Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Surf World Series

Surf World Series

Les jeux de sports dits extrêmes ont toujours été un peu là, mais ont surtout connu leur heure de gloire de l’ère 32 bit, jusqu’à la 128. Depuis plus grand-chose & quand une licence tente de revenir sur le devant de la scène, on a droit à du moyen, voire à du carrément catastrophique tant dans les logiciels en eux-mêmes, que dans leur succès. Cependant on note des tentatives dernièrement, notamment par des studios sans grand barnum, de quoi voire les choses sous un angle différent comme pour de nombreux autres genres ? C’est que l’on espère en naviguant vers Surf World Series de Climax Studios, dont on se souvient de pas mal de jeux notamment de course, la boite sait donc y faire quand il s’agit de bouger avec un véhicule ou autre.

WorldWideSurf

Démarrage classique pour une simulation sportive, puisque l’on aura l’occasion de sélectionner son personnage, même si évidemment on pourra en changer au gré de nos envies. C’est là que tombe la première bonne nouvelle, car si comme tous les sports le surf est pratiqué aussi bien des filles/femmes, que des garçons/hommes, on a malheureusement de quoi craindre qu’une adaptation vidéo-ludique se concentre sur des avatars masculins, à l’instar de quasiment tous les JV axés sur des sports. On est justement on ne peut plus ravi en voyant que Surf World Series offre les 2 parmi ses six protagonistes.

Si vous trouvez ce chiffre peu élevé, sachez que dans les faits cela s’avère amplement suffisant, car au fil de nos réussites, nous gagnerons de quoi personnaliser notre athlète selon nos goûts. Mais pas seulement, étant donné qu’il en sera de même pour celle qui nous mènera vers le firmament & avec laquelle on passera de forts moments : notre planche ! On la customisera, la choiera, afin qu’elle soit la plus belle pour aller voguer, voire la plus ridicule, en somme celle qui se fera davantage remarquer.

Point break

Pas besoin d’un apprentissage à la dure avec une copine de Willy, Surf World Series délivrant une prise en mains arcade, permettant à quiconque d’y prendre instantanément du plaisir. Même si bien sûr une marge de progression existe & que l’on ne domptera de toute façon pas la mer, car c’est elle qui prend l’homme. Il s’agira donc d’apprendre à effectuer les figures via les touches du carré d’actions, tout en y associant la prise de tubes et le grind avec la gâchette gauche basse, ainsi que les tranches L1 & R1 pour tourner vers la gauche & la droite.

Le but dans la partie évènements (sorte de carrière) étant de réaliser le meilleur score, en effectuant les best tricks comme on dit dans le jargon du grand blond, ceci tout autour du monde. SWS délivrant 5 places fortes, qui comme dans les vraies compétitions possèdent des caractéristiques propres. Hawaï n’ayant bien entendu rien à voir avec l’Afrique du Sud, idem pour le Portugal, l’Australie ou encore le Brésil. Et qui dit approches variées, dit changements climatiques. Car comme toute discipline d’extérieur, le surf est pratiqué de façons diamétralement opposées selon le climat. Les conditions météorologiques pouvant aller d’un soleil bien sympathique, à une déferlante vous emportant, on appréhendera la quarantaine de défis différemment. De même concernant le mode infini évidemment. Toutefois le temps qui court n’en revient pas qu’à celui climatique, mais également à celui traitant de l’horaire & là-dessus aussi on est servi. On pourra ainsi surfer en plein jour, tout comme à la tombée de la nuit ou en nocturne par exemple & l’on prendra ici encore les choses de façons distinctes selon le moment, comme si l’on était sur place & que la visibilité changeait. Ce qui sera le cas bien sûr, car l’après-midi en plein cagnard, n’a rien à voir avec le coucher du soleil au niveau de ce que l’on peut distinguer.

Je surferai tout dans ce monde

L’un des grands avantages de Surf World Series & d’ailleurs son nom l’indique, c’est ce périple autour du monde, que l’on connait d’ailleurs bien si l’on suit les compétitions dans la vie réelle & l’on a la chance d’y avoir accès assez facilement en France. Grâce à cela, on découvre des paysages magnifiques & rarement montrés ailleurs, alors forcément on en voulait de même avec sa facette vidéo-ludique. C’est heureusement bel & bien ce à quoi nous avons droit. Tout d’abord évidemment par l’eau, on adore déjà la regarder IRL tant il s’agit d’un fabuleux spectacle & c’est également le cas ici, même si l’on préfèrera toujours la vraie, peu importe le jeu. Toutefois son rendu est très réussi & si l’on est du genre à s’imprégner des jeux, on la ressent presque. Les vagues, chaque mouvement, les tubes… on adore tout visionner, tout comme l’on apprécie énormément tenter de regarder les étendues à perte de vue, avant de faire plouf comme du coup l’on n’était plus concentré. On prendra tout autant plaisir à jeter notre regard vers le ciel bleu & ensoleillé, un temps plus gris ou encore sur le soleil semblant couler à l’horizon, mais il ne faudra pas oublier l’action.

Nos planches & notre protagoniste étant aussi de très bonne facture, même si bien sûr cela reste incomparable à l’environnement. Ce serait comme trouver une femme ou un homme plus belle ou plus beau que la mer. Impossible !

L’ambiance n’est pas que visuelle, elle est également sonore. Cela s’avère loin d’être toujours le cas chez les jeux concernant du sport, mais ici on s’éclate tout simplement, avec une bande-son riche dans le nombre & dans sa variété. Surtout si vous êtes branché(e)s musiques énergiques, entre punk californien, ska, rock…

Enfin un sport de glisse qui sort du lot ou de l’eau, cela faisait longtemps & l’on prend donc un immense plaisir à passer de vague en vague en compétitions ou juste de manière libre, car le surfeur est libre & ça Surf World Series l’a compris. Précisons que pour se jeter à l’eau cela ne coûtera que 14.99€, soit un rapport qualité/prix défiant toute concurrence venue des agences de voyages. Souhaitons désormais qu’une communauté se crée, afin que l’on puisse évoluer en ligne à une bonne quinzaine comme cela est possible.

Inod

Développeur : Climax Studios
Éditeur :Vision Games Publishing
Genre : Surf
Supports & dates de sortie : 29/8/17 sur PlayStation 4, 30/8/17 sur Xbox One et PC

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

Sonic Forces

Les sorties de jeux du hérisson de SEGA vont désormais aussi vite que le héros …