Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Tales of Berseria

Tales of Berseria

Les féru(e)s de Tales of Zestiria seront ravi(e)s de découvrir que ce nouvel épisode n’est pas sans lien avec son prédécesseur. Ceci à commencer par son univers, même si Tales of Berseria se déroule amplement avant historiquement parlant & nous contant un scénario semblant très différent de tout ce que l’on a connu chez la saga jusqu’à présent.image

Velvet underground

Sans trop en révéler à propos de son histoire qui est un point fort de l’aventure, sachez que l’on incarnera la jeune Velvet Crowe (& l’escouade l’accompagnant), qui arrivera aux côtés de son petit frère Laphicet à survivre au terrible chaos mené par les démons, ceci non sans grâce à leur beau-frère Artorius. Un évènement dramatique mettant en exergue ce reste de famille & ayant un gigantesque impact sur la situation du monde. Celui-ci rendant notre héroïne assoiffée de vengeance & prête à tout pour l’apaiser. Sa faim n’est pas en reste, puisque via des pouvoirs démoniaques qu’elle possède, elle peut se nourrir de ces créatures hostiles.

Tales of Berseria possède une narration particulièrement intéressante, notamment de par le flashback que l’on aura l’occasion de jouer. Le tout dans une atmosphère encore plus pesante & sombre que les autres volets de la série. Assez tôt vous prendrez connaissance de certains éléments & la dureté de ceux-ci fait que l’on ne doit véritablement pas en dévoiler davantage, car l’on se retrouvera accroché du début à la fin, ce qui n’est pas si courant dans les RPG, où l’on zappe tout de même souvent les dialogues. Toutefois l’humour n’a pas disparu & l’on oscillera souvent entre des moments dramatiques & d’autres drôles, voire même un mélange des deux assez détonnant.

3

Tales of Berserk

Actuellement le médium vidéo-ludique connait une drôle de mode, à savoir les jeux d’action pure & dure annoncés comme RPG. Les jeux de rôle sont certes riches dans les manières de combattre & les action RPG existent, mais ne proposent pas que de la castagne, qui plus est cette dernière s’y avère toujours réfléchie, avec de nombreuses possibilités nous faisant souvent alterner les spécialités & transiter par les menus afin d’affiner ses performances. La franchise concernée ici est clairement l’une des plus à même de démontrer ce qu’est un JDR action, tant par la profondeur de son système de combat, que par l’évolution des protagonistes.

Tales of Berseria n’est pas en reste & délivre une richesse assez impressionnante au niveau de la fameuse bagarre, qui d’ailleurs prendra place au sein d’arènes, un détail qui n’en est pas un si vous êtes un(e) habitué(e) & notamment si vous avez connu Zestiria. Les moins porté(e)s sur la dimension rôliste pourront tout de même d’une certaine façon taper frénétiquement sur les touches afin de venir à bout des ennemis en temps réel & avec des déplacements libres.

Toutefois celait s’avèrerait dommage, tant on peut personnaliser ses approches assignées via les quatre boutons représentant le quatuor d’arbres d’Artes (les compétences), avec la possibilité de changer à sa guise & en conséquence ses attaques en passant par le menu dès qu’on le désire. Un besoin primordial, puisque vos opposants posséderont des points faibles & forts différents, demandant ainsi de s’adapter à toutes les situations. User de ses artes ne sera pas gratuit, puisqu’il faudra consommer des âmes afin de les sortir. La jauge remontant notamment en annihilant vos adversaires ou en subtilisant des âmes aux démons.

Chaque membre du sextet pourra être contrôlé, de quoi rafraîchir l’expérience grâce à des spécificités propres, qui pourront également devenir plus utiles selon la situation. On aura aussi l’occasion de réaliser des combos à plusieurs, l’une des features les plus attractives que l’on puisse retrouver ici. La sensation de puissance s’en dégageant, plus l’innovation que cela donne à un affrontement, offrant un coup de fouet dès qu’on l’utilise.

On notera par ailleurs un tas d’autres choses à faire en dehors de la partie principale, mais vous soutenant dans l’aventure. Ceci notamment via la cuisine, permettant de confectionner des recettes & de les ingurgiter dans le but de bénéficier de bonus spécifiques à la suite des bastons. Ou encore les expéditions maritimes apportant elles aussi leur lot de récompenses.

6

Tout pour la musique

Rien ne change sur un point dans le monde de ce qui est communément appelé le J-RPG : les décors ! Comme chez à peu près tous, Tales of Berseria a tendance à proposer d’incarner, rencontrer & combattre des personnages fort bien modélisés & détaillés, leur offrant ainsi un important charisme dès le premier regard, sans même avoir besoin d’en apprendre davantage sur eux.

En revanche il n’en est pas de même à propos des environnements au sein desquels ils évoluent, ceux-ci s’avérant généralement vides & bénéficiant d’une technique peu poussée, contrairement aux protagonistes comme l’on a pu le constater. De quelques lieux arrive à se dégager un certain charme, mais sans plus. On notera néanmoins des éclairages réussis, la particularité permettant justement de faire un peu ressortir ces décors par rapport à la majorité de ses concurrents. Les effets visuels sont également bien sentis lors des diverses attaques, intensifiant l’identité animation nippone du logiciel. Cela est évidemment accentué lors des scènes animées entrecoupant les phases d’action & d’exploration.

On ne change pas non plus les bonnes choses, puisque les musiques de Sakuraba Motoi font perdurer l’immense niveau des Tales Of sur ce point, cette nouvelle bande-son s’avérant elle aussi magistrale. Ce à quoi il faut inclure la qualité des doublages, en japonais ou en anglais selon son goût, renforçant  la plongée vers cet univers. Cela allant de paire avec la localisation des textes & donc notamment des sous-titres en français, essentiels puisque l’on a droit à un solide scénario.

10

Les volets s’enchainent & pourtant la qualité ne faiblit pas. Tales of Berseria marquera même profondément la franchise, avec un système de jeu profond, ainsi qu’un scénario des plus marquants portant littéralement l’expérience de bout en bout.

Inod

Développeur : Bandai Namco Studio inc.
Éditeur : Bandai Namco Entertainment Europe
Genre : RPG
Supports : PS4 & PC
Date de sortie : En France, 27/1/17

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

akagamiàlaune

Akagami no Shirayukihime 2nd season

AKAGAMI NO SHIRAYUKI-HIME 2ND SEASON Akagami no Shirayukihime, ou Shirayuki aux cheveux rouges dans nos …