Breaking News
Accueil / Actualités / Chronique The Capricious Love is Moderate

Chronique The Capricious Love is Moderate

The Capricious Love is Moderate est un manga de la catégorie Yaoi, écrit par Aki Nohagi. Prépublié au Japon par Kaiôhsha, il est ensuite publié en France par Boy’s Love, dans la collection Hana. Avant d’en parler plus en profondeur, voyons un peu la surface de ce One-shot :

Tanihana est ce que l’on pourrait appeler un « fils à papa ». Enfant cadet du patron de la société dans laquelle il évolue, il est conscient de pouvoir mener la vie qu’il veut sans que cela ne dérange qui que ce soit. Arrogant, il semble persuadé pouvoir « faire tomber pour lui » n’importe qui et couche avec tout ce qui bouge, ou presque. Toutefois, en tombant sur Shimakawa, un vendeur dans une boutique de costumes sur mesure, il va tomber sur plus forte partie que lui. Après lui avoir « simplement » demandé de « se laisser faire », il va se rendre compte que le jeune homme est bien plus têtu que lui. C’est en découvrant qu’il est secrètement amoureux de son patron, que Tanihana va tenter de le faire chanter … 2 autres histoires courtes succèdent à celle-ci, mais ne vous gâchons pas le plaisir !

The Capricious Love is moderate

Pour poser les bases de manière radicale et ce, même si vous vous en doutez, ce manga est clairement destiné à un public averti et comporte des scènes non-adaptées à des enfants. Après, les histoires évoquent des milieux très différents, et il est dommage que l’auteur ait préféré faire trois histoires courtes plutôt que de ne s’intéresser qu’à ses deux premiers personnages. On perd quelque peu en profondeur en agissant de cette manière. De plus, l’histoire principale ne comporte pas réellement de rebondissements en s’appuyant sur le proverbe « tel est pris qui croyait prendre » et aucun suspense ne vient vraiment relever le niveau.

De plus, il est à noter, qu’en plus d’être un yaoi, ce manga aborde certains autres aspects des relations plus complexes à évoquer en société, comme certains « jeux » si cela parle à ceux et celles ayant vu ou lu « 50 nuances de gris ». Ce n’est pas quelque chose de simple à trouver dans un manga qui est seulement adressé à un public averti. Je ne trouve pas plus agréable que cela de le voir dans un manga car je pense que c’est un sujet assez complexe.

Concernant les dessins, pas de remarques là-dessus. Ils sont agréables à regarder, avec une touche féminine mais toutefois bien adulte. Nous nous situons, sans étonnement, loin des catégories de shojo ou shonen classiques. Les personnages sont bien détaillés afin que le lecteur puisse s’y intéresser et il est vrai que les hommes du coin sont beaux à voir. 😊

The Capricious Love is moderate

Ainsi, sans réellement être une perte de temps, ce manga n’est pas non plus quelque chose d’inédit à lire. Il peut permettre de se distraire un moment mais n’attisera guère la curiosité de son lecteur. Il n’occupera pas une place de choix sur mes étagères par son manque d’originalité en la matière.

Voir aussi

Les années 90 ont appelé, elles veulent partager leur exemplaire de Flashback

Bonne nouvelle pour les anci… les expérimenté(e)s, ainsi que pour les plus jeunes, le retour …