Breaking News

Dream Runners

Vous rêviez d’un top jeu de société ? Joan Dufour l’a fait ! Tout du moins, voilà ce que l’on a vu dans les bras de Morphée. Espérons que notre rêve de Dream Runners (Ankama/Blackrock Games) soit prémonitoire.

D’ailleurs nos songes en général nous inquiètent. Et pour cause, des gens & autres créatures y apparaissent, dérangeant ainsi notre sommeil. Pour enfin pouvoir piquer un roupillon, nous devrons les analyser au plus vite, afin d’entraver ces intrus(e)s. Attention, le parcours ne sera pas évident & il se peut que notre sérénité (dans le jeu) en devienne de plus en plus troublée.
Les 2 à 4 dormeuses/eurs d’une sieste noctambule de Dream Runners, vivront simultanément le même rêve. Précisément, 8 à la suite, sous 4 difficultés. Évoluer en même temps, apporte une mécanique essentielle. Car dès qu’une personne aura fini son schéma, elle retournera le sablier. Signifiant que l’adversité ne dispose plus que de ce délai pour conclure le sien.
Rendant plus dure la possibilité de le compléter. Et comme une épreuve non recouverte fait reculer la Sérénité sur votre piste personnelle, la pression monte.

Ces séquences permettent également d’accumuler des ressources, dont une pièce pour avoir terminé. Ainsi que des segments supplémentaires pour faciliter la construction des prochains, des clés pour accéder aux coffres ou encore des fragments d’étoiles en vue de points de victoire. Ces derniers que l’on accumulera à notre sérénité au final, afin de déclarer la/le gagnant(e).
Un trio de phases compose chaque tour. La création du rêve, que l’on vient d’évoquer. Avec le besoin de reproduire au mieux le rêve de 3×3 cases proposé, à travers nos propres tuiles.

On vérifiera lors de la phase de résolution, s’il a en effet été correctement confectionné. Et déclenchera, si on le désire, les effets qui en découlent selon les cases. Au-delà des erreurs & autres manques, précédemment cité(e)s via le malus de sérénité.
Les fameuses clés, ouvriront donc des coffres qui peuvent renfermer de la sérénité. Mais également des pièces ou des fragments d’étoiles. Ces 3 ressources qui détiennent des emplacements spécifiques. Par conséquent, l’on aura l’occasion d’en récolter, si l’on décide d’appliquer cette action. Attention, tout ne sera pas linéaire, car des cases aux particularités spéciales, viendront secouer le tout, pour un rêve agité.

En ce qui concerne les fragments, en récupérer des 4 coloris, nous fera évoluer sur le plateau commun. Offrant le moyen de glaner davantage de sérénité. Un bon atout, si jamais les cases Cauchemar nous hantent & que l’on ne peut les contrer par l’effet repousser, de notre création.
Les pièces servent elles dans la 3e phase, celle d’amélioration. L’on aura l’opportunité de payer pour grimper en sérénité. Mais également afin d’acquérir des segments. Un aspect qui agrémente la session d’une fourbe stratégie, puisque l’on s’y disputera les éléments. En voyant un avantage plus intéressant chez l’un, que chez l’autre.

Si Dream Runners nous délivre une frange visuelle à laquelle l’on s’attendait, avec son violet & son bleu typiques de l’onirisme, Jade Mosch a su aller plus loin. L’on retrouve d’autres teintes, notamment une combinaison jaune & verte importante. Ou encore du fuchsia & du rouge, enrichissant l’ensemble.
En plus d’illustrations de grande qualité, lors des tuiles spéciales.

Loin d’être de tout repos, Dream Runners sait user de moult biais pour lui délivrer une tactique à multiples échelons, tout en y associant une certaine folie commune. Grâce à la particularité du jeu simultané & de la bataille d’achats de tuiles. Des points galvanisant l’expérience.

Inod

Voir aussi

Magic: The Gathering retourne dans le très populaire monde de Zendikar

Wizards of the Coast est heureux d’annoncer la sortie de la toute dernière extension de …