Breaking News
Accueil / Critiques / Citadel: Forged with Fire

Citadel: Forged with Fire

Depuis plus de 2 ans en accès anticipé sur Steam, Citadel: Forged with Fire arrive à vive allure sur son balai, dans sa version commerciale sur PC bien sûr. Mais grâce à un coup de baguette magique, il est également disponible sur PS4 & Xbox One.

Par le feu tu naitras

Vous le constaterez au cours de cet article, puis en y jouant, le feu est présent à bien des égards chez Citadel: Forged with Fire. Et ceci d’emblée ou presque ! Au préalable, l’on aura l’occasion de confectionner son personnage, avec un panel rempli d’options. De quoi grandement s’amuser en cherchant à posséder le style le plus original. Tout autant que de chercher à le faire ressembler à une personne, pourquoi pas soi-même ? Une personnalisation physique déjà très poussée, rien que si vous évoluez en solo.

Et il en sera de même en multi en ligne (jusqu’à 40 joueuses & joueurs). La variété des détails est telle, que l’on ne se retrouvera pas continuellement à croiser des clones, après avoir été débarqué(e) sur l’aire de jeu. Et comme vous le constaterez en y étant projeté(e), vous sortirez à peine du four de création à cet instant là.

Minecastle

Peu importe que vous y preniez part en solitaire ou sur une carte à plusieurs, votre objectif propre sera toujours le même chez Citadel: Forged with Fire. Ou plus exactement, vous déterminerez ce but de votre propre chef. Car l’on se retrouve en face d’une expérience pleinement bac à sable. La liberté est de chaque instant, sur tous les points. L’on peut donc tout autant vous glisser que vous devez progresser, en vue de rejoindre un rang plus élevé, pour réaliser des bâtisses plus impressionnantes, détenir tel élément, améliorer vos pouvoirs… Cependant, rien ne vous y oblige.

Vous pouvez évoluer à votre rythme & avec l’envie du niveau que vous désirez atteindre. Ou encore le genre d’accomplissements que vous souhaitez réussir. Le besoin intérieur ou non d’avancer pour obtenir des quêtes plus ardues, de glaner un meilleur équipement… Sans omettre que l’on peut s’avérer plus ou moins sympathique envers autrui. Ainsi que face aux créatures du jeu. L’un des points les plus intéressants, puisque l’on peut se lier avec de nombreux animaux. Dont des dragons, qui confèrent un sentiment tout particulier lorsque l’on vole avec et éventuellement en leur demandant de cracher du feu. Histoire de réchauffer nos ennemi(e)s. Là encore, chacun(e) aura sa manière d’être avec les animaux. Pour notre part, l’on ressent un réel lien & ne cherche pas à s’en servir comme poudre à canon ou à bâton magique.

La magie étant effectivement particulièrement présente. Et à ce propos, la volonté de franchir les premiers niveaux d’expérience y connait un sacré intérêt. En l’occurrence, la possibilité d’enfourcher un balai & de se déplacer avec. Un atout attirant du point de vue de l’amusement simple. Puisque l’on s’éclate ainsi à se mouvoir, sur un véhicule qui reste rare dans le milieu vidéo-ludique. Mais il s’avère également attrayant au niveau ludique utile. Par son intermédiaire, l’on se rend beaucoup plus aisément d’un point A à un point B. Et en profite tout autant pour crapahuter & explorer, ce qui est plus laborieux à pied, mais cela fait partie de l’apprentissage… Qui plus est, même sur son balai l’on peut combattre. Ce qui peut donner lieu à des affrontements originaux, tant l’on n’a pas tendance à régulièrement à en croiser chez les JV.

On usera aussi de ses capacités de sorcellerie pour lutter face aux menaces. Une ample quantité de recettes pourra être apprise, afin de se servir des pouvoirs qu’elles octroient. La personnalisation des sorts & autres effets que l’on peut inclure aux armes s’avère large. L’on pourra donc s’allier avec &/ou affronter des avatars très différents du/des nôtres. Ce qui pousse par ailleurs à se créer plusieurs entités. Permettant de découvrir la diversité de Citadel à bien des égards. Justement à ce propos, pour voir un peu tout sans « contraintes », vous en aurez pleinement l’occasion en jouant seul(e). Tout est paramétrable à outrance, ce qui est intéressant si vous avez par exemple la volonté de fonder le plus faramineux des châteaux. Sans devoir en passer par une aventure au long cours.

Néanmoins, cette aventure délivre un plaisir tout autre. Avec notamment cette dimension alliances/affrontements suggérée précédemment. Il est ainsi envisageable de prendre part de plusieurs manières à une partie en réseau. Vous pouvez très bien rester une femme/un homme qui se fait elle/lui-même, sans s’acoquiner avec qui que ce soit. Mais décider d’avoir des comparses s’avère très intéressant, pour monter un empire théoriquement plus rapidement. Tant l’on peut disperser les tâcher, avoir des joueuses/eurs aux profils différents, protéger notre base à tour de rôle… Puis partir dans des repères, pour y récupérer des trésors.

Le feu ça brûle

L’exploration s’avère l’une des pièces-maitresses de Citadel: Forged with Fire. Profitant d’un immense terrain, l’on a de quoi y faire pour les rencontres, les constructions à divers endroits, la véritable dimension expédition lors d’une quête qui peut se trouver au loin dans une contrée inexplorée … Cette immensité influe sur chaque aspect du jeu, de manière très importante & intéressante. Simultanément, l’on bénéficie d’une vaste richesse des atmosphères. Ce qui se ressent évidemment visuellement, avec des décors très différents les uns des autres. Toutefois, l’impact va au-delà de l’esthétique. L’aventure en elle-même change, selon si l’on transite par des endroits gelés, un dénivèlement prononcé en montagne, une zone broussailleuse… Variant ainsi les plaisirs sur les 2 plans.

Gigantesque vient à l’esprit lorsque l’on évoque Citadel: Forged with Fire. Si son aire de jeu l’est, cela vaut également pour tout ce que l’on peut y faire sur les constructions, explorations, la personnalisation des objets, les alliances, forger un empire avec ses propres distinctions visuelles… Sans oublier des liens forts que l’on peut tisser avec de nombreux animaux. Qui plus est, un RPG aussi gigantesque en solo, qu’à plusieurs.

Inod

Développeur : Blue Isle Studios
Éditeur : Blue Isle Studios
Genre : Jeu de rôle bac à sable
Supports : PlayStation 4, PC
et Xbox One

Voir aussi

Les Héros de la Galaxie #7

Prolongeons notre découverte des œuvres de Yoshiki Tanaka adaptées en manga, sortis chez Kurokawa. Puisque …