Breaking News
Accueil / Critiques / Beat Cop

Beat Cop

Sorti en 2017 sur PC, Beat Cop vous permet désormais d’incarner sur consoles un flic, avec tous les aspects d’une telle activité. Tant dans le travail en lui-même, que sa vie privée.

21 jours en enfer

Mais être flic, n’est pas un boulot, c’est un sacerdoce. Du moins pour nous, Jack Kelly, héros de Beat Cop. Entre le vol des diamants du sénateur & notre accusation de crime, on se retrouve en pleine déchéance. Jusqu’ici détective, on tombe au bas de l’échelle : la circulation ! Le fric arrive ainsi moins en masse &, comme toujours dans un tel cas, si l’on a une femme, elle se casse. Ce qui ne l’empêche pas pour autant de quémander une pension. Finalement on va peut-être en commettre un d’assassinat…

Quelle ironie pour un homme autrefois respecté, devant désormais enquêter lui-même en parallèle. Alors que tout le monde lui tourne le dos. Mais attention, il faudra rester vigilant envers son porte-monnaie, puisque lors des 21 jours de l’aventure, il s’agira d’être toujours en mesure de financer la requête de notre ex. Même si l’on a une idée pour que ça s’arrête & au moins, si l’on était inculpé, il y aurait une vraie raison cette fois.

C’est quoi la différence entre un bon flic et un mauvais flic ?

Heureusement, notre boss n’est pas si vilain, car progressivement il nous confiera des missions plus excitantes. Comme jouer les Marie Pervenche, en infligeant des contraventions. Tremblez mauvais(e)s citoyen(ne)s ! Mais à l’instar de la vie réelle, on en trouvera toujours pour supplier de ne pas leur coller une prune. Et c’est là que Beat Cop déploie sa profondeur, puisque si des tas de possibilités sont offertes, il est constamment envisageable de les accomplir dans un sens ou dans l’autre.

Pour rassembler des informations & du flouze, se rapprocher des organisations qui tiennent la ville est un bon moyen. D’une part la mafia & d’autre part un gang du coin. Les 2 se tirent évidemment la bourre pour régner sur les lieux. Tout en devant se farcir la flicaille. Avoir un ami parmi cette dernière est donc une ingénieuse idée. Les 2 n’hésitent ainsi pas à nous filer des tuyaux & davantage, pour les aider. On peut ainsi manger à tous les râteliers. Tout en faisant son travail de flic sans peur & sans reproche, selon les situations. Voire d’être Sylvester Stallone dans Copland, un mec totalement intègre. Mais il ne faudra pas s’étonner si la paie est frugale & si l’on a des soucis en dehors.

Les thèmes sont matures, mais toujours traités avec une pointe d’humour. Que l’on n’hésite d’ailleurs pas à accentuer dans notre esprit. Forcément, l’on privilégie d’apporter de la came à l’un des 2 organismes malfaisants, plutôt qu’au 3e : la police. Car même si cela jouera en notre faveur pour ne plus être le dernier des derniers, on sait bien qu’en réalité le chef garde la livraison. Puis la revend en partie & garde le reste pour sa consommation personnelle. Ouais, c’est sûr, c’est toujours le patron des flics le coupable.

Concrètement, il s’agit d’une aventure en point and click. Notre version PS4 confirme que le genre s’adapte désormais très bien aux consoles. Entre nombreux dialogues & choix à effectuer, la manette se prête pleinement à l’exercice. Nul besoin d’un combo clavier/souris.

Le flic c’est chic

Si vous avez jeté un œil aux images, vous avez compris que la facette fiction des années 80 de Beat Cop, se retranscrit dans ses graphismes. D’un côté de par son identité pixel art, se donnant un genre à l’ancienne. Même si en réalité l’on n’est pas dans du 8 bit & que l’action grouille de détails & de coloris. Le style charme & nous balance des références de la police comme on la voyait dans les fictions américaines de l’époque. Avec leurs éternels donuts !

Riche dans ses possibilités, au sein d’un univers policier rarement représenté sous ses divers aspects & encore moins dans ce genre aventure PNC, Beat Cop marque forcément les esprits. On a en plus plaisir à y revenir, pour y être tantôt plus ripou, tantôt plus Pinot, pour découvrir ses diverses fins.

Inod

Développeur : Pixel Crow
Éditeur : 11 Bit Studios
Genre : Point and click
Supports : PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, Android, iOS & PC

Voir aussi

7 Ronin

Amatrices/eurs de cinéma, Piotr Stankiewicz et Marek Mydel risquent de toucher votre corde sensible du …