Breaking News
Accueil / Actualités / Anim’est 2017

Anim’est 2017

Où et comment passer un bon moment en convention !

 

 

 

 

 

 

J’ai eu la chance d’assister à une nouvelle édition d’Anim’est à Nancy, les 18 et 19 novembre.
Je suis très fan de cette convention et depuis plusieurs années, je n’en loupe pas une et résultat, je ne me suis pas ennuyée. C’était purement génial !

 

Que ce soit auprès des membres du staff, des vigiles ou de l’accueil, tout le monde est chaleureux, avec le sourire et la joie. Lorsque nous entrons dans cette immense salle et que nous voyons déjà cette bonne ambiance qui plane, on sait déjà que nous allons passer un bon moment.

Nous sommes rapidement plongés dans cet univers que nous aimons : le Japon. Tout le monde semble déjà se connaître et le contact passe automatiquement. À chaque fois que je vais à cette convention, je me sens entièrement dans mon élément. Sourire aux lèvres et des envies plein l’esprit, je me lance dans l’aventure. Je troque mon quotidien de tous les jours pour un weekend festif.

 

© Tõru.

 

Il y avait plein de Cosplay magnifiques et même époustouflants je dois dire ! Tout le monde a sorti le grand jeu et s’est montré sous ses plus beaux habits.

 

© Tõru.

 

 

Des cosplays qui d’après moi, ont demandé des heures et des heures de préparation. J’en suis la première épatée ! Car certains cosplays avaient tellement de détails que c’en était troublant. Les personnes sous ces costumes taillés sur mesure étaient aussi sympathiques que patients et se sont amusés à poser pour toutes celles et tous ceux qui voulaient une petite photo souvenir !

 

© Tõru.

 

© Tõru.

 

© Tõru.

 

Je suis aussi passée par le Maid café, mais à ma plus grand déception, il était en train de fermer et n’acceptait personne de plus. Ils avaient eu tellement de monde qu’ils étaient en rupture de nourriture ! C’était un endroit que je voulais à tout prix visiter, car je n’en avais jamais vu et lors de mes précédentes conventions à l’Anim’est, je n’avais jamais pris le temps d’y monter. Gentils comme tout, les responsables m’ont tout de même laissée entrer pour que je puisse visiter. p

 

© Tõru.

 

Morte de faim, je me suis rassasiée au coin repas et honnêtement, les prix sont très abordables et ça rajoute un point positif à cette convention. Pour seulement 6 euros, vous pouvez profiter d’un énorme Bento à trois étages comprenant : Légumes, sushis, viandes, pâtes et onigiri. La boisson est à 1 euro et les petites douceurs telles que les Kinder Bueno et les Twix par exemple, sont à 2 euros. De plus, c’était un régal !

Je me suis aussi abandonnée au stand Ciber Game, qui est vraiment très sympas, même si je suis morte après seulement trente secondes de jeu. Ces jeux sont tellement compliqués et c’est tellement rapide que j’étais admirative de ceux qui jouaient depuis plus d’une heure sans même mourir une seule seconde ! Mon samedi s’est terminé dans la joie et surtout dans la fatigue ! J’étais exténuée mais j’avais des souvenirs plein le coeur et l’esprit !

 

© Tõru.

 

Dimanche, dernier jour de convention, il fallait en profiter un max et je voulais à tout prix goûter leurs Onigiri. Je ne suis pas déçue ! Les gens qui encadrent l’espace nourriture sont vraiment très sympathiques et j’ai passé un très bon moment à rire avec eux tous  Ce jour a été le plus flemmard, dans le sens où tout le monde était un peu fatigué, mais l’ambiance restait tout de même très festive.

 

© Tõru.

 

© Tõru.

 

© Tõru.

 

Petit conseil pour tout les fans d’objets, de dessins ou de collection manga en tout genre : j’ai vu des stands de boutiques vraiment magnifiques et remplis de talent ! Pour commencer, j’ai été attirée par le stand du Bazar de Mouli. Une boutique située à Metz en Lorraine et qui propose des cartes postales, des images, des étiquettes, des marques-page et plein d’autres choses sur le thème du manga et surtout fait main ! J’ai été touchée de recevoir un petit cadeau de sa part. Un petit dessin de Midorima, de la série Kuroko No Basket et je peux vous dire que j’ai été émue et que ses oeuvres en valent la peine ! Alors GO chez Mouli !

 

© Tõru.

 

 

Ensuite, j’ai été attirée par le stand de Tom Chanth Art. Un artiste de Nancy très talentueux ,qui dessine principalement des super-héros mais attention, il prend aussi des commissions en tout genre, alors n’hésitez pas à le contacter sur son site ou sur son Facebook officiel !

 

© Tõru.

 

Fan de jeux vidéos ? Je suis tombée sur des artistes plus que talentueux: l’association Kyosa, originaire de Laxou ! C’est complètement hallucinant de voir autant de détails. J’adhère et j’adore !

 

© Tõru.

 

Pour finir, je suis allée à la rencontre d’un Mangaka français, originaire de Montpellier et auteur de la série manga Double Me : Oto-san !

J’ai eu la chance de le voir à l’oeuvre lorsqu’il dessinait pour ses lecteurs et après avoir un peu parlé avec lui, je peux vous dire que c’est un homme qui a la tête sur les épaules et qui pourtant reste très naturel et authentique. Il donnait de bons conseils aux amateurs de dessin et souriait sans cesse à qui voulait une photo. Un artiste très sympathique autant que doué. D’ailleurs, je vous conseille ardemment son oeuvre Double Me en vente un peu partout en France !

 

Résumé :

 

Aiko et sa meilleure amie Eri passent tout leur temps à tchater sur le réseau social Double.Me. Elles parlent de tout mais surtout de Dosan, un beau lycéen dont les deux amies sont amoureuses. Hélas, Eri meurt. Aiko, profondément touchée par la disparition de son amie, voit la nouvelle application de Double.Me s’activer : une I.A imite Eri. Aiko se laisse alors emporter par ses dialogues virtuels, mais jusqu’à quel point … ?

 

© Tõru.

 

Pour conclure cet article

 

 

 

 

Point positifs

 

Les responsables ainsi que le staff sont très accueillants, prêts à informer et à aider en cas de soucis.
 C’est un endroit convivial où même les enfants de 6 à 12 ans s’amusent comme des petits fous avec les plus grands.
 La nourriture est excellente et abordable niveau prix.
 Les animations, les concours et les stands de game sont très amusants et permettent à tout le monde de passer un bon moment ensemble et sans pression.
 Le prix du billet pour une journée est largement abordable pour tout ce qu’Anim’est a à nous proposer pour nous divertir et nous en mettre plein les yeux.

 

Les points négatifs

J’ai noté quelques points négatifs qui m’ont vraiment surprise.

 Je me suis arrêtée à certains stands de figurine et je suis tombée sur des POP de cinq centimètre à 150 euros. Exorbitant ! Par curiosité, et pour être sûr de ne pas m’être trompée, j’ai demandé au gérant du stand qui m’a confirmé que son POP était à 150 euros.

 

 Je me suis attardé sur d’autres figurines ainsi que des peluches au stand voisin et aucun prix n’était en dessous de 60 euros. Je me suis intéressée à un petit porte-clé Yuri On Ice, de quelques centimètres à peine et qui me plaisait énormément. J’ai demandé le prix et on m’a informé que ce petit porte-clé valait plus de 15 euros ! J’ai été sous le choc.  C’était beaucoup trop cher ! Les gens qui viennent avec peu d’argent sur eux ne peuvent pas profiter et acheter un minimum de souvenirs si les prix de certains marchands sont aussi grands qu’un prêt !

 

 La nourriture au service repas est abordable, mais celle de certains marchands ne le sont pas du tout ! Si jamais nous ressentons l’envie de goûter des gâteaux japonais ou même des mochi, il faut se tenir prêt à débourser presque deux fois le prix d’origine. Fort heureusement, les prix de certains marchands présent à la convention sont plus abordables.

Même avec ces quelques points négatifs, Anim’est est tout de même une convention à ne pas louper. Si vous n’y êtes pas encore allé, préparez-vous pour l’année 2018 et sans attendre, car c’est une convention qui mérite son succès. Une grande famille que l’on retrouve chaque année et avec qui on se créer des liens, des souvenirs et bien plus encore …

 

Anim’est… Un grand coup de coeur !

Commentaires

Voir aussi

Démo de PES 2019 disponible

Konami Digital Entertainment B.V. vient de sortir la version démo de PES 2019. De quoi …