Breaking News
Accueil / Culture japonaise / Actualité / Kyoto’s Edo style Starbucks – Le Starbucks qui fait voyager dans le temps !

Kyoto’s Edo style Starbucks – Le Starbucks qui fait voyager dans le temps !

Rien que le nom déjà, ça hype sévère, hein ? En tout cas, pour Strike et moi, ce fut le cas ! A la base, je suis une grande amatrice de Starbucks alors quand j’ai appris l’existence de celui-ci, il était devenu indispensable pour moi d’y passer !

Le Kyoto’s Edo style Starbucks (que je vais tout de suite renommer Edo Starbucks parce que c’est beaucoup trop long !), c’est un Starbucks tout ce qu’il y a de plus normal à la différence que ce dernier est thématisé façon Edo.

Mais l’ère Edo, c’est quoi me direz-vous ? C’est une période de l’Histoire nippone qui débute autour de 1600 et qui se termine en 1868 lors de la restauration de l’ère Meiji (à savoir que l’ère actuelle est l’ère Heisei. Je vous invite à vous documenter sur les différentes périodes japonaises, c’est très enrichissant).

Si vous souhaitez vous y rendre, sachez qu’il se situe dans la shopping street Ninen-zaka. Rassurez-vous, c’est l’une des rues les plus fréquentées de Kyoto, vous n’aurez aucun mal à la trouver. Petite note : Il s’agit aussi d’une des rues du vieux Kyoto les plus préservées !

Le but de l’Edo Starbuck est clairement de nous faire voyager et franchement, en tant que touriste, je peux vous dire que le pari est complètement gagné.

Lorsque nous arrivons dans ladite rue, nous finissons par apercevoir l’enseigne du café malgré sa discrétion, étant fabriquée en bois. Ce qui frappe le plus quand nous arrivons enfin devant la façade de l’Edo Starbucks, c’est la façon dont il se fond à la perfection dans le décor. En effet, ce dernier a été développé au sein même d’une bâtisse datant de mi-1700. C’est au-delà de la période Edo, mais tout de même, ça reste tout à fait authentique !

Tout est fait de bois, les fenêtres rappellent parfaitement les fenêtres d’époque en papier de riz. Les poutres apparentes, le sol en bois, les tatamis, tout y est.

 

Une fois entrées à l’intérieur, nous sommes happées par une atmosphère tout à fait singulière. La lumière est tamisée, le bruit ambiant de la clientèle et du personnel est comme qui dirait étouffé par tout ce bois. C’est très « zen » finalement. Le rez-de chaussée ne sert qu’à faire la file d’attente pour les commandes et récupérer cette dernière, au bout d’un couloir où se situe la cuisine.

 

 

Lorsqu’on arrive dans cette pièce, nous remarquons une énorme baie vitrée dans le fond. Elle offrait une vue superbe sur un jardin japonais de toute beauté. Il est impossible d’y pénétrer, et de toute façon il est bien trop petit pour accueillir les clients. On apprécie tout de même cet imposant élément de décoration qui ajoute un petit plus dans l’immersion temporelle. Un bon point pour le sens du détail !

 

 

Après avoir récupéré notre commande et admiré ce très joli jardin, nous montons à l’étage.

 

 

Ici, pas de grandes tables, pas de canapés. Seulement des coussins, quelques chaises, des tatamis, des plateaux en bois et des mini-tables. Nous étions vraiment ravies de voir que l’immersion était poussée vraiment au bout. Mais cet enchantement s’est rapidement estompé quand nous nous sommes aperçues du nombre affolant de clients et le peu de place qui restaient, en dehors des assises prévues à cet effet.

 

La dame toute seule qui prend deux places, on en parle? ahah

 

L’Edo Starbucks est, sans réelle surprise, victime de son succès. Qu’à cela ne tienne, nous n’avons pas payé pour rien, nous attendrons. Nous nous sommes alors assises sur le bord des tatamis situés sur des plateformes, si je peux dire. Après une dizaine de minutes, des places se sont enfin libérées ! Nous avions donc pris place sur des coussins reposant sur des tatamis et nous avions bien évidemment pris soin de retirer nos chaussures !

 

 

Nous nous sommes donné le temps de bien observer la structure tout en dégustant nos boissons. Pas un signe de modernité, en dehors des petits stands de personnalisation des boissons qu’il y a toujours dans les Starbucks évidemment. Du bois partout, les murs, les poutres, les fenêtres, les escaliers, le sol, tout. Nous avons pu ressentir à quel point l’enseigne a voulu respecter l’ère Edo. Peut-être est-ce exagéré, mais c’est comme ça que je l’ai ressenti, on sent vraiment l’amour de la tradition. Le Japon est un pays fier de son histoire, et je pense que ce type de concept, de structure, existe pour le démontrer. En tout cas, c’est un ravissement pour les touristes, c’est un excellent moyen d’être encore plus dépaysé finalement !

 

 

La seule chose que je regrette peut-être, c’est que je pense qu’il aurait été encore plus immersif si les employés avaient un uniforme dans le thème, eux aussi.

Autre détail important, les prix ne sont pas gonflés sur la simple excuse du Starbucks à thème. leurs tarifs s’alignent avec tous les autres Starbucks du Japon, ce qui est très appréciable !

 

 

Cet article prend fin, j’espère que vous l’aurez aimé et qu’il vous aura donné envie d’aller y faire un tour ! J’ai peut-être survendu le Kyoto’s Edo Style Starbucks mais c’est parce que je suis une véritable amoureuse des époques passées du Japon (et de Starbucks !). Voir une enseigne aussi moderne tournée façon Japon traditionnel, je trouve ça vraiment génial, et ça sort vraiment du cadre habituel des Starbucks Coffee.

Cocow.

 

ps: Toutes les photos ont été prises par mon humble personne! Ce ne sont pas des photos choppées au pif sur internet 😉

Commentaires

Au sujet de Cocow

Voir aussi

Une taxe pour quitter le territoire japonais

La taxe Sayonara pourrait entrer en vigueur dès le mois d’avril prochain. D’après le quotidien « Asahi » …