Breaking News
Accueil / Mangas / Critiques / The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition

The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition

Perdurant dans sa volonté de délivrer des versions de haute volée pour sa série, Soleil Mang a propose deux nouveaux épisodes en un seul livre via The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition. Un combo d’histoires, venant avec son lot d’atouts en dehors des récits.

The Legend of Zelda - Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition

Dans l’éventualité où vous n’auriez pas connu Majora’s Mask, pour cause de fin de la N64 tout ça, tout ça comme disent les gens, ni même par la suite, voici le bon moyen pour vous plonger dans l’une des histoires les plus originales de Zelda. D’ailleurs celle-ci fut loin de n’apporter de la fraîcheur que d’un point de vue scénaristique, puisqu’elle influait directement sur le système de jeu & la narration ludique.

Le royaume d’Hyrule sera traversé & Ganondorf bien loin, alors que Link part à la recherche de la fée Navy, les deux ayant été séparés suite à l’ultime bataille contre l’ennemi susnommé. Suite à quoi notre ami toujours vêtu de vert croisera Skull Kid, risquant juste de détruire le monde à cause du masque de Majora qu’il a dérobé, ce dernier renfermant de terribles pouvoirs. Là où l’intrigue & ses clés deviennent intéressantes, c’est que Link lui-même devra se croire au bal masqué, ohé ohé, afin d’être muni de pouvoirs lui octroyant la possibilité de vaincre les adversaires rencontrés. Ceci avec un soupçon de sauts dans le temps. Très innovant récit dans le monde de Zelda.

Zelda justement, la princesse pas la licence, a besoin dans A link to the past de Link pour la sauver … Comme par hasard… Si le jeu vidéo proposait un scénario & un déroulement plus classique, même si mythique, le manga s’octroie certaines libertés afin de lui insuffler une certaine fraîcheur, ce qui n’est pas un mal, un bouquin n’étant pas un JV. On découvre ainsi principalement une nouvelle amie pour notre vedette habituelle. Ganty, c’est son prénom, étant une sorte de Robin des Bois d’Hyrule, avec un caractère bien trempé, de quoi faire souffler le chaud & le froid via ce duo.

On apprécie énormément le fait de ne pas se retrouver dans des mangas privilégiant l’action & juste des cris de la part de Link. Les 2 histoires apportent grandement à l’univers, en arrangeant des détails afin de les rendre plus intéressantes ou plus dynamiques selon les cas. Il ne fallait pas hésiter, peu importe ce qu’en diront les personnes criant à la trahison, étant donné qu’il n’est pas précisé qu’il s’agit d’une fidèle adaptation des versions vidéoludiques.

The Legend of Zelda - Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition

Visuellement, l’ensemble est d’excellente facture, & l’on relève même quelques détails importants, comme le dynamisme du trait dans les scènes amenant l’action. Un aspect pas si simple à réaliser à partir du moment où l’on a, du moins pour la plupart des lecteurs le jeu vidéo en tête, ce qui peut aisément faire songer que ces passages & ceux carrément action ne fonctionnent pas. Pourtant, ils le font avec brio & l’on a plaisir à retrouver ces moments, particulièrement lorsque l’on décrypte la conviction dans le regard de Link. On adore ces plans en eux-mêmes, mais plus encore de par le fait que l’on retrouve des points diamétralement opposées du caractère de notre héros. On peut ainsi transiter du rigolard Link, à celui héroïque prêt à tout pour sauver le monde. L’addition de ces deux traits de personnalité démontrant bien son altruisme tout au long de ce The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition.

On apprécie également grandement les masques & ceci dès la jaquette, où l’on se retrouve envoûté par les yeux de celui sachant prendre le devant de la scène au blondinet.

The Legend of Zelda - Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition

Peu importe la version d’un livre, il est toujours intéressant de savoir de quoi il en retourne physiquement, mais parfois on s’en contrebalance tant que l’histoire convient. Cependant, quand on se laisse guider vers une perfect edition, c’est pour en avoir davantage. Souvent avec le besoin de posséder un joli objet & c’est le cas, avec un format roman, venant avec une couverture solide idéale pour le placer en bibliothèque avec sa tranche classe, violette & dorée, où l’on retrouve titre & logos. D’ailleurs celui de Soleil Manga se marie bien avec la Triforce, plus encore par ce doré hyper classe, n’en faisant pas trop.

Fourni en nombre de pages, on a évidemment droit à principalement du noir & blanc, il n’empêche que 16 avec davantage de couleurs (le noir est une couleur, le blanc est une couleur, donc tout le reste qui n’est qu’en N & B c’est en couleur… ) cela s’avère loin d’être anodin. Surtout qu’elles sont tout bonnement sublimes &, comme à l’accoutumée quand il y a suffisamment d’indications du genre, elles permettent de s’impliquer davantage dans le reste du récit grâce à tous les codes couleurs donnés.

Pour confirmer ou infirmer si l’achat vaut le coût & le coup, reste à savoir le rapport qualité prix. Pour moins de 20€, 402 pages dont celles colorées, une couverture solide de grande qualité, des pages de haut niveau, ainsi qu’une carte & d’autres bonus que l’on vous laisse découvrir, on en a donc pour son argent dans le contenu physique, sans même revenir sur les histoires, qui heureusement font toutefois plus que leur boulot.

The Legend of Zelda - Majora's Mask / A link to the past - Perfect edition

Aucun doute sur le fait que The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition est un livre convaincant sur les 2 plans, à savoir la qualité des récits/des dessins, avec en plus des surprises, ainsi que celle de l’objet en lui-même, où rien n’a été laissé au hasard.

Inod

Titre : The Legend of Zelda – Majora’s Mask / A link to the past – Perfect edition
Auteur : Akira Himekawa
Éditeur : Soleil Manga
Série : Zelda

Genre : Aventure
Collection : Jeux vidéo

Prix : 19.99€
Sortie : 24/5/17

 

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

Conga Master

Parti d’un prototype développé pour la Ludum Dare, puis sorti par Undercovers (à qui l’on doit …