Breaking News
Accueil / Critiques / Contra : Rogue Corps

Contra : Rogue Corps

Après la sortie estivale de Contra Anniversary Collection, parmi les festivités des 50 ans de Konami, la société enchaine dès à présent avec cette fois un nouvel épisode et non une compilation, intitulé Contra : Rogue Corps.

Les canailles de la galaxie

Les Guerres Extraterrestres sont désormais du passé & le quatuor proposé au cours de Contra : Rogue Corps ne cherche pas/plus à s’occuper des affaires militaires. On découvre en son sein un panda massif, une damoiselle alien élancée, une créature de petite taille et un soldat musculeux classique. Une bande qui au sein de la Cité Damnée, n’a de cesse de partir en quête de primes et de trésors. Néanmoins le danger s’avère constamment présent & il s’agira de savoir faire face.

Le décorum parait fantasque & l’ambiance, tant scénaristique que visuelle, le confirme. L’atmosphère est complètement craquée & souhaite clairement proposer un délire complet. Graphiquement, l’on s’en rend compte par le chara design & le côté bande-dessinée. Plus prononcée encore dans les phases d’histoire, elles très attirantes. Les offensives & dégâts accentuent la facette déjantée, en faisant jaillir des coloris fluorescents ultra lumineux. En revanche, comme la majorité des jeux, les environnements sont laissés de côté.

Contra / Pas Contra

Afin d’annihiler la menace, Konami a pris le parti du twin-stick shooter. On usera donc de cette désormais bien ancrée technique, entre déplacements & visée. Tandis que les autres actions (jet de bombes, dash…) sont dévolues à un bouton propre. Le coup de main se prend aisément, point essentiel évidemment. Toutefois, si la jouabilité est au rendez-vous pour quiconque, l’expérience reste pleinement dans l’identité première de la licence Contra. En l’occurrence, une difficulté relevée. Même les hordes d’adversaires qui s’apparentent à du menu fretin, sauront nous pousser dans nos retranchements. Mais l’on sera loin de n’avoir droit qu’à ceux-ci. Des semi-boss & de titanesques boss sauront nous offrir un défi plus délicat. Changeant également notre approche du combat.

Cependant pour tenir bon, il s’avèrera indispensable d’en passer la grande spécificité de Contra : Rogue Corps dans son système de jeu, à savoir l’amélioration. Dézinguer à tout-va n’est ainsi régulièrement absolument pas nécessaire. On se fraie un chemin & continue d’avancer. Sauf que l’on risque de se trouver dans la foulée en confrontation avec quelqu’un de bien trop fort. Il faudra donc ne pas hésiter à vaincre un maximum de vilains, en vue de glaner des ressources. Pour ensuite s’équiper au mieux. Si vous comptez avancer sans en transiter par cette augmentation de vos armes & autres, vous irez droit au casse-pipe.

Twins by a photograph

Au-delà du mode campagne en solo, Contra : Rogue Corps pousse à évoluer à plusieurs. Ce qui par ailleurs aide grandement pour se dépatouiller contre les malandrins. On peut ainsi évoluer en local & en ligne en multi. Cela s’avère loin d’être systématique dans les JV actuellement & l’on a par conséquent toujours plaisir à voir la présence de cette dualité & l’évoquer. Le plaisir y démultiplié, tant l’association fonctionne par rapport aux besoins & la gène inexistante entre les joueuses/eurs.

Toutefois les troupes opposantes surgissent en masse & les contraintes visuelles pourraient survenir. Ce qui est loin d’arriver régulièrement, sauf si vous vous retrouvez entassé(e) & que certains adversaires passeraient devant & obstrueraient la lisibilité. Dans un sens, l’on pourrait prendre cela comme de la crédibilité, tant l’on y ressent réellement l’oppression que notre personnage subit. Concernant les vues justement, CRC a le bon ton de nous délivrer diverses options, de sa volonté, au cours de l’aventure. On retrouve ainsi la vue de dessus qui a popularisé le twin-stick shooter. Mais l’on nous fera parfois passer par une vue latérale renvoyant à la base de Contra. Ou encore via une de derrière, tel un jeu de tir à la 3e personne classique en 3D. Cette alternance varie l‘expérience, ce qui est particulièrement intéressant.

Dans ce but de diversité, l’on dispose même d’un multi joueuses/eurs contre joueuses/eurs, malheureusement uniquement en ligne. Espérons qu’une communauté se crée pour réellement voir jusqu’à quel point ce mode est capable d’aller.

Sans rien révolutionner, Contra : Rogue Corps fait le boulot & l’on attend désormais de voir ce qu’il en sera de ses contenus additionnels. Espérons que le multi y gagnera par davantage de possibilités, tant l’éclate y est plus grande encore.

Inod

Développeur : Konami
Éditeur : Konami
Genre : Jeu de tir
Supports : PlayStation 4, PC, Xbox One
et Nintendo Switch

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …