Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / Blackwood Crossing

Blackwood Crossing

Le studio indépendant PaperSeven ayant pour volonté d’explorer les émotions des joueuses & joueurs, un jeu d’aventure où l’action frénétique n’existe pas & laisse place à la découverte & à une écriture rondement menée semble s’avérer une bonne initiative. Encore faut-il que Blackwood Crossing atteigne réellement tout cela.Blackwood Crossing


Un train pas comme les autres

C’est un véritable voyage à bord du train de la vie qui vous attend tout au long de cette expérience où vous incarnerez Scarlett, grande soeur de Finn, dont les liens pourtant forts entre cette fratrie déjà bien malheureuse de par le simple fait d’être orpheline, s’étiolent au fil du temps entre l’une sortant de l’enfance & l’autre en plein dedans.
On ne saura en revanche que trop vous conseiller de ne pas chercher à en savoir davantage sur le scénario avant de vous lancer dedans & d’ailleurs même si vous n’avez aucune envie d’y jouer, cela serait dommageable de vous griller la surprise par vous-même. Peu importe le genre d’un divertissement, cela est essentiel de conserver un maximum de mystères sur l’histoire, mais sur un d’aventure comme l’est Blackwood Crossing où elle fait partie prenante du système de jeu, ce besoin s’avère d’autant plus essentiel. Alors ne comptez pas sur nous pour vous apprendre qu’en fait Scarlett n’est autre que Keyser Söze.

BlackwoodCrossing_PS4_Finn_Sad

Magique adolescence

Tandis que terme jeu d’aventure ne veut plus dire grand-chose, à l’instar de celui de RPG, tant les développeurs & les éditeurs le lancent à toutes les sauces, on peut affirmer que Blackwood Crossing fait partie de ceux reprenant la lointaine lignée qui était, jusqu’à il y a encore peu, tombée clairement aux oubliettes. Celle-ci faisant partie de la classe aventure depuis toujours, avec pour intérêt premier une histoire & une narration nous captant du début à la fin, donnant envie de continuer à avancer, associées à un game system axé sur la réflexion.

Il s’agira ainsi d’ouvrir l’oeil dans le but de dénicher l’objet idoine, de l’utiliser, de résoudre des puzzles… Ceci avec non pas une super héroïne & ça se ressent. Les mouvements s’avérant communs, elle ne fonce pas à toute berzingue & n’est même pas affublée d’un sens lui permettant de tout relever avec une aisance accablante. La dimension humaine ne s’en trouvant que plus relevée.
La parlote est également de mise & essentielle, tant les dialogues avec les personnages croisés ne seront pas juste là pour faire beau, raconter une anecdote ou passer le temps. On ne vous gâchera pas le plaisir de tout découvrir par votre propre partie, sachez donc simplement qu’ils pourront eux-mêmes être un casse-tête à résoudre. D’ailleurs ces PNJ pourront rappeler Donnie Darko parfois, même si là on ne rencontrera pas qu’un lapinou. Heureusement d’ailleurs, cela aurait été un peu gros sinon.

Tout en reprenant les codes classiques du genre, le monde dans lequel on évolue agit directement sur l’élaboration du système de jeu. Pour ne citer que de menus exemples, on aura droit à des indications de Finn totalement intégrées dans l’enfance, en reprenant les amusements de cette période comme le Simon Says (Jacques a dit) ou encore le Tu chauffes/t’es froid servant à guider vers un objectif. Les manières de procéder sont ainsi malignes & ne dépareillent jamais de l’identité du logiciel.

BlackwoodCrossing_PS4_Greenhouse

Carry On My Wayward Sis

Afin de pouvoir pleinement nous plonger dans son scénario & se retrouver happé par sa narration, Blackwood Crossing nécessite évidemment une ambiance sonore de grande qualité, qu’elle soit basée sur une vide inquiétant, une omniprésence joyeuse ou lourde, un mix de tout cela… En somme, ce qu’il se doit pour accompagner le duo & son aventure onirique d’un côté, mais tellement profonde humainement parlant si l’on gratte cet aspect, que l’on peut voir comme le voile de l’enfance. Et c’est bel & bien ce à quoi nous avons droit, tout en s’associant aux doublages de très bonne facture également. Essentiels pour se sentir non passive/if, on aurait vraiment eu du mal si l’on s’était retrouvé avec des protagonistes muets ou ne bénéficiant que de quelques phrases. On précisera que ceux-ci sont en anglais, mais que les sous-titres français sont présents, ce qui reste suffisamment rare pour être signalé.

La patte artistique assez ronde, avec des teintes & plus particulièrement des effets lumineux au ton renvoyant à un univers rêvé, nous fait davantage fondre vers ce milieu si atypique. Cette touche charmante sait tout autant provoquer un sentiment à double tranchant, tant des évènements rudes émotionnellement parlant jalonneront votre parcours.

BlackwoodCrossing_PS4_RabbitBoy

Le jeu d’aventure à énigmes & portée par une histoire forte, redevient à la mode & tant mieux. Même si dans le lot on aura toujours droit à de pâles copies des uns & des autres afin de surfer sur la vague, on bénéficiera également de jolies pépites comme Blackwood Crossing, nous emportant dans son univers à double sens, qui ne pourra que nous toucher si l’on a un tant soit peu d’humanité.

Inod

Développeur : PaperSeven
Éditeur : Vision Games Publishing
Genre : Aventure
Supports : PlayStation 4, Xbox One et PC
Dates de sortie : En France, 4/4/17 sur PS4 & 5/4/17 sur Xbox One et PC

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

kodawari-ramen

Restaurant Kodawari Ramen (Paris)

 » Kodawari Ramen  » : une immersion dans une échoppe japonaise de ramen en plein …