Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ

Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ

Pour l’annonce de ses premiers personnages téléchargeables, DBFZ ne pouvait que réserver du lourd & ce fut le cas, comme le prouva la réaction des joueuses/eurs en apprenant l’arrivée de Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ.

Comme au ciné

Si le casting de base sait déjà réunir diverses époques, oscillant entre DBZ & DB Super, l’apport de Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ permet d’approfondir les univers de la saga, puisque l’on touche désormais aux films.

D’ailleurs si vous ne les avez pas vus, sachez que l’on pourrait accoler à Bardock la phrase « je suis ton père » lorsqu’il s’adresse à Son Goku. Bim on a grillé la surprise datant d’il y a plus de 20 ans. Tandis que le guerrier légendaire Broly a tout de même lui 3 films à son actif. Des héros charismatiques, oscillant entre le côté gentil & le méchant. Autrement dit, le père & la Némésis de Carot.

L’empire contre Baddack

Les 2 ont beau s’avérer des supers guerriers, ils n’en sont pas moins diamétralement opposés. Les divergences de gabarits aident en cela, au-delà des techniques que chacun peut posséder. Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ c’est avant tout 2 gars, 2 ambiances.

On a donc droit à un Bardock au physique similaire à Son Goku. Ce qui se traduit par des enchainements simples se ressemblant dans les frappes & la vitesse. On reconnait d’ailleurs immédiatement certains mouvements du film concernée. Son côté corps-à-corps sied à ce que l’on connait de lui, notamment lorsqu’il s’envole vers Freezer. Il possède néanmoins une boule de Ki basique, renvoyant là aussi aux images que l’on garde de lui. Evidemment il ne détient pas les mêmes capacités spéciales surdimensionnées que son fils vedette (on attend les 2 autres, seront-ils prochainement téléchargeables ?) à son paroxysme.

En parlant de surdimensionné, on songe forcément à Broly ! Il se rangera dans la catégorie des géants hyper costauds, tels Nappa & C-16.Avec néanmoins une mobilité & des mouvements semblant plus rapides & à longue portée que ceux du compagnon de Vegeta.

De plus celui-ci peut, à l’instar de ce qu’on connait de lui dès son premier film, choper l’adversaire, avec aucune possibilité pour cette/ce dernière/ier de se dégager. Se faisant alors ratatiner la tête dans le sol, après avoir eu droit à un combo le guidant vers l’équipe de volleyball de Tenshinhan & Gotenks. On a eu maintes fois l’occasion de voir Broly combattre au sein des OAV, il y avait donc de quoi retranscrire pas mal de coups & on les remarque sans mal. Comme sa boule d’énergie déclenchée en un instant au niveau de la taille, sachant causer des dégâts, mais surtout cette vitesse d’exécution offre une réussite plus grande. Là où l’on se téléporte face à d’autres boules d’énergie. Autre particularité retrouvée, sa faculté à absorber les coups.

Rock’n Broly

Si les combattant(e)s présent(e)s à la sortie furent déjà fignolé(e)s au niveau visuel, Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ bénéficient du même soin. Mais l’identité ne passe pas que par la simple apparence physique, ce sont tous les détails qui font la différence. On disposera ainsi bien sûr pour Bardock d’une référence à son morceau de tissu ensanglanté devenu bandeau. Rendant le personnage plus charismatique que jamais lorsqu’il l’enfile. Son thème musical lui va d’ailleurs comme un gant. L’inspiration dramatique collant à son univers.

On avait déjà pu constater la richesse de DBFZ concernant les liens entre protagonistes. Les nouveaux n’échappent pas à la règle, on peut s’en apercevoir lors des introductions avec des paroles changeant selon l’adversaire. Sans omettre les conclusions, notamment le cri de rage de Broly, sur lequel les connaisseuses/eurs de VF ajouteront « cachalot ».

En nous délivrant d’emblée 2 figures emblématiques très différentes à jouer, on ne peut qu’être ravi(e)s de l’ajout de Bardock et Broly dans Dragon Ball FighterZ. Vitesse & technicité au corps-à-corps d’un côté, puissance dévastatrice & défense colossale de l’autre, les 2 possèdent des qualités n’ayant rien à voir avec celles de l’autre. Et l’on apprécie tout autant le détail insufflé à l’identité de chacun, tant dans la réalisation des coups, que tout l’enrobage. On espère désormais d’autres personnages emblématiques. D’ailleurs on en citait quelques-uns pour finir, mais l’on n’arrivait pas à s’arrêter. On se limitera donc à un podium : Chaozu, Toninjinka & Tao-Paï-Paï.

Inod

Développeur : Arc System Works
Éditeur : Bandai Namco Entertainment
Genre : Baston
Supports : PlayStation 4, Xbox One & PC Windows

Voir aussi

The Lapins Crétins – Wanted

Après le très plaisant The Lapins Crétins – La classe, les abwahcadrabantes vedettes d’Ubisoft reviennent …