Breaking News
Accueil / Actualités / Chronique Les mémoires de Vanitas

Chronique Les mémoires de Vanitas

Après Pandora Hearts, une série en 25 volumes qui a su satisfaire les fans à travers le monde, son auteur, Jun Mochizuki, revient en France afin de nous offrir son deuxième manga. Edité par Square Enix au Japon après une prépublication dans le « Monthly Gangan joker », ce manga compte aujourd’hui 3 tomes dans son pays de naissance. En France, c’est aux éditions Ki-Oon que l’on peut le retrouver, avec pour le moment un seul volume à son compteur, sorti le 6 juillet 2017. Le second volume est prévu pour le 7 septembre 2017. Classé dans la catégorie shonen, ce manga semble faire une réelle impression au Japon, comme en France.

Les Mémoires de Vanitas

Synopsis : Nous sommes à la fin du 19ème siècle, en France. La population est plongée dans la terreur à cause de multiples attaques de vampires survenues aux quatre coins de la capitale. Mais quelque chose ne va pas puisque la règle la plus importante de ce peuple est de ne pas s’en prendre aux humains. Certains d’entre eux semblent en réalité devenir fous et attaquer n’importe qui.
C’est dans ce contexte que Noé, un vampire ayant pour mission de retrouver le Grimoire de Vanitas, un livre pouvant être à l’origine de ce cataclysme, arrive à Paris. En chemin, il fait la connaissance d’une jeune femme qui va, à son tour attaquer les gens, avant d’être sauvée par un humain, se présentant lui-même comme Vanitas. Son but ? Sauver tous les vampires ….

C’est à travers un 1er tome très bien fourni côté épaisseur que l’on découvre Les Mémoires de Vanitas. Comme à son habitude sur Pandora Hearts, Jun Mochizuki voit les choses en grand et tente de ne pas nous décevoir. Son histoire prend place dans une période passée, souvent prisée par de nombreux écrivains de littérature classique, à savoir la fin du 19ème siècle. Et elle choisit pour ce faire la ville lumière, Paris, qui l’a beaucoup inspiré lors de son premier passage en France pour des dédicaces de Pandora Hearts.

Toutefois, comme le mythe du vampire a déjà été vu, revu et re-revu, il lui a été nécessaire de revisiter ces créatures mythiques afin de ne pas tomber dans la simplicité ou dans le déjà-vu. C’est pourquoi elle a non seulement revu les décors afin d’y ajouter une belle touche de steampunk, style qu’elle apprécie bien selon son propre aveu (on peut le voir dans l’interview du numéro d’août de Coyote Mag et sur la 1ère de couverture du tome 1), mais elle a aussi choisi d’inverser les tendances afin que les vampires ne soient plus les chasseurs sans cœur d’autrefois, mais que ce soit, les personnes chassées, malades. Ce n’est maintenant plus l’histoire du vampire tout-puissant, mais celle de vampires qu’un humain va tenter de sauver des autres et d’eux-mêmes.

Mais ce qui surprend, par ailleurs, c’est la beauté des dessins. Bien que nous sachions déjà que Jun Mochizuki est une mangaka de talent, on est réellement subjugué en ouvrant ce livre. Le trait est délicat et extrêmement joli. Les dessins sont élégants et adultes, et nous laissent apercevoir une multitude de détails sur chaque page. Sans oublier l’aéronef visible dès le chapitre 1 qui représente à lui seul une œuvre d’art. De plus, les dessins transcrivent de façon agréable le ressenti de chaque scène, et un moment sérieux sera aussi appuyé qu’un moment humoristique.

Les Mémoires de Vanitas

Les Mémoires de Vanitas est un manga bien ficelé, nous amenant à revoir notre point de vue sur les monstres de légende que sont les vampires, en les découvrant bien plus vulnérables qu’avant. La bonne dose d’humour apportée par vague dans l’histoire y rajoute du mordant et nous donne envie de tourner les pages. Le suspense est déjà au rendez-vous !

C’est donc avec une grosse impatience que j’attends la suite de cet ouvrage qui ne va surement pas manquer de nous surprendre. Et une chose est sure, Jun Mochizuki fait un retour de toute beauté sur le devant de la scène.

Voir aussi

Les jeux PlayStation Plus d’Avril 2019

Vous vous demandez certainement quels sont les jeux PlayStation Plus d’Avril 2019 ? Surtout qu’ils …