une saga au long cours.

Inod

Développeur : Game Freak
Éditeur : NIS America
Genre : Jeu de rôle
Supports : PlayStation 4 & Nintendo Switch

Voir aussi

Legacy – Hellas 2019

De retour sur Kickstarter, Argyx Games peut encore bénéficier de votre soutien jusqu’au 2 août. …