Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Yomawari : Midnight Shadows

Yomawari : Midnight Shadows

Tandis que le terme survival horror se retrouve davantage torturé par les expériences tendant plus vers l’action de bourrins, que de survie, sans toucher l’esprit, ni les tripes, quelques expériences malheureusement moins mises en avant par les médias savent titiller cette fibre. Ce fut le cas de la récente franchise Yomawari, revenue des limbes certainement, pour un nouvel épisode nommé Yomawari : Midnight Shadows.

Gimme a child after midnight

On ne le dira jamais assez, mais ne laissez pas trainer vos fils, ni vos filles après minuit si vous ne voulez pas que ces dernières glissent vers les ténèbres. Sans trop en révéler sur le scénario de Yomawari : Midnight Shadows, qui clairement est essentiel & prenant, les sensations horrifiques venant comme il se doit davantage de celui-ci que de la présence des monstres. En l’occurrence ici on nous y montre des Yokai, l’univers prenant place après un feu d’artifices lors des fameuses festivités d’été nippones. Suite à celui-ci, les 2 amies Yui et Hura seront séparées dans la nuit alors qu’elles pensaient pouvoir rentrer tranquillement. Le but étant de les réunir, non sans affronter leurs peurs, la plus terrible étant sûrement de rester éloignées l’une de l’autre.

2Dark

Le premier point important du système de Yomawari : Midnight Shadows, s’avère la possibilité d’incarner à certains moments Hura & à d’autres Yui. Les avancées dans l’aventure s’entremêlant, ce choix influe directement sur notre manière de jouer, ainsi que sur la profondeur de l’expérience, puisque l’on n’est pas classiquement une personne en recherchant une autre. On se glisse de cette façon sous la peau de chacune, en se prenant pour elle, tout en vibrant 2 fois plus par rapport au manque de son amie, étant donné le procédé.

Dans les faits, les 2 jeunes filles ne deviennent pas tout à coup des guerrières de dingue, tombant sur des flingues, fusils & autres lance-roquettes qu’elles savent utiliser comme par miracle & porter en nombre. La peur est donc également infligée par l’absence de ce type de ressources. Nos BFF auront alors pour aider à se déplacer, dénicher des objets & se défendre une lampe-torche, indispensable de par l’ambiance sombre. Mais ce serait bien trop simple si l’on pouvait constamment repérer les lieux & adversaires avec. Certains de ces derniers pétant littéralement les plombs si vous usez de lumière, du coup vous préfèrerez vous planquer dans l’ombre. Sauf que l’ombre ici ne fait vraiment pas semblant. On n’y voit quasiment plus rien & surtout pas les malandrins. Une astuce très intéressante permettant de deviner leur présence par de la fumée répondant aux battements de votre coeur. Le stress s’alliant au repérage de l’une de vos hantises, la crainte n’en sera qu’accentuée, puisqu’il faudra parfois oser bouger, cependant le moindre contact sera fatal.

Effectivement pas de santé à outrance, ni de résistance surhumaine. Au contraire on passera souvent à la casserole, pour reprendre de plus belle, sans non plus s’avérer abusé sur la reprise d’une partie, contrairement à ce qui se fait ces derniers temps. L’endurance s’avèrera également précieuse, surtout qu’en présence des esprits elle s’amenuisera encore plus rapidement.

Vivre dans ta lumière

L’atmosphère de Yomawari : Midnight Shadows s’avère aussi primordiale tant d’un point de vue ludique comme on a pu le constater, que dans la crainte dans laquelle elle nous projette via un parcours plus angoissant que jamais. Sombre au possible & décors peu reluisants, on ne sait jamais où l’on met les pieds. De quoi trancher avec la direction artistique mignonne de nos personnages. Proposer une telle opposition permettant d’insister sur la fragilité de celles-ci, comparée à la torpeur du monde dans lequel elles sont tombées.

Oppressant par son thème & son ambiance, Yomawari : Midnight Shadows sait puiser dans une survie & une horreur touchantes, voire réalistes, le tout teinté de folklore japonais.

Inod

Développeur : Nippon Ichi Software
Éditeur : NIS America
Genre : Aventure
Supports : PS4, PC et PlayStation Vita
Date de sortie : 24/10/17

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

Sonic Forces

Les sorties de jeux du hérisson de SEGA vont désormais aussi vite que le héros …