Breaking News
Accueil / Critiques / Atelier Lulua: The Scion of Arland

Atelier Lulua: The Scion of Arland

Afin de fêter la double décennie de la franchise, est récemment sorti Nelke & the Legendary Alchemists: Ateliers of the New World, qui s’écartait de l’approche générale de celle-ci. Apportant une fraîcheur surprenante. Mais Gust et Koei Tecmo ne s’arrêtent pas en si bon chemin, puisque 2 mois après débarque le nouvel épisode, Atelier Lulua : The Scion Of Arland.

Arland le retour de la vengeance

Adepte de plus ou moins longtemps de la série, vous aurez compris qu’au travers d’Atelier Lulua : The Scion Of Arland, vous reviendrez en des lieux particulièrement réputés de celle-ci. Notamment si vous connaissez Atelier Rorona : The Alchemist of Arland. En l’occurrence, notre nouvelle aventure se déroule plusieurs années après celle d’Atelier Meruru: The Apprentice of Arland. Si bien que les joueuses/eurs ayant retourné cette dernière, trouveront plus que des paysages titillant leur fibre nostalgique. Des personnages, ayant évolué avec le temps, s’avérant également de la partie.

Nous incarnons désormais Lulua, une apprentie alchimiste qui ne semble pas très douée. Bien qu’elle soit la fille d’une immensément fameuse alchimiste. Rorona elle-même ! Apparemment, cela ne se transmet pas par les gènes. Elle fait cependant une heureuse trouvaille qui risque de bouleverser sa vie. Un ancien Codex, qui peut lui octroyer de grands pouvoirs. Pour peu qu’elle réussisse à accomplir ses énigmes. Mais comme à l’accoutumée chez la saga, il s’agira d’un grand voyage initiatique où la camaraderie sera de mise. On croisera ainsi la route de beaucoup de personnages, qui se joindront à nos quêtes. Et bien sûr, chacun(e) est très travaillé(e) au niveau scénaristique. Ce qui permet d’ouvrir progressivement la narration à de nouvelles histoires intrigantes, au travers de caractères forts.

Codex : « Lulua ? Lulua ? Luluuuuuuuuuuuuuuuuua ! »

De la lecture de ce manuscrit uniquement possible pour notre héroïne, Atelier Lulua : The Scion Of Arland tire un original principe. Grâce à son déchiffrage, elle y glane des indices qui permettent de savoir comment réussir une recette d’alchimie. En vue de confectionner de nouveaux équipements. Il est de cette manière possible de connaitre les éléments nécessaires, les endroits où se rendre ou encore les ennemi(e)s à vaincre. Des indications plus ou moins importantes selon les cas. Et nos éventuelles connaissances des zones, que l’on pourra explorer pour dénicher des ingrédients. Essentiellement en venant à bout de nos opposant(e)s.

Au fil des boutiques trouvées, l’on pourra acheter divers ouvrages. Contenant de nombreuses autres recettes. On n’hésite donc jamais à explorer les lieux, pour fouiller, détruire et combattre, en espérant rapporter un contenu plus riche. Mais pas qu’en quantité. Puisqu’au fur et à mesure, les demandes se feront sur des objets plus rares. D’une qualité accrue… Rendant l’exploration plus ardue et plus intéressante. Surtout que cette boucle nous hypnotise. L’on a continuellement envie de trouver mieux, pour concocter des recettes dont il ressortira des éléments plus puissants.

Les batailles prennent elles place en quintet. Via 3 protagonistes en avant et 2 en retrait, dont l’importance sera là. Le premier trio peut ainsi privilégier la défense, employer un objet ou attaquer. Voire user d’une compétence spéciale, offrant l’occasion à un membre du duo de venir en soutien. Et de potentiellement créer davantage de dégâts. Forcément, plus l’on aura avancé, avec nos points d’expérience et des recettes renforçant notre équipement, plus notre approche changera. On balaiera le menu fretin, qui nous fera gagner des ressources basiques que l’on n’utilise plus vraiment à un niveau avancé. Alors que l’on se lancera dans des affrontements épiques, contre des boss à couper le souffle.

Bitterswitch symphony

On nous demande souvent ce qu’il en est techniquement des éditions Switch. Aucun souci pour y répondre à propos d’Atelier Lulua : The Scion Of Arland, puisqu’il s’agit de notre version. Ce volet bénéficie tout simplement du charme habituel de la série. Et cela, peu importe votre machine. La patte graphique des personnages est juste comme toujours à tomber. Avec de sublimes dessins à retrouver lors des dialogues et autres menus. Tandis que leurs pendants 3D dans le jeu, bénéficient d’une touche cel shading au ton toujours aussi éclatant. Avec cette douceur crayonnée propre à Atelier. Et bien sûr lors des combats, on en prendra plein la vue, par les effets des différentes attaques spéciales.

Magistral dans son système alliant la découverte d’indices, l’exploration et la synthétisation, Atelier Lulua : The Scion Of Arland fait perdurer la qualité de la série, en lui apportant sa propre touche. Et l’on profite toujours d’une écriture soignée pour une large quantité de protagonistes, nous donnant continuellement envie d’en savoir plus.

Inod

Développeur : Gust Studios
Éditeur : Koei Tecmo Europe
Genre : Jeu de rôle
Supports : PlayStation 4, PC
et Nintendo Switch

Voir aussi

Pokémon Épée et Pokémon Bouclier le 15 novembre 2019

Les révélations furent nombreuses lors du Pokémon Direct. Avec de nouveaux éléments de jeu, des …