Breaking News
Accueil / Jeux vidéo / Critiques / 80’S OVERDRIVE

80’S OVERDRIVE

Parmi cette mode des jeux au style dit des années 80, on retrouve de tout & surtout de n’importe quoi. On attend donc de pied ferme toutes les sorties du genre, afin de les dégommer si elles sont racoleuses ou les conseiller si en réalité se cache derrière ce voile de la qualité. Découvrons ce qu’il en est de 80’S OVERDRIVE.

80 à l’heure

On va assurément dépasser les 80 miles ou kilomètres à l’heure, on a le choix dans les options, durant 80’S OVERDRIVE. D’emblée on sélectionne notre personnage féminin ou masculin, puis l’on achète notre véhicule. Six présents, mais notre pécule de base ne suffit pas à acquérir n’importe lequel. On se contentera donc d’un modèle simple, avec des spécificités faibles.

On partira ensuite sur la carte, délivrant plusieurs courses se débloquant au fur & à mesure. On se rend d’ailleurs rapidement compte que le calibrage de la difficulté est bien senti. On pourrait s’attendre à un jeu arcade se complétant trop vite. Cependant il n’en est rien, le logiciel offrant une aventure suffisamment longue pour affirmer que l’on en a pour son argent. La facette gestion délivrant une richesse non feinte. Les évènements s’ouvrant grâce aux points glanés par nos podiums, toutefois il s’agira de payer un droit d’entrée. Il faudra donc savoir garder assez de sous. Si l’on n’en possède plus, on nous proposera un mini jeu de nettoyage de bolides, via l’écran tactile. Cette particularité s’avère très rigolote. Ceci tant par le frottage sur l’écran du bas, une jouabilité faisant toujours plaisir, que par le côté rabaissant. Vos adversaires vous faisant lustrer leurs bagnoles contre de maigres deniers.

Ces thunes serviront également à améliorer sa machine, tant le moteur, que le châssis & la tenue de route. La stratégie financière y prenant tout son essor, puisqu’il sera aussi nécessaire de garder de quoi la réparer. Celle-ci s’abimant selon les chocs survenus. Il faudra en sus la remplir d’essence, cette dernière s’amenuisant au fil des courses.

Plus simple, vous pourrez sortir de ce mode carrière pour partir vers un simple contre la montre afin de s’amuser sans contrainte & en profiter pour s’améliorer. Plus intéressant que cette deuxième manière de jouer : l’éditeur de niveau. Il est ainsi possible de créer ses propres pistes & de les partager. De quoi prolonger l’expérience indéfiniment, même si elle reste solo.

Joue la comme D.A.R.Y.L.

Pour pleinement figurer dans le thème choisi, 80’S OVERDRIVE reprend un système totalement ancré dans les jeux de course des années 80. On pourra notamment citer Out Run, dont l’on retrouve les sensations. Vue de derrière, plusieurs voies sur lesquelles rouler afin de tourner à toute berzingue & doubler. Celles-ci se voyant parfois réduites, il s’agira de faire attention à nos adversaires, aux véhicules tiers, ainsi qu’aux obstacles, nous ralentissant grandement si l’on s’y cogne. Les sorties de route s’avérant encore plus punitives, puisque l’on devra redémarrer & donc attendre avant de retrouver sa vitesse de croisière. D’ailleurs cette dernière pourra être conservée même lors des virages les plus serrés. Arcade à fond les manettes !

Concernant le système de jeu, on pourra tout aussi bien user du joystick, que de la croix directionnelle pour guider sa voiture. Une touche d’action étant dévolue à l’accélération, une au frein, ainsi qu’une à la nitro pouvant être utilisée 2 fois en course & seulement si l’on roule au maximum. Enfin, on pourra déterminer si l’on joue en boite manuelle ou automatique. Si vous privilégiez la première, un bouton servira à passer les vitesses dans un sens & un second dans l’autre. On retrouve là une sensation davantage simulation, puisque l’on devra attendre d’atteindre la fin de sa première jauge de vitesse pour en passer une supplémentaire si l’on désire réussir son embrayage. Comme IRL on ne pourra pas faire n’importe quoi, enfin on pourra mais cela ne sera pas efficient.

En sus de la victoire & à la rigueur du podium, vous aurez aussi parfois l’occasion d’accomplir des missions annexes. Celles-ci renvoyant généralement aux 80’s. Notamment via la récupération de cassettes placées au-dessus de la route comme par magie. Il ne faudra pas non plus oublier d’éviter de se faire arrêter par les flics & leur caisse carrément au-dessus de toutes celles croisées.

Âge tendre & tête de néon

On peut imaginer différents univers afin de coller aux années 80. Celui désiré par les développeurs de 80’S OVERDRIVE fait clairement honneur à la folie des couleurs & à la frime. Les néons sont légions, tandis que les détails entre sons-lumières-bagnoles nous projettent dans des références telles que Deux flics à Miami, K2000 & bien d’autres encore. On en prend plein la vue dans les menus & bien sûr en piste. Les graphismes mêlant de bons pixels 8/16 bits, à une coloration démesurée, typique de la tendance SF 80. Mais au lieu de figurer dans celle-ci, on a plutôt droit à une traversée US faisant péter la rétine.

On prend également goût à piloter au son d’une bande-originale constituée de tout de même 13 morceaux. De la synth chiptune totalement dans l’esprit. On pourra d’ailleurs sélectionner son titre avant chaque évènement.

Accrocheur, superbe & allant au-delà de sa prise en main arcade grâce à la gestion de son bolide, de l’ouverture aux évènements… 80’S OVERDRIVE est davantage qu’un hommage aux jeux de course d’antan. Celui-ci possédant une aventure suffisamment longue & à la rejouabilité certaine, à laquelle s’ajoute évidemment l’éditeur de niveaux.

Inod

Développeur : Insane Code
Éditeur : Insane Code
Genre : Course
Support & date de sortie : 3DS 3/12/17

Commentaires

Au sujet de Inod

Voir aussi

Tout l’art de Assassin’s Creed Origins

Nous arrivons au bout du triptyque sorti à l’occasion d’Assassin’s Creed Origins (Assassin’s Creed Le …