Breaking News

La Saga GTA – Transgressions et visions de l’Amérique

S’étant rapidement forgé une réputation, vraisemblable ou exagérée, Grand Theft Auto a dès ses premiers volets vus du ciel, lui-même été pris de haut par la société. La Saga GTA – Transgressions et visions de l’Amérique de Mathieu Lallart, disponible chez Third Éditions, permet justement de prendre la franchise de Rockstar Games sous divers angles & notamment face aux polémiques.

D’ailleurs à propos de ces dernières, l’on ne dira jamais assez que l’on peut tout voir, entendre & lire, au théâtre, au cinéma, à la télévision, sur support sonore, en concert, au sein d’arènes sportives, dans des livres… Tous les sujets, toutes les violences, le sexe le plus abject… Tout est accepté, afin de porter l’histoire, l’art… Mais dans le jeu vidéo non, le monde s’insurge constamment. Et les plus expérimenté(e)s d’entre nous, se souviennent du tapage médiatique grand public à l’encontre de GTA dès ses débuts. Il est d’ailleurs amusant de remarquer que nombre de ces mêmes médias, caressent désormais la licence dans le sens du poil. Avec même des notes parfaites pour GTA V.

La Saga GTA – Transgressions et visions de l’Amérique offre justement une vision digérée de 1997 à aujourd’hui. Une analyse qui ouvre par ailleurs l’ouvrage à tout le monde. Tant les acharné(e)s de GTA évidemment, que les autres. Particulièrement celles & ceux lui tirant dessus à obus rouge, avec un tank obtenu par un code de triche.
Bien sûr, les personnes jouant de polémique pour se faire mousser, n’auront aucun intérêt à découvrir ce qui se trame derrière ce succès. On fait plutôt allusion à celles & ceux qui malheureusement font perdurer des rumeurs, car elles & ils ont entendu ou lu ceci, sans pour autant réellement connaître le sujet. Souvent d’ailleurs, ces relayeuses/eurs ont quelqu’un dans leur entourage proche y s’y adonnant énormément. Craignant ainsi pour elle ou lui, à cause de la désinformation.

Ces franges du public auront désormais  l’opportunité de se faire une première vraie opinion. Et non juste suivre une malsaine propagande facile. L’auteur soulève ainsi les principaux thèmes/problèmes de notre vie bien réelle, retranscrite dans ces jeux vidéo. Tantôt de manière exacerbée, tantôt pas tant que cela, voire pas du tout. Il se penche ainsi sur la critique de la société américaine, source d’inspiration des GTA. Parfois avec un véritable regard critique dans l’aventure vidéo-ludique. Parfois juste par un placement un peu simple. Histoire de contenter les personnes désirant une débauche de tous les côtés, sans réfléchir à ce qu’il pourrait y avoir derrière.
La marque référence également énormément ses œuvres, par rapport au cinéma de gangsters & d’action. Mathieu Lallart revient aussi sur ce point, tant l’on sent son importance en la pratiquant. Ce qui permet d’aller même plus loin que tout ce que l’on reconnaît aisément en jouant.

Il est rare que l’on entende parler de la genèse de Grand Theft Auto. L’on sait que ses créateurs & ceux qui l’ont poursuivie, se font discrets, même quand il s’agit du développement en cours d’un nouveau jeu. Y compris d’une autre licence. On savoure par conséquent tout particulièrement les segments autour de sa fondation & des hommes à sa base.
C’est d’ailleurs peut-être de cette discrétion que résulte la non présence de chapitres sur des jeux précis, hors GTA IV & GTA V. Dont forcément, le contenu est davantage trouvable lors de recherches. Tant car ils sont récents, que par le monde de communication dans lequel nous sommes. Cependant, cela s’avère peut-être aussi un choix de l’écrivain, par goût.

En marge de ceux-ci, il nous ouvre une autre section consacrée au passage à la 3D. Une partie très intéressante, tant la technique révolutionna l’expérience. Avec la possibilité d’entrer dans moult lieux, de véritablement voir tous les méfaits dont il était accusé sur ses premiers épisodes…
Ainsi que de mettre en avant des protagonistes, devenus cultes pour certains. Comment oublier Tommy Vercetti ? Un pan de La Saga GTA – Transgressions et visions de l’Amérique s’axe autour de ces personnages, qui furent plus que des (anti-)héros, avec un besoin d’écriture fort. Que l’on accroche ou non au final, mais au moins, ils ne s’avèrent pas juste des pantins.

On en a l’habitude avec Third Éditions, une édition limitée First Print nous propos des bonus. Dont une couverture alternative de RUN, que l’on peut alterner avec la classique. Un ex-libris toujours de RUN & l’ebook aux formats ePub et MOBI.

Soulevant divers points, comme la conception, l’identité ou encore l’évolution technique, La Saga GTA – Transgressions et visions de l’Amérique délivre une variété bienvenue, teintée d’un décryptage important. Notamment pour les personnes extérieures à cet univers, qui comprendront au moins ce dont elles parleront à présent.

Inod

Voir aussi

Port Royale 4

Décidément Kalypso Media a le vent en poupe ces derniers mois et l’un des développeurs …