Breaking News
Accueil / Critiques / Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout

Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout

On n’arrête plus la licence Atelier, qui cependant n’hésite pas à proposer de plus en plus de nouvelles approches, évitant la redondance. Cet Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout n’est pas en reste, car s’il ne perdure pas dans le choix d’un monde ouvert, il nous propose bien d’autres éléments.

L’été de tous les dangers

Le village principal d’Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout se tient fermement à une règle, pour a priori le bien de celui-ci & de ses autochtones. Autour de ce lieu, se trouveraient des endroits malfamés, si bien qu’il est strictement interdit de s’aventurer hors des limites régies. C’est sans compter sur les esprits rebelles ! Notre héroïne, Ryza, s’ennuie fermement durant la période estivale & n’hésite pas à approfondir son exploration au-delà des consignes. En compagnie de Tao & Lent, voilà un trio solide en amitié, qui s’en ira voir ce qu’il se passe de l’autre côté de l’île.

Mais la triplette y sera bouleversée par ses découvertes. Puisqu’il lui faudra sauver le monde, en partant finalement de rien. Quel été ! La prochaine fois on restera peut-être au village cueillir des fruits… Heureusement, notre groupe y fait la connaissance de Lila la guerrière & de l’alchimiste Empel. Qui nous enseignera tout ce qu’il faut savoir pour combattre les forces du mal, en usant de l’alchimie. Pourtant, tout est loin de s’avérer manichéen, le scénario apporte diverses interrogations par rapport à son emploi & rend là le propos très intéressant.

En plus des moult personnes croisées, qui apporteront à l’histoire par leur sensibilité ou leur humour. Ce dernier toujours très présent, comme habituellement chez Atelier. Sans oublier que certaines se joindront même à notre troupe.

Changer tout ça

Reprenant les coutumes, Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout demandera d’acquérir des recettes, en vue de les réaliser grâce à vos qualités d’alchimiste. Mais à l’instar d’un(e) bon(ne) cuisinière/ier, il ne s’agit pas d’un banal assemblage d’ingrédients. Il faut avant tout utiliser de bons produits. Sans quoi le résultat s’avère évidemment moindre. Par conséquent, l’on farfouillera tout l’espace & se rendra aussi en boutique, afin de récupérer le nécessaire. Mais également pour dénicher des recettes supplémentaires. Qui permettront de confectionner des objets, eux-mêmes indispensables pour récolter d’autres éléments, tout en s’équipant personnellement mieux & ainsi de suite.

Progressant dans le domaine de l’alchimie, tout autant que dans l’histoire, l’on ne pourra bien entendu pas concevoir le matériel le plus extra d’emblée. Cette restriction propre à la situation fonctionne toujours, avec l’envie d’aller plus loin, en s’attachant à produire un objet de meilleure qualité à chaque fois. En vue de nous permettre de franchir un cap, pour plus tard avoir l’occasion de le peaufiner quand l’on aura droit à cette option… La synthétisation s’avère elle assez simple, avec l’association de matières requises par la recette que comprendront sans aucun mal les néophytes. Mais également l’ajout de plus ou moins de ressources passives, pour qu’il en résulte un objet d’un niveau différent. Et surtout, avec des capacités spécifiques. On s’amuse de cette manière à personnaliser à outrance. Tant pour ses réels besoins, par exemple des ennemi(e)s sensibles à ceci ou cela. Que pour ses envies de tenter une dinguerie.

Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout va encore plus loin dans le changement au travers de ses combats. Pas de tour par tour comme l’on connait chez la licence. En lieu & place, l’on retrouve un système en temps réel. Néanmoins, l’on n’est pas pleinement dans un action RPG comme l’on peut en connaitre ailleurs. On a l’opportunité de choisir ses actions, tout en employant de basiques offensives en se déplaçant sur un espace délimité. Mais les autres, adversaires comme allié(e)s, seront tout autant actives/ifs. Précisions à ce propos que l’on n’incarnera en direct qu’un(e) héroïne/héros, mais que l’on pourra alterner comme bon nous semble entre celles & ceux présent(e)s sur la bataille.

Durant celle-ci, le remplissage de la jauge de Tactics offrira bien sûr l’occasion de dégainer des attaques plus performantes, mais aussi une enfilade plus conséquente de celles-ci. Tandis que nos comparses, dont l’I.A. s’occupera, n’hésiteront pas à nous signaler une certaine requête. Ce qui permettra de ressentir une véritable dimension collective. Et non juste des bagarres chacun(e) dans son coin. Nos choix lors de leurs demandes impacteront la suite & délivreront des exploits offensifs « gratuits ». On n’aura ainsi pas à se restreindre par crainte de voir ses points accumulés pour sa barre de Tactics, descendre en flèche.

Au final, ni meilleures, ni en-deçà des mécaniques connues précédemment, celles-ci ont au moins le mérite de changer les codes. Reste à savoir si les féru(e)s du tour par tour n’en seront pas déstabilisé(e)s. Mais en étant objectives/ifs, elles & ils remarqueront que la qualité est au rendez-vous & c’est là le principal. Et surtout que cette frange se rassure, l’on ne dérive pas dans une dimension purement action.

Aaaa aaaah ahahah, Lent, Ryza, Tao les cités sombres

Autre nouveauté, l’on a désormais la possibilité de se pencher sur son atelier & pas juste s’en servir. On a l’opportunité de le décorer à sa guise, du sol au plafond, y compris à l’extérieur. Les structures du bâtiment même & les multiples objets en son sein peuvent ainsi être déterminé(e)s comme bon nous semble, afin de lui donner un certain cachet. Mais pas seulement, ce qui rend cette particularité plus attractive. Puisque selon nos choix pour les lieux, l’on y gagnera également en évolution dans le jeu.

Si Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout retourne dans un univers non ouvert, on gagne en revanche grandement graphiquement. Le chara design est toujours aussi attirant & la qualité du rendu, tant durant les cinématiques, qu’en action, nous charme au moins toujours autant. En parallèle, les environnements passent un cap & l’on se retrouve souvent à admirer les décors, qui étaient moins intéressants lors de ses prédécesseurs. Rendant ce monde plus absorbant, ce qu’il doit également à ses musiques, dont les accompagnements légers, n’ont d’égal que les moments épiques d’autant mieux mis en scène. Et pour conclure sur la partie sonore, on retrouve évidemment les doublages nippons, avec sous-titres en anglais.

Atelier Ryza: Ever Darkness & The Secret Hideout prend de gros risques avec un tel chamboulement dans son système d’affrontements. Toutefois, celui-ci est solide & sait associer l’action les rendant plus rapides, à une maitrise tactique rôliste. Tandis qu’en face, l’alchimie offre une latitude titanesque pour la personnalisation des objets. En somme, l’esprit est toujours là, sans pour autant faire dans la redite.

Inod

Développeur : Gust Studios
Éditeur : Koei Tecmo Europe
Genre : Jeu de rôle
Supports : PlayStation 4, PC
et Nintendo Switch

Voir aussi

Punto

En apercevant les images, vous imaginez sûrement que Bernhard Weber a sorti un jeu de …