Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Moero Chronicle

Moero Chronicle

Débarqué au Japon sur PS Vita, le monstrueusement mignon Moero Chronicle arrive désormais sur PC via Steam & en profite pour atteindre d’autres contrées, nous permettant d’en profiter pour vous en parler.

Pour les pères verts ?

Nous sommes un jeune homme, Io, qui n’a rien de particulier, hormis le fait qu’il soit dans l’incapacité de discuter « normalement » avec des femmes, à cause de son esprit pervers se réveillant dès qu’il en approche une. Oui, en somme c’est un lecteur assidu du Yatta Fanzine comme vous l’aurez deviné. Vous vous incarnerez donc vous-même, voire l’un de vos proche si vous n’êtes pas honnête, y compris si vous êtes une femme.

Cependant notre héros malgré lui arrive à échanger avec une demoiselle, Lilia, sa meilleure amie qui n’est autre qu’une Monster Girl, une fille monstre. Certes toutes les filles sont des monstres d’une certaine manière, mais le sont-elles de la même façon au sein de Moero Chronicle ? Et bien celles-ci qui jusqu’ici portaient ce titre, tout en étant ni plus ni moins vilaines que le reste de la population, deviennent, sans que l’on sache pourquoi, au moins aussi destructrices que les damoiselles de notre monde. En bon pédojyq que vous êtes, c’est vous qui vous retrouvez envoyé dans la région de Monstopia & ce sera à vous de régler ce souci.

Monster aïe

Enfin à vous … En tant que gérant, puisque vous devrez manager des monster girls dans les batailles à venir, mais cela s’avérera loin d’être votre seule occupation. Ceci car avant d’en arriver là, il s’agira de recruter ces donzelles en les affrontant tout d’abord, puis en leur donnant du plaisir, où vos jeux seront les nôtres si tel est ton désir. Il suffira pour cela de les toucher aux parties où elles sont sensibles. Un concept que l’on utilisera à nouveau quand on les connaîtra mieux. Une fois fois cette première partie effectuée, encore faudra-t-il s’occuper de votre harem (une cinquantaine de filles) d’une autre manière, plus sociable en l’occurrence.

Vous devrez en ce sens copiner avec elles à l’auberge, & si à la Saint-Valentin elle te tient la main, vivement un séjour à l’auberge … On aura ainsi l’occasion de passer du bon temps avec, mais comme ce sont des femmes évidemment rien ne sera gratuit pour qu’elles vous laissent les approcher. Vous serez donc bien volontiers convié à leur offrir régulièrement des cadeaux, à vous de vous la jouer Richard Gere … Nos pretty women ou pretty womoe adorant qu’on les habille de la tête aux pieds, même si au final elles veulent vite se retrouver sans tous ces vêtements qui vous auront coûté beaucoup … Aaaah l’esprit contradictoire des dames … Si l’on pourra choisir les sapes dans un but visuel car jolis ou car plus courts… euh mettant mieux en valeur ces gens de toute beauté, elles s’avèreront surtout bienfaisantes en vue des combats, car elles octroient des bonus.

La bagarre justement se passera comme chez un bon vieux dungeon crawling, en avançant case par case en vue à la première personne. Notre club des 5, pas plus pour ces séquences, aura alors l’occasion de défendre, d’attaquer classiquement ou avec des techniques spéciales, tandis que Io s’occupera des parties annexes habituelles des RPG : fuir & employer des objets. Mais l’on trouvera une spécificité à Moero Chronicle loin d’être courante, à savoir le plaisir que notre équipe fémino-monstreuse pourra donner au garçon. En continuant à le faire monter, on pourra jouir d’une attaque surpuissante pour l’une des membres.

T’es si mignon mignon mignon mais monstre monstre monstre

On en a l’habitude avec Compile Heart & Idea Factory International, mais ce n’est pas pour autant que l’on s’en lassera de sitôt, l’aventure propose d’évoluer avec des doublages japonais. On est toujours ravi qu’il en soit ainsi sur les productions nippones, même si chez les éditeurs dits grand public on a encore tendance à nous les supprimer. Surtout que l’ambiance du logiciel, reflétant typiquement des références japonaises, qu’elles soient tirées des codes des animes, des mangas & même tout bonnement des jeux vidéo, avec un style bien à l’ancienne, du JDR en donjon, mais des personnages totalement ancrés dans une mode bien actuelle, de quoi en sortir un cocktail explosif.

Ces protagonistes justement arborant une identité MOE de qualité & pas la tendancieuse dont on est clairement moins adepte. Ceci sans pour autant ne pas s’avérer sexy, mais le tout sans se retrouver mal à l’aise, à partir du moment où vous ne venez pas là alors que vous cherchiez autre chose. D’ailleurs en parlant de qualité, les artworks sont juste superbes & l’on prendra plaisir à les découvrir durant les dialogues ou encore les phases où l’on devra titiller la gent féminine.

 

Entre le besoin de créer de vrais liens avec les monster girls & les batailles baignant dans le jeu de rôle à la sauce dungeon crawling, Moero Chronicle délivre une expérience mille-feuilles où l’on effeuille des créatures magnifiées par la qualité visuelle. Notons qu’il sort avec une réduction de 30%, en sus d’un pack deluxe à bas coût, de quoi ne pas attendre que le prix baisse, étant donné qu’il arrive d’emblée moins cher par rapport à ce qu’il sera dans peu de temps.

Inod

Développeurs : Compile Heart/Idea Factory International
Éditeur : Idea Factory International
Genres : Dungeon-crawling RPG
Support : PC
Date de sortie : 16/8/17

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

Frisky Business

Sorti plus tôt sur PC, il n’aura fallu que quelques mois à Frisky Business pour …