Breaking News
Accueil / Actualités / Interview Photographe : Warren Paquet Photographie

Interview Photographe : Warren Paquet Photographie

A la rencontre de Warren Paquet, photographe cosplay, mais pas que …

Warren Paquet Photographie

Bonjour Warren, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, j’ai 29 ans, je vis en région parisienne et je suis passionné de photo depuis quelques années maintenant et m’y suis réellement mis depuis environ 2014.

Sudio, nature, urbex, tu touches à la photo sous plusieurs angles, mais qu’est-ce qui t’a fait commencer la photo, et plus particulièrement la photo cosplay ?

Effectivement je me suis essayé à un peu de tout, dans mes débuts en particulier. La photo m’est venue par mon père qui, étant plus jeune, avait travaillé dans le développement argentique en laboratoire. Il n’a jamais percé dans ce domaine, mais en a gardé une passion certaine qu’il m’a probablement transmis avec le temps. En ce qui concerne la photo de cosplay, c’est mon petit frère qui m’a fait découvrir ce monde en 2014, avec qui j’avais participé à ma première convention en tant que cosplayer. Par la suite j’ai commencé à me prendre de passion de photographier les cosplayers car je me trouvais meilleur derrière l’objectif que devant. Aujourd’hui, et à l’aide de ce milieu et des gens qui l’animent, je pratique la photo sous un autre angle, la mise en scène cinématographique.

Waren Paquet
Lilin Dîn ~ Cosplay

Quand on parcourt ta galerie, on se rend vite compte que tu aimes prendre le temps de traiter tes photos et surtout de faire des photomontages. Peux-tu nous expliquer un peu ton cheminement artistique, de la prise de vue à la retouche ?

Beaucoup de gens ont supposé que je pensais longuement mes photos dès la prise de vue, que j’avais une image toute faite avant même d’avoir commencé. Ce n’est pas le cas, ou pas toujours. Premièrement, la quasi-totalité des photomontages que je produis sont issus de photos prises pendant un salon (les décors étant rarement propices aux personnages photographiés). Deuxièmement, lorsque je suis en convention, je suis quelqu’un d’assez discret, qui cherche le cosplay coup de coeur, celui qui me donnera le déclic; l’inspiration fait le reste. En tant que photomonteur, la prise de vue n’est pas forcément l’élément le plus important (le cadrage n’est pas une donnée indispensable par exemple), mais une prise bien nette et un bon angle (plongée ou contre-plongée, face visible ou pas du personnage) ainsi que le choix de la source lumineuse sont les 3 paramètres indispensables à mes yeux pour bien démarrer. Viennent ensuite le tri, le développement et le montage (processus qui peut prendre de 8h à 20h en fonction de la complexité).

Julie Peugeot Cosplaylaracroft & Johnnypen Cosplay

Tu as justement une chaîne Youtube, sur laquelle nous pouvons retrouver plusieurs speed editing, penses-tu un jour réaliser des tutoriels ou peut-être faire des retouches en live ?

J’avais déjà parlé une fois ou deux de faire des live et éventuellement des tutoriels, l’idée est restée mais il est assez compliqué pour moi de prévoir ces choses-là pour deux raisons ; je pense que Youtube regorge de tutoriels tous aussi bien faits les uns que les autres et je me vois mal refaire un travail déjà fait, même si j’imagine que les gens qui me suivent pourraient être plus intéressés si l’explication vient de moi (?), la deuxième raison vient du fait que prévoir une retouche complète (un montage entier) inclus le fait d’avoir déjà réalisé le montage une première fois. Cependant, à l’avenir je pense tout de même essayer un live pour une retouche spécifique, une phase pendant un montage. Ce sera plus simple à prévoir et il est possible que ça puisse intéresser certains même si ce n’est pas le montage entier.

Tu as participé à des ateliers/workshop lors de Japan Expo. Comment as-tu vécu cette expérience ? Et comment ont été perçues vos interventions par les spectateurs ?

Oui, j’ai participé à un workshop animé par Valentin Offner de Kosupics lors de Japan Expo en tant qu’assistant, un workshop qui portait sur comment faire son propre studio photo et les chose à savoir pour bien commencer. C’était une première pour moi, et l’expérience a été très enrichissante car Valentin attendait de moi que j’apporte une vision différente à ses réponses au vu de mon univers et de mes façon de travailler radicalement différentes des siennes. Le workshop s’est très bien passé, il y a eu des questions qui en ont apporté d’autres et les gens étaient plutôt satisfaits de par les retours que j’en ai eu. C’est assurément quelque chose que je referai avec plaisir !

Précédemment, tu as indiqué être timide, mais si on veut te rencontrer en convention ou te demander une séance photo en dehors, comment cela se passe ? Et surtout es-tu ouvert aux collaborations ? Si oui, comment s’organise et se déroule un shooting avec toi (lieu, démarche, retouche, preview…) ?

Je suis timide, plus exactement j’étais timide. Avec le temps et à force de pratiquer, c’est un sentiment qui s’estompe vite. J’ai une philosophie assez particulière quand je vais en convention, je l’ai dit tout à l’heure, je fonctionne au coup de coeur. Je ne suis pas pro mais je travaille beaucoup mes photos et je mets du temps à le faire, beaucoup de temps. Ce qui veut dire que je ne peux pas me permettre de dire oui à tous ceux qui me demandent une séance ou qui, en plein salon, viennent spontanément me demander un montage (c’est déjà arrivé plusieurs fois) et c’est aussi la raison pour laquelle je dis rarement quand je viens en convention car je ne souhaite pas être trop sollicité (même si en réalité on peut me trouver à beaucoup d’entre elles). Autrement il est possible de me demander une séance en m’envoyant un message sur la page, je réponds toujours et je suis ouvert aux collaborations sous certaines conditions (le coup de coeur est l’une d’entre elles).

Tu as eu la chance de pouvoir travailler avec Sikay, Nikita, Leon Chiro et bien d’autres… As tu-des cosplayers ou du moins des cosplays que tu rêves de shooter ? D’ailleurs on remarquera que tu as plus d’affinité avec les comics & jeux vidéo que manga.

Je ne sais pas si c’est une chance que j’ai eu, je ne dis pas que c’est le talent non plus bien sûr ! Non je crois qu’à chaque fois que j’ai pu prendre Sikay, Nikita ou Leon Chiro en photo, je ne l’ai pas forcément voulu au départ, ça a été un coup de coeur comme d’habitude. Si on regarde la plupart des photos que j’ai prise avant, ce sont des photos de gens bien moins connus mais ils avaient quelque chose qui m’a attiré dans leur cosplay, la manière d’animer le personnage, de le jouer peut-être. C’est très important pour moi et le fait que Sikay et Nikita soient passées devant mon objectif n’est pas anodin en ce sens, ce sont des personnes qui, en plus d’être très bonnes costumières, sont de très bonnes actrices ! Et c’est un rêve pour quelqu’un qui pratique la mise en scène. Je suis plus attiré par les comics que les manga c’est vrai. Mais en dehors de ça, je n’ai pas spécialement de cosplay ou cosplayers que j’aimerai absolument shooter si ce n’est peut-être un cosplayer étranger (dont je n’ai plus le nom) qui dernièrement a réalisé à la perfection un cosplay du Doomguy (le héro du jeu Doom 2016) qui est un de mes jeux préférés.

Waren Paquet
Nikita cosplay

On parle beaucoup de ton travail mais peu de ton matériel, tu es plus Nikkon ou Canon ? Et comment as-tu évolué sur ce plan-là depuis 2014 ?

Cette réponse risque de partager ma communauté ^^ (non et pour le peu qui me suivent, ce ne serait pas un drame). Plus sérieusement, j’ai toujours été Canon, non pas que je préfère Canon mais plutôt que j’ai commencé avec cette marque et que j’ai du mal à m’en défaire. Quand j’ai commencé j’avais un 600D accompagné d’un 50mm F/1.4 et d’un 70-200mm F/3,5-5,6. Puis j’ai fait le pas quelques temps après pour un 5D Mark II toujours accompagné de ce bon vieux 50mm et d’un 24-70mm F/2,8. Et j’ai fini par troqué mon 5D MkII pour revenir sur un 70D pour certaines raisons.

Côté accessoire j’ai là aussi fait pas mal de dépenses avec le temps ! Lorsque je prévois une séance studio, j’ai de quoi varier les plaisir : 3 flash de studio, 2 flash Cobra, 2 softbox 60×60, 1 streepbox 30×160, 3 réflecteurs de trois tailles différentes, un fond noir et un blanc, quelques trépieds … Je crois que j’ai fait le tour.

D’où puisses-tu ton inspiration ? As-tu des artistes qui t’influencent (fr ou étrangers) ?

J’aime les films, l’animation, les jeux, etc. Et tous ces supports ont quelque chose en commun qui me fascine : c’est cette capacité à montrer une action de sorte qu’elle captive son spectateur, cette puissance qui émane d’une simple image issue d’une scène d’action, une puissance qui n’est pas seulement faite de force pure mais qui est tout aussi présente dans une émotion comme la peur, l’angoisse ou même la joie, l’émerveillement. Et l’on trouve toujours une lecture très bien faite dans ce genre d’oeuvres, c’est la deuxième chose qui m’inspire.

Vous l’aurez compris, je suis fasciné par la puissance. Et c’est cet effet que je m’efforce de transmettre dans mes images, je veux que les gens aient l’impression d’avoir fait pause sur une cinématique Warcraft, je veux qu’ils aient l’impression de se retrouver dans l’action, d’angoisser autant que le personnage qui se sait suivi (ici en référence la photo d’Hermione de ma dernière séance). J’ai deux grands artistes qui m’inspirent, Sean Archer pour le portrait et Alexander Koshelkov pour les montages. Atteindre leur niveau respectif est véritablement un rêve, oui.

As-tu des conseils à donner pour ceux qui souhaitent commencer la photographie ? Ou le cosplay ?

Aux photographes qui souhaitent faire aussi bien du portait avec modèle ou cosplayer ou même qui souhaitent s’essayer à la mise en scène cinématographique comme je le fais, le premier conseil que je donnerai serait de penser que vous n’êtes pas seulement celui (ou celle) qui prend la photo, vous êtes réalisateur de votre image, metteur en scène et même manager de votre photo et du modèle en face de vous. La plupart du temps, un modèle ou cosplayer se connaît, connaît son personnage, connaît à peu près quelles sont les bonnes poses à adopter etc. Mais seul vous avez le moyen de rendre cette personne belle, méchante, angoissante, triste et j’en passe.

Pour la mise en scène c’est encore plus flagrant, il y a toujours quelque chose à faire, toujours un angle à exploiter. Le secret c’est d’essayer, quitte à se ridiculiser une fois, mais essayer différents angles, différentes façons. Il faut se poser des questions (Lumière douce ou dure ? Position des bras, contre-plongée ? Mouvement avec la robe ?) tout autant de questions que vous vous poserez une fois mais qui deviendront un réflexe une fois acquises.

Aux modèles ou cosplayers, n’hésitez jamais à surjouer votre personnage, à descendre sur vos bases lorsque vous jouez un combattant, à prendre de la place lorsque le personnage le demande, à exagérer de manière excessive les expressions de votre visage et votre gestuelle. Une personne qui rend juste bien sur une photo a très souvent eu une position plus qu’inconfortable pendant la prise de vue (et je sais de quoi je parle !). Les photos qui en résultent en seront de bien meilleure qualité si vous n’hésitez pas à surjouer, un dynamisme inespéré en ressortira.

Dernier conseil pour tout le monde, photographe, modèle ou cosplayer, communiquez entre vous et apprenez des uns et des autres, enseignez-vous les choses mutuellement, ça n’en sera que plus bénéfique pour tout le monde.

 

 

Commentaires

Au sujet de Forever

Voir aussi

Calendrier de l’Avent 2017

Bonjour à tous ! Cette année nous vous proposons un calendrier de l’avent ! Il …