Breaking News
Accueil / Critiques / Crayola Scoot

Crayola Scoot

Si l’on connait très bien Crayola pour ses divers ustensiles nous permettant de colorer feuilles, murs & autres visages de ses camarades, la marque étonne lorsque l’on apprend l’arrivée d’un jeu vidéo. Vous verrez néanmoins qu’avec Crayola Scoot il ne s’agit pas de coloriage à proprement parler, mais de gagne terrain et de trottinette.

Chayola

Effectivement, si les jeux de gagne terrain baignant dans les FPS & TPS sont déjà bien connus, ceux au sein d’un univers de glisse ne sont pas encore sur le devant de la scène. Qui plus est, les simulations de pratiques sportives de ce genre furent si populaires à la fin 90/début 2000, que le marché a été inondé de logiciels. Provoquant, comme toujours, un trop plein chez le public. Si bien que depuis, il n’en sort plus qu’avec parcimonie & encore… Et niveau qualité c’est encore pire. On espère donc que Crayola Scoot remontera la pente sur sa trottinette.

En effet, ce n’est pas non plus le véhicule le plus populaire qui fut choisi. De quoi prendre tout le monde à revers. Même si l’on note une certaine poussée de celui-ci, notamment au travers de sa présence lors du FIS 2018 à Montpellier. Et à l’instar des compétitions réelles, on a droit à plusieurs types d’approches.

Débutons avec une discipline particulièrement amusante, prenant la forme de 2 voies. Sûrement celle poussant justement le curseur funky de Crayola Scoot, à savoir le chat éclabousseur. Oui, comme dans la cour d’école, on joue au chat. Et à l’instar de vos parties durant la récréation, vous pouvez être traqueuse/eur ou traquée. Avec d’un côté la chasse, où toucher les participant(e)s adverses (avec votre peinture) vous apporte des points. D’autre part la survie, où vous devez éviter justement les chasseuses/eurs.

Ne pas s’emmêler les crayons

Mais ce n’est pas tout car Crayola Scoot joue sur la diversité, en y incluant tant le solo, que le multi. D’ailleurs, l’on souligne la présence d’un mode en ligne en ligne, mais aussi en local. Celui-ci étant prévu pour évoluer jusqu’à 4 en simultané, en écran partagé. Denrée rare, que beaucoup d’entre vous n’ont finalement jamais pu connaitre, tant quasiment plus personne n’en propose. Pensant ainsi vendre davantage d’exemplaires, en ne délivrant que du multi en ligne, disparaissant dès que les serveurs ne seront plus tenus. L’un des aspects gangrénant le milieu vidéo-ludique. Excellent point donc pour Crayola Scoot.

On peut ainsi s’y éclater aussi bien seul(e), qu’à plusieurs y compris en équipe, dans sa Folie colorée. Ce mode demandant de recouvrir de sa couleur, un maximum de la surface de l’aire de jeu. On retrouve justement 12 environnements, très différents, avec de nombreux modules. Mais également des bonus, entre autres pour éclabousser une partie des lieux de sa peinture ou encore pour aller plus vite. Passer sur sa couleur octroyant en sus une accélération. Crayons de dingue lui, demande de récolter un quintet de crayons ou du moins un maximum avant le terme de la partie.

Les figures sont également au menu. En ce sens, on croise la Course aux Tricks. Durant un certain temps, l’on doit engranger le plus de points possible. Ceci à l’instar des duels face aux boss. Ces derniers nous défiant au fil de notre progression. Il s’agit ensuite de les vaincre dans une opposition de tricks. Le point original est la brève durée de chaque session. On sent que le studio désire produire des affrontements très toniques. Ceux-ci permettent de débloquer de l’équipement. De quoi personnaliser notre engin & notre jeune athlète. Tant sur le plan cosmétique, que dans les performances.

Dessine-moi une trottinette

Forcément avec une telle licence, on s’attend à ce que Crayola Scoot apporte sa patte artistique. Et l’on se laisse carrément emballer par celle-ci. Elle claque littéralement, avec ses tons flashies à souhait & un maximum de couleurs. Comme lors de nos premières découvertes de crayons de la gamme, où l’on a généralement eu tendance à mettre de tout. Avant de s’essayer à des œuvres plus réfléchies. Ici elles sont déjà fignolées, mais en sachant user des divers coloris pétaradants.

Les flaques sont elles encore plus parlantes. Les couleurs y dépotent davantage encore, en officiant dans un cel shading dégoulinant. On adore cette sensation flasque propre à la peinture.

Crayola Scoot est sans nul doute l’une des géniales surprises de l’année. On n’en entendait pas parler & une fois débarqué, on découvre un jeu hyper amusant, de par diverses approches ludiques. Mais aussi par sa jouabilité qui n’officie pas dans le n’importe quoi. On retrouve un certain apprentissage, tout en restant dans de l’arcade. Et bien sûr, pouvoir évoluer à 4 en écran partagé c’est du bonheur en barre.

Inod

Développeur : Climax Studios
Éditeur : Outright Games
Genre : Glisse
Supports : Nintendo Switch, PS4, Xbox One & PC

Voir aussi

Dead Or Alive 6

Il est temps de monter à nouveau sur le ring, ou plus précisément dans les …