formats

Spelunky, descente au bout des enfers

Publié le 17 avril 2014 par

Introduction :

Bonjour et bienvenue pour cette nouvelle chronique dédiée aux jeux indépendants. Aujourd’hui nous allons traiter d’un jeu qui me tient à cœur, à savoir Spelunky. Ce jeu à été crée par Derek Yu en 2008, qui fonda par la suite le petit studio Mossmouth avant de travailler sur une nouvelle version de Spelunky après le succès du premier opus, plus travaillée graphiquement, musicalement, plus approfondie et aux mécanismes plus aboutis, sortant pour la première fois en 2012 sur le Xbox live puis par la suite sur Steam. C’est de ce dernier dont je vais parler.

Histoire :

Alors que je marchais dans le désert, carte au trésor en main, guidé par un bédouin local, je finis par apercevoir au loin ma destination. Une fois arrivé sur place, je payais le bédouin et vérifiait que je possédais tout. Mon chapeau solidement vissé sur ma tête, mon fouet a la ceinture, je fit un signe de tête pour dire adieu à mon guide avant de prendre une torche et de m’engager à l’intérieur des mines. « Pourquoi me trouvais-je ici ? » vous demandez vous certainement, et bien j’ai découvert une carte au trésor menant à la plus fabuleuse des richesses du monde, le trésor caché du temple d’Olmec, et ce dernier est juste sous nos pieds, enfin juste, j’ignorais encore les périples qui m’attendaient.

Gameplay, graphismes et autres :

Spelunky est un jeu de plate forme/action/rogue-like relativement pervers et tortueux. L’exporation est répartie en 5 sections, chaque section étant réparties elles même en 4 niveaux générés aléatoirement à chaque nouvelle partie. Le but du jeu est donc de progresser en éliminant les ennemis qui vous barrent la route, esquivant les pièges mortels et survivant aux pires atrocités cachées un peu partout pour arriver au temple d’Olmec, lieu ou se cache le trésor de votre convoitise.

« Non je ne me sent pas en danger du tout. »

Les diverses niveaux sont chaque fois générés aléatoirement, permettant au jeu d’offrir une expérience toujours nouvelle et des défis toujours plus difficiles à relever, car le fait de connaitre le jeu par cœur ne sera pas suffisant pour vous sauver des griffes de la mort. Votre progression se fera donc au travers de 4 zones : les mines, la jungle, les cavernes de glace et le temple. J’ai parlé de 5 zones plus haut, car la dernière zone est une zone cachée et il vous faudra pour cela réunir le trésor secret de chacune des autres zones afin d’y accéder et pouvoir espérer affronter le True Last Boss dans la plus terrible des zones : L’ENFER.

« Les cavernes de glace, ou plus communément Yéti Land »

Mais l’enfer vous allez déjà le connaitre tout au long de votre traversée, car le level design du jeu est relativement perfide et il faudra faire attention constamment, vos sens toujours éveillés, pour espérer échapper aux ennemis peuplant les niveaux, ainsi qu’au pièges perfides pouvant vous faire passer de vie à trépas. Vous commencez le jeu avec 4 points de vie, et vous pourrez en récupérer au fur et à mesure de la progression en sauvant les demoiselles en détresses, ou avec d’autres méthodes. Si vous mourrez par contre, vous devrez reprendre votre progression depuis le début du jeu, les niveaux étant de nouveau générés aléatoirement. On pourrait penser cela frustrant, mais en réalité, il nait en vous un sentiment de défi, comme si le jeu voulait être le plus fort, mais c’est à VOUS de montrer que vous êtes le meilleur aventurier et explorateur.

« Bonjour monsieur le marchand, vous me faites un crédit ? »

Le gameplay du jeu est simple et efficace : vous disposez comme action de pouvoir vous déplacer, en marchant ou courant, sauter, utiliser votre fouet, utiliser des bombes, des cordes grappins pour atteindre les zones en hauteur et de ramasser des objets tels que des armes, les damoiselles que vous devrez mener à la porte de sortie, ou des trésors vous permettant de récolter de l’argent. A quoi cet argent vas il pouvoir vous servir me direz vous ? Et bien tout au long des dédales, vous pourrez croiser des marchands vous vendant divers services : ventes d’équipements pour vous aider à progresser, d’objets tels que les bombes ou les cordes supplémentaires, d’armes, de points de vie et autres serviteurs qui agiront indépendamment pour vous aider dans votre tache. Le jeu peut être rendu encore plus fun car jouable à 4 simultanément.

« A plusieurs c’est plus drôle, mais ne faites pas exploser vos amis :P »

Graphiquement, l’aspect et les textures du jeu font très cartoonesques, les ennemis n’étant ni effrayants, ni horribles (sauf peut être un peu les araignées géantes). Les personnages que vous pourrez débloquer au fur et à mesure sont très rigolos d’aspect, et vous pourrez ainsi jouer une vingtaine de petits avatars histoire de changer un petit peu vos aventures. Sur le plan musical, 3 a 4 thèmes différents peuvent accompagner chaque zones,  changeant le plus souvent lorsque vous pénétrez sur des territoires spéciaux tels que les niveaux dans l’obscurité, ou le cimetière hanté de la jungle.

Avis général :

Spelunky est un petit jeu très agréable si vous aimez les jeux à la difficulté très élevée, à la réjouabilité extrême et à l’aspect à la fois simpliste mais extrêmement développé, frustrant mais tentant, le genre de jeu ou vous allez mourir souvent, mais en redemander en relançant une petite partie car « vous ne pouvez pas abandonner la, vous étiez presque à la fin du jeu screugneugneu », et ou vous pourrez vous dire « bon, j’ai un peu de temps à tuer, une petite partie » pour vous rendre compte au bout de deux heures que vous y’êtes toujours dessus (personnellement j’en étais à 46 heures de jeu seulement deux mois après en avoir fait l’acquisition). Bref un excellent jeu pour encore une fois pas grand-chose (14 euro sur Steam).

spelunky-1

 
formats

Yatta Fanzine n°8

Publié le 13 avril 2014 par

Le Yatta Fanzine est de retour !
Découvrez notre nouveau numéro et n’hésitez pas à participer à notre concours spécial MangAzur !

 

 
formats

Faster Than Light

Publié le 9 avril 2014 par

thumb640x360

Introduction :

Et bonjour mes p’tits amis, cela fait bientôt un an que remonte ma dernière chronique, et oui j’ai eu une longue inactivité à ce niveau là, mon inspiration d’écriture ayant été très peu active, mais j’ai décidé de me bouger et de revenir pour des chroniques plus actives, et je pense que je vais y aller au rythme d’une chronique toutes les semaines désormais. Aujourd’hui, c’est Faster Than Light, un rogue-like/stratégie développé par Subset Games et sorti le 14 septembre 2012.

Histoire :

Vous incarnez l’équipage d’un Faster Than Light (saut capable de voyager par bond spatiaux à vitesse lumière) appartenant à la Fédération Galactique. Cette dernière est en guerre contre les forces Rebelles, ces derniers comptant bien dominer l’univers d’une main de fer et massacreront tout être qui n’est pas humain pour y arriver. Le conflit dure depuis des années et la dernière bataille s’est montrée extrêmement ravageuse pour les forces de la Fédération, les réduisant presque à néant a cause d’une terrible arme des Rebelles. Porteur de données vitales volées à propos de cette arme, vous êtes l’ultime espoir de la Fédération Galactique et devez rapidement amener ces données aux restes de cette dernière ou tout espoir sera réduit à néant, ainsi que l’univers tout entier.

Gameplay, graphisme et autres :

FTL est un Rogue-Like/Stratégie. Le Rogue Like est un genre de jeu où l’accent est mis sur l’exploration de donjons générés aléatoirement, avec énigmes, quêtes, rencontres et affrontements, récompenses à la clé. Le principe-clé du jeu est simple : pour chaque secteur exploré, vous allez avoir une carte galactique générée aléatoirement. Vous allez devoir choisir quel chemin emprunter en effectuant des Jump de planète en planète, ce qui aboutira à des événements, le but étant d’avancer le plus vite possible pour atteindre l’ultime secteur galactique, dernier bastion de la Fédération, tout en évitant que la Rébellion ne vous rattrape.

ftl-faster-than-light-05-700x469

« La carte spatiale, générée aléatoirement à chaque nouvelles parties »

Les événements tout comme le reste sont générés aléatoirement, cela peut être une rencontre avec un vaisseau pirate hostile, des esclavagistes qui vont vous faire une proposition malhonnête, un signal de détresse sur une planète solitaire. Des choix vous seront alors proposés et ça sera à vous de décider ce que vous comptez faire, chaque choix pouvant avoir diverses répercutions comme le gain de Scrap (la monnaie du jeu), le gain de membres d’équipages, d’armements ou de technologie, ou alors la perte de membres d’équipage lors d’une tentative de sauvetage d’une base spatiale contre une invasion d’araignées mutantes ou d’un incendie, à vous de prendre les décisions que vous jugez être les meilleures.

 583408-ftl-faster-than-light-windows-screenshot-though-most-encounters

«Payer des mercenaires, les attaquer, ou passer son chemin, le choix est vôtre»

Lorsque l’heure du combat vient, vous verrez apparaître le vaisseau ennemi. Vous pourrez donc l’affronter par plusieurs moyens : téléporter des membres d’équipage à bord pour les aborder, mais gare à vous car vous pourrez les perdre dans le combat, utiliser votre armement ou des drones offensifs. Lorsque vous utilisez une arme, celle-ci aura un temps de chargement. Une fois prêt, vous visez une salle et tirez, c’est ainsi que vous pourrez faire des dégâts mais aussi endommager les salles ennemies, obligeant l’équipage à effectuer des réparations, vous pouvez déplacer vos membres d’équipage à votre gré dans le vaisseau, car une salle d’arme endommagée désactive les systèmes de combat, tandis qu’un champ de force endommagé peut être relativement néfaste, ou vous pourrez opter pour détruire la salle d’O2 afin de noyer l’équipage ennemi dans le vide spatial, agonisant par manque d’oxygène. Les drones quand à eux se déploient en utilisant la ressource Drone, et peuvent avoir des fonctions réparatrices, offensives ou défensives. Il peut arriver que l’ennemi vous propose des biens pour se rendre, à vous de décider si vous voudrez les laisser vivre ou non.

ftl2

« Les combats se passent ainsi, simplicité et efficacité »

Tout au long de votre voyage, vous gagnerez 4 types de ressources : les Scrap, le fuel, les missiles et les drones. Les Scrap sont la monnaie du jeu, ils vont servir à améliorer votre vaisseau, acheter des technologies, membres d’équipage, armes et autre ressources, mais aussi réparer votre vaisseau endommagé, et d’autres utilités diverses. Le fuel vous permet d’effectuer vos sauts spatiaux au coût d’une unité de fuel par voyage, les missiles sont utilisés par les armes de types Lance Missiles et Bombes, les drones sont utilisés pour déployer vos modules lorsque vous possédez la technologie des drones.

FTL Shop

« Les marchands regorgent d’offres, pour peu que vous puissiez payer »

Graphiquement, le jeu est très beau esthétiquement, tout en ne sombrant pas dans une débauche d’effets spéciaux. Il est simple d’aspect tout en étant magnifique, c’est cette simplicité même qui fait tout son charme. La musique signée Ben Prunty est entraînante et vous accompagne en tout instant, tout en n’étant pas envahissante, le rythme changeant de façon fluide entre les séquences d’action et les séquences tranquilles.

Avis global :

Faster Than Light a été mon gros coup de cœur, même si je l’ai malheureusement découvert un an en retard, honte à moi. Entre un gameplay parfaitement huilé, nerveux, intense et tactique à la fois, demandant de réfléchir en tout instant, ce jeu risque de vous tenir en haleine durant de longues heures, sachant qu’il existe de nombreux secrets et vaisseaux cachés à découvrir, et que le jeu possède une difficulté assez conséquente, pour un jeu se trouvant à 10 euros seulement sur Steam. Seul point qui risque de rebuter certains joueurs : le jeu est en anglais.

136520

 
formats

Concours Spécial MangAzur

Publié le 9 avril 2014 par

goodimage copie

 

Comment cela se passe  :

Les lots seront à retirer directement en convention.
( Le mangazur à lieu à Toulon le 26 et 27 Avril )

Vous pouvez bien entendu envoyer quelqu’un pour venir chercher le lot à votre place (à condition de nous prévenir avant)

Vu l’engouement sur Facebook pour le concours, nous avons décidé de rajouter un lot supplémentaire uniquement pour les personnes ne pouvant pas venir à la convention (on est gentils hein ? :p )
Les lots à retirer sur place :
- 1 Bijou Totoro
- 3 Tomes de Fate Zero (T1)
- 2 Tomes de Spice and Wolf (T1)
- 1 Tome de Docteur Lapin et Mister Tigre
- 1 Tome de Castle Mango

Les lots pour les personnes ne pouvant venir à Mang’Azur :

- 1 Nendoroid de Asuna ou Kirito ! (Sword art Online)
D’autres petits lots verront le jour en fonction du nombre de participants.

Pour participer :

Rendez-vous sur notre page Facebook

Si vous n’avez pas Facebook, vous pouvez partager le concours sur votre site, blog, forum ou autre et nous laisser en commentaire l’adresse du partage ainsi que le lot que vous avez sélectionné.

Bonne chance à tous !