Breaking News
Accueil / Critiques / Banquet Royal

Banquet Royal

Vous fantasmez de participer à un Banquet Royal ? Pour vous délecter de mets des plus raffinés ? Et bien le jeu d’Alain Rivollet ne vous le propose pas, mais vous ne tombez pas loin ! Puisque c’est à vous qu’il adviendra de les préparer ou plus exactement de les organiser.

Car effectivement, concocter de bons petits plats ne fait pas tout. Il s’avère tout autant essentiel de respecter un certain ordre dans ceux servis, si l’on désire s’attirer les privilèges de la famille royale. Pour ce faire, avant même de déployer sa stratégie de cuistot, l’on devra faire preuve de mémoire. Connaitre sur le bout des doigts des tas de recettes, est un atout non négligeable d’un(e) excellent(e) cuisinière/ier. Banquet Royal le démontre, en nous demandant dès sa mise en place de retenir les 6 commandes royales tirées au sort, qui se retrouveront sur le plateau. Après que tout le monde ait pu les observer, elles seront mises sous cloche & il s’agira de s’en souvenir, lorsque l’on aura l’opportunité d’en révéler. Si l’on a juste, l’on marquera un point royal au terme de la session.

En sus de cet aspect, chaque personne reçoit 3 menus (quand l’un est réussi, on en pioche un nouveau de manière à toujours en détenir un trio). Un valant 1 point, un autre 2 & le dernier 3. Ceux-ci à réaliser grâce aux plats à récupérer dans la cuisine commune, ainsi qu’avec des toques. En précisant que l’on en possède au départ 2 de notre couleur. Néanmoins, l’on pourra tout aussi bien se servir des éléments posés par nos adversaires sur le plateau. Tant les plats, que leurs propres toques. Rendant Banquet Royal encore plus stratégique, car l’on imagine bien que telle joueuse ou tel joueur voudrait profiter de cette salade de fruits que l’on vient de placer. On hésite donc régulièrement à positionner certaines ressources & préfère assurer le coup. Mais cela est loin d’être aisé & se faire prendre à son propre piège s’avère fréquent.

Pour réussir nos enchainements de plats, l’on en sélectionnera un dans la cuisine, voire l’une de ses toques encore en réserve. Que l’on positionnera sur une case qui doit absolument être adjacente soit au bouquet central, à une toque ou bien à un plat déjà sur le plateau. On aura ainsi l’occasion de créer la suite, dans le bon ordre, d’un menu quémandé. Et comme nous l’évoquions, peu importe qui a posé les plats. Toutefois, généralement sans le savoir, nous gênerons notre/nos concurrent(e)s par une pièce posée & ça, c’est un délice quand l’on en parle entre les participant(e)s. Mais l’on peut également décider de volontairement ajouter un élément, afin de pouvoir s’octroyer le privilège d’annoncer la commande royale demandée sous la cloche concernée.

Après cette révélation, le plat en question devra figurer sur cet emplacement. Délivrant une chance supplémentaire de réaliser un menu. & pourquoi pas un combo, en enchainant la CR & un menu ? Tout en sachant que l’on ne peut concrétiser qu’un menu par tour. Important à prendre en compte, puisque l’on évite de multiplier certaines combinaisons, par peur de voir la plupart nous filer sous le nez. Bien sûr, le terrain peut parfois nous sembler peu propice aux menus en main. Dans ce cas, si l’on n’en a pas validé suite à sa manche, il est envisageable de se défausser de l’un. Que l’on remplace par un de la pile face cachée, du même niveau de points.

La conclusion a lieu dès que les 36 cases sont remplies. Vous aurez compris combien de point(s) chaque menu ou commande royale permet de gagner. Mais à ceci, s’ajoutent des bonus. En l’occurrence, 3 points pour celle(s)/celui/ceux avec le plus de menus à 1 étoile. Deux points pour la/les personne(s) dans ce cas, cette fois sur les menus du niveau 2. Enfin, les toques ne sont pas en reste. Puisque chacune ramène en tant que points, la quantité de plats du même type le plus présent autour d’elle. Ce qui peut devenir un extra plus ou moins important. Si bien que l’on a tendance à y penser en amont. Le jeu propose en plus d’épicer ses parties, via plusieurs variantes. Ce qui prolonge la plaisir, par le biais de multiples saveurs. Avec notamment davantage de commandes royales. Ou encore plus de points encore glanés par celles-ci.

Au-delà de son plateau nous montrant entre autres le quatuor royal attablé, Banquet Royal s’avère très attirant dans son matériel, par ses éléments en 3D. Cloches, toques, mais surtout 40 plats, qui gagnent ainsi énormément en intérêt par rapport à de simples cartes ou jetons illustré(e)s. En reflétant totalement l’esprit festin en  montagnes de nourriture, que l’on remarque également sur la boite.

Très tactique avec ses multiples embranchements, où l’on se rapproche de nos menus, tout en espérant obstruer nos adversaires, pour finalement se faire contrer, Banquet Royal délivre énormément de suspense & de retournements de situation, dans un esprit festif.

Inod

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …