Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / Chronoctis Express tome 1

Chronoctis Express tome 1

Originellement un manga indépendant de l’auteur française AerinnChronoctis Express est, depuis 2014, publié sur divers sites gratuitement, tels que Manga-DraftAmilova ou Tapastic pour les gens parlant la langue de Shakespeare. Depuis novembre 2017, les éditions Kotoji s’occupent de publier la série. A noter que je possède l’édition financée grâce à une campagne de Crowdfunding. Ce premier tome fait un total de 256 pages pour un total de 8€15.
Chronoctis Express est catégorisé ”Psychologique”, ”Suspense”, ”Fantasy”, ”Science-fiction‘.

 

Résumé : Dans une époque futuriste, les dieux ont accordé aux humains le droit de faire leurs adieux avant de trépasser, en leur faisant quitter le monde grâce au train des morts : le Chronoctis Express.
Une fois dans l’au-delà, les défunts ont accès à un ”tribunal des âmes”, dans lequel leur âme est jugée : si elle est pure, le défunt aura accès à l’immortalité, la réincarnation, ou un poste dans l’au-delà. Si elle est impure en revanche, le défunt est condamné à servir le système en devenant un Nexros, un ”agent de la mort”.

Alex est un jeune homme craintif, effrayé par les agents funestes qui servent le train des morts, et bien décidé à s’en éloigner … Jusqu’au jour où la fille qu’il aime se fait assassiner.

Persuadé que cette situation aurait pu être évitée, Alex va pour la première fois se confronter à ceux qu’il a toujours craint …

Source: Chronoctis Express & modifications personnelles

Chronoctis Express

 Un premier tome qui réussit sur tous les niveaux et qui se montre ambitieux.

Le monde de Chronoctis Express est un monde sans discriminations, que ce soient sur les origines ou le genre. Hommes et femmes sont égaux”. Mais, ne serait-ce pas une utopie que nous décrit là Aerinn? Le lecteur se retrouve plongé dans une société dont il ne connaît rien, les règles sont différentes, la manière de vivre est différente, c’est un monde futuriste (et peut-être même ce qui nous attend dans un futur plus ou moins proche, qui sait?) et empli de fonctionnements inconnus. On nous offre un univers complexe, et c’est très bien géré par l’auteur : loin de lancer ça et là toutes les informations à savoir dans un bloc ferme et immense d’un coup, les informations sont données au fil des pages, sans aucune précipitation. Le lecteur a le temps d’assimiler ce qu’il lit et de s’interroger ensuite dessus (pour l’anecdote, Aerinn consacre même certaines de ses pages bonus à parler de l’univers de Chronoctis Express). Cependant, bien que des renseignements nous soient donnés dès le départ, les interrogations persistent, on garde une part de mystère : quelle est donc l’origine du Chronoctis Express et des Nexros, ces agents de la mort ? Pourquoi ont-ils été créés ? Il doit bien y avoir un but derrière. Patience patience, peut-être aura-t-on notre réponse dans les prochains tomes. Le fait est qu’on ne nous en dit ni trop, ni pas assez, on comprend l’univers simplement sans crouler sous les informations.

 

Chronoctis Express

Parlons maintenant des personnages. Tout comme l’univers, ils sont très bien mis en place, en particulier le protagoniste, Alex. Présenté dès le départ comme un adolescent craintif, essayant autant qu’il peut d’éviter les problèmes, ce qui peut paraître assez simple à première vue, on découvrira bien assez vite que (heureusement) ce garçon ne se résume pas qu’à ça et qu’il y a des tas de schémas complexes derrière lui. Ce garçon respire le mystère (et pas seulement parce qu’il ouvre le tome en disant que ”[Sa] vie n’est qu’un ramassis de problèmes” et qu'”[Il n’est] pas heureux, [il fait] juste semblant de l’être“, ce qui ressemble assez au discours d’un adolescent déprimé en soi, mais passons) et on se doute qu’il cache quelque chose de plus étonnant qu’un simple mal dans sa peau, qu’il y a une origine obscure à son mal-être. Il n’empêche que nous avons un protagoniste un minimum réaliste, tout comme le reste des personnages, et qui peut beaucoup titiller l’intérêt du lecteur, de par son passé qui a l’air à première vue très intéressant, mais aussi de par son évolution : il s’est engagé sur une voie sinueuse, va-t-il réussir à en réchapper grâce à la force de sa volonté et de son amour ? Suite à la mort de son amoureuse, Alex va remettre en question ce système, pourtant présenté comme sans défauts; c’est un détail assez notable car à première vue, ce monde semble être une utopie, c’est d’ailleurs avec cette accroche que j’ai débuté l’article, mais non : le système se trouve être assez injuste lorsqu’on y réfléchit bien, et cette société vantée comme étant parfaite (et qui n’accepte surtout pas d’être remise en question soit dit en passant) ne l’est absolument pas. Enfin je vous laisse en juger.

Enfin, Alex, Alex, Alex, je n’ai que son nom à la bouche. Je pourrai parler aussi d’Anaël, la jeune fille qu’aime le garçon : bien qu’elle ne soit pas apparue énormément de temps dans ce premier tome, elle se montre également très intéressante et humaine, le lecteur a d’ailleurs l’occasion de la connaître un peu plus lorsqu’elle parle seule à seule avec le protagoniste après sa mort, une opportunité pour se rapprocher d’elle. Et enfin, je pourrai parler du Nexros (un agent de la mort, c’est la personne qui distribue un billet pour le Chronoctis Express une fois que vous avez perdu la vie) qui approche Alex, Dentelle. Ce dernier semble avoir un étrange lien avec le protagoniste. Lequel ? Mystère.

Le fait est que les personnages, aussi bien le principal que les secondaires, sont merveilleusement bien gérés et très intéressants à suivre (en plus du fait qu’ils ne soient pas vraiment clichés, bonheur).

Moi je sais ce dont tu es capable. Il est temps de réagir, ”garçon-lierre’“.
L’étrange phrase prononcée par Dentelle, en s’adressant à Alex. Ne dites pas que cela n’attise pas votre curiosité …

Chronoctis Express

(petite anecdote concernant cette planche, Aerinn a vraiment composé la chanson que le sniper fredonne, elle est disponible ici).

Le style graphique de l’auteur est assez sympathique, beaucoup de détails sans que cela fasse chargé pour autant : je peux citer par exemple la réalisation du ”Chronoctis Express”, inspiré d’un train existant (et puis c’est très joli, ça donne un petit côté ancien, ma foi, fort agréable). Si on chipote, on pourra reprocher certains problèmes de proportions au niveau des visages, mais on nuancera en avançant le fait que les premières planches remontent à plus de 2 ans, la patte de l’auteur a évolué depuis (et accessoirement, ça n’enlève en rien la qualité du scénario).

Sans même ouvrir l’ouvrage, on peut constater des efforts mis en oeuvre; ce premier tome est un bel objet, un bel et épais objet de 250 pages. Le manga est souple, avec un papier de bonne qualité (que des pages en noir&blanc), la jaquette le recouvrant possède quelques effets (avec plusieurs zones précises mises en relief, comme le titre par exemple), et il y a également une ”autre” couverture sous la jaquette, une autre illustration du personnage principal. Je tenais à saluer l’effort, car j’ai déjà eu en main des livres sortis de maisons d’édition dites ”pro” mais qui n’atteignaient pas cette qualité pour autant.

Chronoctis Express

Chronoctis Express se voit être une excellente surprise pour ma part. L’histoire commence rapidement (à la fin du chapitre 1, les rouages se mettent en marche) et j’admets que le fait de remarquer que le scénario une adaptation libre du mythe d’Orphée est assez attirant. Disons que voir le protagoniste se dépasser pour celle qu’il aime, franchir la frontière entre la vie et la mort, sans savoir s’il en ressortira vivant à la fin, me touche assez, et je suis curieuse de voir jusqu’où Aerinn  s’est inspirée de ce mythe.
Je serai, sans aucun doute, au rendez-vous pour le tome 2 (d’autant plus qu’il y a un cliffhanger à la fin et que je me retiens de ne pas lire la suite en ligne arg), et je le conseille. D’autant plus qu’il vient de chez nous, un peu de French touch ne fait pas de mal; et s’il peut permettre de changer la mentalité des gens sur le manga français, ce n’est pas plus mal.

Voir aussi

Robotech: Crisis Point

Tandis que nous venons de terminer de regarder la première partie de la fameuse saga …