Breaking News

Escape Book – Game Over

Les sorties sont plutôt fructueuses chez les livres ludiques nous quémandant, justement, d’en sortir, chez 404 Éditions. L’on s’en rend à nouveau compte via l’Escape Book – Game Over, d’Alain Puysségur.

Cette fois-ci, c’est au sein d’un univers original scénarisé, que l’on se plongera. Et comme le titre de l’Escape Book – Game Over vous l’indique, l’on évoluera dans un milieu vidéo-ludique.
Tandis que l’on songeait pouvoir prendre du bon temps sur son jeu favori, Serveur Royal, la connexion sur le serveur Horaizon pose problème. L’on y est bloqué, mais pas par un classique gel de l’écran ou autre. Non, l’on se retrouve coincé à l’intérieur-même de celui-ci. D’accord ce JV est en réalité augmentée, mais là ça va beaucoup trop loin ! On risque notre vie.
Notre objectif sera évidemment de s’en échapper, cependant la menace est réelle. Le mystérieux E-Rayzer est le coupable &, comme cela est le cas pour tout même dans notre monde, il s’est infiltré dans le système pour pouvoir l’imploser. Il en adviendra à nous de le battre, pour rétablir le bon déroulement des choses.

Dès nos débuts, le danger sera oppressant. Menottes aux mains & ennemi en vue, nous aurons la chance d’être aidé par KoD. Une créature dont l’on vous laissera découvrir l’identité durant votre propre expérience. L’on vous confiera juste qu’elle s’avère charmante, comme son illustration par Lucie Dessertine nous le montre.
Libre de nos mouvements, nous devrons désormais évoluer dans cet univers que notre personnage connaît, de l’autre côté de l’écran. Néanmoins, IRL nous ne savons évidemment rien de l’univers. Par conséquent, KoD nous guide afin d’en apprendre progressivement sur celui-ci. Un effet fonctionnant particulièrement bien pour se fondre dans cet espace virtuel & l’appréhender au mieux.

Les mécaniques du jeu reprennent les habitudes de la gamme. Au fil de l’aventure, l’on avancera par chapitre, que l’on a le droit de lire. Le paragraphe que l’on vient de terminer, peut alors nous indiquer de nous rendre vers un numéro de chapitre, pouvant se trouver plus loin dans le livre ou en retrait.
Encore faudra-t-il y avoir accès. En dernière page du bouquin, ainsi que sur le rabat de la 4e de couverture, se trouve le plan de ce monde. On y décèle les embranchements possibles, par rapport au chapitre où l’on se situe. De cette manière, quand la narration nous indique que l’on peut se rendre dans un endroit autorisé, il n’y a plus qu’à s’y référer.

Avec la nécessité de ne prendre seulement en compte, que les endroits reliés par un trait, par rapport à là où l’on se trouve. Si pour aller plus loin, des pointillés annoncent la route, il sera indispensable que le livre précise que l’on vient de débloquer cet accès. Une action permettant ceci.
Parfois, plusieurs options s’offriront à nous, avec la possibilité de les enchaîner, afin de tout retourner, tout savoir…
Pour ne vous confier que quelques éventualités, l’on pourra ainsi se rendre à un endroit observer. Puis fouiller & glaner un objet au 2e lieu. Tandis que le 3e nous révèlera une action à compléter.
Concernant cette dernière, il peut par exemple s’agir d’une serrure à ouvrir ou encore d’un adversaire à vaincre.

Afin de les accomplir, l’on devra posséder l’objet idoine. Selon la situation, l’on nous demandera de vérifier sur les tableaux de combinaisons du rabat de la couverture & son intérieur, si l’on peut faire quoi que ce soit. Par rapport à un protagoniste, un lieu ou un objet précis.
Partant de sa ligne, l’on y fait correspondre un élément que l’on détient et proposé par la colonne correspondante. Un trio y est disponible à chaque fois. Permettant de tout essayer, si l’on veut s’amuser à découvrir chaque texte. Ce qui s’avère intéressant, tant chaque section bénéficie d’un soin tout particulier. Y compris les combinaisons vous emmenant sur une inutilité de l’objet, par rapport à la situation.

On retrouve également diverses énigmes et autres jeux d’observation. Mis(es) en valeur par les dessins de Lucie Dessertine. Cette dernière qui nous propose d’autres protagonistes rencontrés. Ainsi que plusieurs objets futuristes attractifs & artefacts, agrémentant comme il se doit l’atmosphère.

Absorbant & efficace dans son système de jeu, l’Escape Book – Game Over confirme la qualité de la gamme. Tout en réussissant à conserver sa propre identité, tant un nouvel enrobage arrive à rafraîchir l’aventure.

Inod

Voir aussi

Bluffer

Bluffer de Gilles Monnet s’avèrera un retour dans le temps pour bien des personnes. Tant …